Beat Altenbach SJ

Vit et travaille comme aumônier de prison et supérieur à Genève depuis novembre 2020. Né à Bâle en 1965, Beat Altenbach sj est entré chez les jésuites en 1996 après des études et un doctorat en chimie à l’Université de Bâle et à l’École polytechnique de Zurich. Le Bâlois est de retour en Suisse Romande depuis fin 2020 et a rejoint la communauté des jésuites de Genève dont il est le Supérieur. Après des études de philosophie à Munich et de théologie à Paris, il a travaillé comme aumônier universitaire à Zurich et à Bâle, et comme directeur du centre spirituel et de formation de Notre-Dame de la Route à Fribourg. Beat Altenbach sj est engagé dans l'accompagnement et la formation aux Exercices spirituels; il anime des retraites ignatiennes en allemand et en français. Il est un passionné et fin connaisseur de la spiritualité d'Etty Hillesum et membre du comité de rédaction de la revue choisir.
Depuis 2005, le Père Altenbach sj se forme à l'accompagnement des victimes d'agressions sexuelles. Depuis 2018, il est l'un des représentants religieux au sein de la Commission d'experts sur les agressions sexuelles dans l'environnement ecclésial de la Conférence épiscopale suisse. Depuis 2019, il est la personne de référence des jésuites de Suisse en matière de violences sexuelles.
Parallèlement, depuis octobre 2021, il oeuvre comme aumônier au Service de l’aumônerie catholique des prisons, à 40%, et aumônier auprès de la Pastorale des Jeunes de Genève, à 10%. 

Les temps dramatiques et désolants que nous vivons ces jours-ci nous donnent peut-être plus que jamais l'occasion de discerner ce qui compte vraiment dans le jeûne du Carême, note Beat Altenbach sj.

Non, Dieu ne punit pas en faisant souffrir les gens. La souffrance n’a pas de sens en soi. Elle fait partie de la condition humaine, rappelle Beat Altenbach sj en ce 3e dimanche de Carême.

«C’est le moment, l’heure est déjà venue de sortir de votre sommeil». Ces mots de saint Paul, adressés aux Romains il y a 2000 ans, nous semblent bien familiers aujourd’hui, relève Beat Altenbach.

Pour la nouvelle année, le Père Altenbach sj rappelle -à l'image de Marie ou d'Etty Hillesum- qu'on peut tous, et en tous temps, être touché(e)s par une force qui éveille la confiance, l'espoir et la joie.

Jean le Baptiste est un personnage unique, mais sa vocation n’est pas si unique que ça: Annoncer le Christ et indiquer sa présence est notre vocation à nous tous rappelle Beat Altenbach sj.

«Que Dieu vous bénisse, Madame!» Ces simples paroles n’ont l’air de rien. Mais quelle force inouïe elles dégagent quand elles sont adressées par un gardien à une détenue dans une cellule relève Beat Altenbach sj, aumonier de prison.

Le temps de l’Avent est court cette année. Presque trop court pour préparer Noël et pour accomplir tout ce que nous croyons devoir régler et organiser d’ici là. Mais qu’est-ce que ce temps signifie…

Il est venu le temps des festivités de fin d’année ! Malgré les circonstances, difficiles pour nombre d’entre nous, nos maisons et nos villes sont décorées de lumières et les crèches sont installées…

«Rares sont ceux capables de s'imaginer ce que Dieu ferait d'eux s'ils s'en remettaient entièrement à sa direction.» Découvrez les richesses de la spiritualité ignatienne avec Beat Altenbach sj.

Newsletter

Das Magazin „Jesuiten“ erscheint mit Ausgaben für Deutschland, Österreich und die Schweiz. Bitte wählen Sie Ihre Region aus:

×
- ×