Journal d'Alep de Sami Hallak sj

Alep Hallak2016 quartier2 94558Noël approche, aussi à Alep. Dévastée par les bombardements, la peur et l'incompréhension, la ville abrite une population qui n'a d'autre choix que de s’adapter ou de partir. Rester signifie se frotter à des questions aussi fondamentales que difficiles à appréhender, notamment concernant la cohabitations entre religions. Les 99% des déplacés sont des musulmans qui se sont installés dans les quartiers chrétiens. Leur présence pose aux disciples du Christ cette épineuse question: Je suis musulman déplacé, je suis actuellement ton voisin, peux-tu m’accepter comme je suis? Fidèle à sa ville et au Service jésuite des réfugiés (JRS), le Père Hallak sj poursuit son travail sur place. Voici les dernières nouvelles issues de son journal.

Lire la suite : Journal d'Alep de Sami Hallak sj

Le JRS soutient l'intention de prière du pape pour les pays qui accueillent des réfugiés

L'édition de novembre de la vidéo du pape, produite par The Pope's Worldwide Prayer Network et soutenue par le Service Jésuite des Réfugiés, traite des réfugiés et de la migration forcée, ainsi que, en particulier, de la solidarité avec les pays qui reçoivent le plus de réfugiés.

 

 

Lire la suite : Le JRS soutient l'intention de prière du pape pour les pays qui accueillent des réfugiés

Cinq ans de guerre à Alep

Cinq ans de guerre à Alep... «Les combats entre forces pro-gouvernementales et rebelles, qui divisent la ville depuis 2012, se sont intensifiés dans les dernières semaines. Des centaines de personnes sont mortes et de nombreux civils sont privés d’eau, d’électricité et de denrées de base», relate Le Temps de ce 17 août 2016. «Nous risquons de voir à Alep une catastrophe humanitaire sans précédent à l’issue de plus de cinq années de massacres et de souffrances dans le conflit syrien», a affirmé Ban Ki-moon mardi devant le Conseil de sécurité de l’ONU dans son rapport mensuel sur l’accès de l’aide humanitaire, consulté par Reuters.
Sur place, à Alep, le Père jésuite Sami Hallak, engagé auprès du Service jésuite des réfugiés (JRS), relate dans son journal les tensions, les pénuries, les peurs et les difficultés de garder une harmonie entre communautés quand la situation s’envenime.
Nous avons déjà publié quatre extraits de ce journal depuis avril 2015. Voici le cinquième reçu ce 17 août à la rédaction de la revue choisir.

Lire la suite : Cinq ans de guerre à Alep

Alep : Le Père Ziad croit à la paix et prépare l'avenir, avec l'éducation des enfants

PZiad ed850Ce lundi 31 octobre, le Père Ziad Hilal sj était au micro de Tout un monde sur RSR - La Première pour témoigner du piège de la guerre à Alep où il réside depuis septembre. Malgré la violence, le cahot, les pénuries électricité et d'eau, la population résiste, témoigne-t-il. Mais l'homme syrien se fatigue et la solution unique pour faire cesse le flux de déplacés est de restaurer à la paix. « On doit stopper la guerre. Il faut la volonté de dire non aux armes. La paix est possible pour briser le cercle de la violence. Le réfugiés syrien ne vit pas à coup de paniers alimentaires et sanitaires. Il a besoin de paix et de sécurité pour vivre. Sinon, il cherche à quitter le pays." Il insiste : « Il faut d'abord cesser le feu, puis forcer les syriens à dialoguer. Tous les syriens. »

Lire la suite : Alep : Le Père Ziad croit à la paix et prépare l'avenir, avec l'éducation des enfants

Un jésuite au chevet des migrants en Grèce

FrontièrMacédoineGrèce décembre2015 PhotoKristofHolvenyt 8f3e5La police bloquant la frontière à l'entrée de la Macédoine, à Idomeni, Grèce. © Kristof Holvenyt/JRS - décembre 2015Aleteia a recontré le père Maurice Joyeux, directeur du Service jésuite des réfugiés en mer Égée. Le jésuite agit en première ligne depuis le début de la crise des réfugiés qui frappe le pays. Missionnaire aguerri aux cas d’urgence, il multiplie les interventions sur tous les fronts, notamment sur l’île de Lesbos - il a également été actifs plusieurs années en Inde et en Afrique, notamment dans les camps de réfugiés au Rwanda et au Tchad. Depuis 2008, il s’est installé à Athènes. Interview.

Lire la suite : Un jésuite au chevet des migrants en Grèce

Déclaration interreligieuse au nom des migrants forcés

syrie2013 psychosocial school shelter jrsaleppo 49779« Des politiques vigoureuses sont nécessaires pour contrecarrer les tendances racistes et xénophobes – la diversité doit être reconnue comme étant un avantage et un don, pas une menace. » Ce 20 septembre, par voie de communiqué, des leaders catholiques et musulmans ont diffusés une Déclaration interreligieuse pour interpeller les gouvernements, institutions religieuses et personnes de bonne volonté, leur demandant d'œuvrer ensemble pour combattre les causes à la racine des migrations forcées. Un communiqué relayé notamment par le Service jésuite des réfugiés.

Lire la suite : Déclaration interreligieuse au nom des migrants forcés

« L'Education ne peut attendre »

Le Service jésuite des Réfugiés (JRS) est heureux que la communauté internationale ait pris un engagement concernant l'éducation lors du récent Sommet Humanitaire du Monde (World Humanitarian Summit) à Istanbul. Le fonds L'Éducation ne peut Attendre suit les pas de l'Initiative d'une Éducation Globale du JRS lancée en décembre dernier. « L'Éducation ne peut Attendre est un pas important fait pour parvenir à s'assurer que ceux qui sont les plus vulnérables et privés de droits aient accès à une éducation », a dit à Istanbul le P. Thomas H. Smolich sj, directeur du Service Jésuite des Réfugiés. Le JRS pense que l'éducation fait toujours partie d'une situation d'urgence. (sjweb.info)