Au moment de l'anniversaire du séisme du 12 janvier 2010 qui a détruit Haïti, a été publié le rapport des jésuites qui œuvrent sur cette terre martyrisé et qui plus d'une fois ont proposé une vision caractérisée par l'espérance dans l'engagement chrétien visant à coexister avec ces communautés punies par la nature et la mauvaise gestion des autorités.

«Refaire le geste de 1804»

«La profonde crise que la société haïtienne traverse actuellement depuis plusieurs décennies a désormais atteint des dimensions inimaginables. Nous nous sentons comme si nous étions dans un chaos total, au fond d'un gouffre à partir duquel ne se voit aucune porte de sortie. L'incertitude et la souffrance semblent malheureusement emporter toute espérance. Notre nation s'effondre lentement et avec elle nos institutions et les valeurs fondamentales sur lesquelles se fondent notre existence collective. Cette triste situation nous lance un défi comme hommes et femmes, chrétiens et non-chrétiens et plus encore en tant que religieux jésuites. Ce cri de l’Apôtre Paul résonne maintenant plus que jamais dans nos esprits et dans nos cœurs et nous pousse à l'action: «Malheur à moi si je n'annonçais pas l’Évangile» (1 Co 9, 16)».

Après une analyse de certains aspects de la société haïtienne, le rapport signale qu'il existe une porte de sortie à la crise. Voila pourquoi le document conclut en exhortant les différents acteurs de la vie sociale et politique de ce pays de «refaire le geste de 1804».

«Si la tragédie que nous vivons actuellement est le résultat de l'action humaine, une porte de sortie de la crise et un avenir meilleur peut arriver au travers de l'action positive des fils et des filles de notre pays.
Nous exhortons les acteurs clefs, tant nationaux qu'internationaux, à prendre les décisions appropriées dans le plein respect des principes démocratiques fondamentaux pour aider à sauver ce pays.
Nous exhortons les forces vitales de la Nation, nous demandons à ce qu'elles se lèvent à ce carrefour historique pour notre pays et à refaire le geste de 1804, lançant ainsi ce vaste mouvement de renaissance nationale qui redonnera espérance et dignité à notre peuple.
Nous exhortons en outre tous les activistes sociaux et politiques, les nombreuses organisations de la diaspora haïtienne à ne pas se décourager et à continuer la lutte visant à inverser cette situation insupportable.
Nous exhortons le valeureux peuple d’Haïti, les personnes courageuses et résilientes, les personnes fières même au milieu des adversités à continuer à puiser dans leur foi, leur riche culture et leur histoire unique de nouvelles raisons d'espérance et de courage nécessaires à la réalisation du rêve d'une nouvelle Haïti».
Le rapport porte la signature de l'ensemble des jésuites œuvrant à Haïti. (CE/Fides/red.)