Le pape François a érigé le Réseau mondial de prière du pape en personnalité juridique et canonique par un chirographe en date du 17 novembre 2020, a communiqué le Bureau de presse du Saint-Siège. L’institution chargée de diffuser l’intention de prière mensuelle du pontife devient ainsi une fondation vaticane.

En 2018, le réseau avait été érigé en œuvre pontificale par le pape François, une manière pour celui-ci de «souligner le caractère universel de l’apostolat de la prière et la nécessité pour nous tous de prier de plus en plus sincèrement du cœur, précise le communiqué. Jusqu’alors, le réseau n’avait aucun statut officiel le rattachant au Vatican.

Abrogeant les anciens statuts, le pontife argentin a désormais élevé le mouvement en fondation vaticane, lui conférant ainsi une personnalité morale canonique et vaticane. Une structure adaptée à l’époque était nécessaire pour coordonner et animer ce mouvement spirituel, explique le pape. Ces nouveaux statuts entrent en vigueur à partir du 17 décembre 2020.

Au sein de l’État de la Cité du Vatican, la fondation continuera d’être confiée à la Compagnie de Jésus, détaille le communiqué. Cette dernière est en effet chargée d’animer le vaste mouvement spirituel qui accueille et diffuse les intentions de prière mensuelles proposées par le pontife. Le  en reste également le directeur international.

Un réseau créé par un Français au XIXe siècle

En créant l’Apostolat de la prière au XIXe siècle, le Père François Gautrelet, prêtre français, souhaitait proposer aux jeunes qui l’entouraient de vivre une mission silencieuse: en priant, en se sacrifiant, ils collaboraient à l’ensemble des travaux des missionnaires dans le monde. Ce n’est que bien plus tard, en 1896, que Léon XIII confie à ce réseau le soin de prier pour les intentions de l’Église catholique. Dès lors, le lien entre les évêques de Rome et l’œuvre jésuite s’inscrit dans le temps.

Lancé il y a moins de cinq ans par le Réseau, la «vidéo du pape», qui s’emploie à diffuser l’intention mensuelle du pontife s’est imposée sur les réseaux sociaux. Si le visionnage est encore modeste en France (8,2% des vues), les déclarations du pontife séduisent en premier lieu les hispanophones (46%), les anglophones (24%) et les lusophones (13%). (cath.ch/imedia/cg/mp)