• Actifs pour la justice climatique, Vincent Gewert et Lea Bonasera sont intervenus lors de la rencontre annuelle des jésuites à Vierzehnheiligen. © Christian Ender
  • Lea Bonasera lors de sa conférence sur son engagement pour la justice climatique © Christian Ender
  • Vincent Gewert a donné une conférence sur l'état actuel de la crise climatique.© Christian Ender
  • Le Père Jörg Alt sj
1 / 4

Face à l'urgence climatique, les jésuites soutiennent les jeunes activites

Munich - Les jésuites de la Province d'Europe centrale soutiennent l'engagement des jeunes activistes environnementaux et souhaitent renforcer leur propre implication en faveur d'une transformation socio-écologique. À l'occasion de leur rencontre annuelle en la basilique de Vierzehnheiligen, en Allemagne, 155 jésuites se sont penchés sur l'urgence climatique et sur la nécessité d'une transformation socio-écologique qui en découle. Vincent Gewert et Lea Bonasera, tous deux actifs au sein du mouvement pour la justice climatique, étaient invités en tant que référents externes. Ils ont abordé la situation actuelle de la crise climatique au cours de leurs exposés. Il apparaît que nous ne réussirons probablement plus à limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré. Nous nous dirigeons plutôt vers un monde où la température augmenterait de trois degrés.

«La crise climatique représente une crise existentielle qui menace nos moyens de subsistance et, avec eux, la possibilité même de prospérité sociale. Si nous n'inversons pas immédiatement la tendance pour aller vers une société post-énergies fossiles, nous dépasserons certainement le seuil de réchuaffement de 1,5 degré», a déclaré le provincial Bernhard Bürgler sj. Il faut agir rapidement car un réchauffement de plus de 1,5 degré est suffisant pour atteindre des points de basculement du système climatique. Les points de basculement sont des seuils critiques au sein du système terrestre, dont le dépassement risque de déclencher une spirale infernale et incontrôlable. Le provincial souligne que la question climatique soulève également une question de justice sociale globale. En effet, les personnes les plus touchées par la crise climatique sont celles qui y ont le moins contribué. De nombreux pays du Sud ressentent déjà les effets du réchauffement planétaire depuis des décennies. En 2030, le coût économique de la crise climatique dans ces pays pourrait s'élever jusqu'à 580 milliards de dollars par an. «Le rôle de l'Église est de soutenir les pauvres et les opprimés du monde entier, tout en s'engageant pour la protection des moyens de subsistance et du bien commun. Nous, jésuites occidentaux prospères, avons un devoir à remplir, du moins c'est le message que les jésuites du Sud nous transmettent», indique le provincial.

La société s'oppose de plus en plus à de nouveaux investissements dans les énergies fossiles et les infrastructures liées. Dans cette perspective, la rencontre des jésuites a également abordé les protestations actuelles des citoyens et citoyennes de la Letzten Generation (Dernière Génération est une alliance d'activistes de la mouvance écologiste allemande et autrichienne), dont fait partie Lea Bonasera; ce groupe de militants écologistes organise notamment des blocages pour exiger la fin du financement de nouvelles infrastructures fossiles dans le pays et à l'étranger. C'est dans ce contexte que onze personnes ont également été arrêtées cette semaine, dont certaines ont vu leur garde à vue prolongée jusqu'à six jours.

Le jésuite Jörg Alt perçoit la nécessité de telles actions. Il a lui-même participé à la campagne Essen Retten - Leben Retten du groupe Dernière Génération et attend actuellement son procès pénal pour vol aggravé. «La désobéissance civile non-violente ou la résistance civile peut parfois s'avérer nécessaire pour faire en sorte que la réflexion sur des questions urgentes soit impossible à ignorer. Ce n'est pas la solution de mettre les protestataires sous les verrous les uns après les autres sans prendre en considération leurs revendications urgentes et justifiées. Dès que ce sera le cas, les militants l'assurent, les blocages et les troubles prendront fin», confie Jörg Alt.

Lors de sa réunion annuelle, la Compagnie de Jésus a également réaffirmé son intention de renforcer son engagement pour le climat. La création du centre socio-écologique de Nuremberg s'inscrit dans cette perspective.

Newsletter