1 / 1

Stan Swamy serait mort sur la base de preuves fabriquées

Dans son récent rapport, The Arsenal Consulting, une société d'analyse numérique de renommée internationale, affirme que les preuves numériques utilisées pour arrêter le Père Stan Swamy, défenseur des droits humains dans l'affaire Bhima-Koregaon, ont été placées sur le disque dur de son ordinateur. Ce rapport fait suite à des rapports précédents qui ont documenté l'implantation de preuves numériques sur les appareils des co-accusés Rona Wilson et Surendra Gadling. L'analyse médico-légale a montré que les pirates informatiques qui ont attaqué l'ordinateur du Père Stan sont les mêmes que ceux qui ont attaqué Wilson et Gadling.

De multiples découvertes relient l'État indien à ce piratage de défenseurs des droits de l'homme. La société de cybersécurité SentinelOne a déjà enquêté sur cet attaquant et a conclu que son «activité s'alignait parfaitement sur les intérêts de l'État indien». Le rapport d'Arsenal indique que «l'attaquant responsable de la compromission de l'ordinateur du Père Swamy disposait de ressources importantes (y compris de temps) et il est évident que ses objectifs principaux étaient la surveillance et la livraison de documents compromettants. Arsenal a effectivement pris l'attaquant en flagrant délit (une fois de plus), sur la base des restes de leur activité laissés dans les transactions du système de fichiers, les données d'exécution des applications, et autres.»

En juin 2022, le magazine WIRED a rapporté que SentinelOne avait trouvé des preuves liant la police de Pune aux pirates informatiques. Les résultats de l'analyse médico-légale indiquent également que les pirates avaient connaissance à l'avance du raid sur le Père Stan mené par la police de Pune. Le rapport fournit des preuves détaillées de la tentative des pirates informatiques d'effacer les preuves de leurs activités dans la nuit du 11 juin 2019. La police de Pune a saisi l'ordinateur du Père Stan dès le lendemain, le 12 juin.

Les pirates ont attaqué l'ordinateur du Père Stan pour la première fois le 19 octobre 2014 à l'aide d'un cheval de Troie d'accès à distance (RAT) appelé Netwire. Les RAT permettent à un attaquant à la fois de surveiller à distance l'ordinateur de quelqu'un, et de transférer des fichiers depuis et vers l'ordinateur. Dans le cas du Père Stan, tout ce qu'il a tapé a été enregistré à l'aide d'un processus appelé "keylogging". Le rapport montre des exemples où les pirates ont pu lire ses mots de passe pendant qu'il les tapait, ainsi que d'autres documents et e-mails. Le pirate a également surveillé jusqu'à 24'000 fichiers sur l'appareil du Père Stan.

En plus de la surveillance, des fichiers numériques ont été placés sur le disque dur du Père Stan au cours de deux campagnes de piratage qui ont débuté en juillet 2017 et se sont poursuivies jusqu'en juin 2019. Plus de 50 fichiers ont été créés sur le disque dur du Père Stan, notamment des documents compromettants qui fabriquaient des liens entre le Père Stan et l'insurrection maoïste. Le dernier document incriminant a été placé sur l'ordinateur du Père Stan le 5 juin 2019, une semaine avant le raid sur le Père Stan. C'est sur la base de ces documents que le Père Stan a été arrêté pour la première fois dans l'affaire Bhima Koregaon, malgré les experts qui émettent de sérieux doutes sur l'authenticité des documents.

Ordinateur sous la loupe

L'analyse de l'ordinateur du Père Stan a été effectuée par Arsenal Consulting, une société américaine spécialisée dans l'analyse numérique, qui a travaillé sur des affaires d'analyse numérique qui ont fait date, notamment l'affaire turque OdaTV et l'affaire de l'attentat du marathon de Boston. Les résultats obtenus par Arsenal ont été reproduits par Amnesty Tech et le Citizen Lab de l'Université de Toronto, et ont été rapportés par le Washington Post et NDTV. Arsenal affirme que ses résultats peuvent être reproduits par tout expert en criminalistique numérique compétent.

Le président d'Arsenal Consulting, Mark Spencer, a déclaré: «L'ampleur de ce qui est arrivé au Père Swamy et à certains de ses coaccusés, en termes de surveillance agressive de leurs appareils électroniques qui a abouti à la remise de documents compromettants au cours des années, est vraiment sans précédent.»

La mort en détention du Père Stan Swamy a été fermement condamnée dans le monde entier, notamment par le Parlement britannique, le département d'État américain et les Nations unies. Le Groupe de travail des Nations unies sur les détentions arbitraires a convenu que la mort en détention du Père Stan «restera à jamais une tache sur le bilan de l'Inde en matière de droits de l'homme.» En juillet 2022, une résolution honorant la vie et le travail du père Stan a été introduite au Congrès américain.

Pourquoi la vérité est devenue si amère, la dissidence si intolérable, la justice si inaccessible - Stan Swamy

Le Père Stan Swamy, célèbre défenseur des droits de l'homme, est mort en juillet 2021 alors qu'il était toujours en état d'arrestation dans l'affaire Bhima Koregaon. 11 co-accusés dans l'affaire Bhima Koregaon sont toujours en prison et Gautam Navlaka est assigné à résidence.

Je suis reconnaissant au président d'Arsenal Consulting, Mark Spencer, et à son équipe d'avoir fait éclater la vérité avec des preuves, ainsi qu'à toutes les personnes de bonne volonté qui continuent à défendre la vérité, la justice pour les derniers et les plus petits, et la paix.

Nous, les Jésuites de l'Inde, continuons à être solidaires avec ceux qui croupissent dans diverses prisons pour avoir défendu les droits des pauvres, en particulier ceux qui ont été faussement impliqués dans l'affaire BK16, et nous réaffirmons notre engagement envers les pauvres et les marginalisés et nous les accompagnons dans leur quête de dignité et de liberté.

Cet article est signé par le Père Joseph Xavier sj,
Coordinateur - Père Stan Swamy Comité
d'héritage des Jésuites

Il a initialement été  publié sur le site du Secrétariat jésuite pour la justice sociale et l’écologie.

Newsletter