Jérusalem ou la sainteté au-delà de la revendication du pouvoir

Jerusalem RutishauserVue sur les toits de la vieille ville de Jérusalem - Photo Christian M. Rutishauser sjLe Provincial des jésuites de Suisse, Christian M. Rutishauser examine la décision du président Trump de reconnaitre Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël, à la lumière de la sainteté conçue comme hekdesh, c'est-à-dire ce que l’on ne peut pas posséder.

Il y a quelques années, le professeur Uriel Simon, de l’université Bar Ilan de Tel Aviv introduisait en ces termes une conférence réunissant des pèlerins à Jérusalem: «Les hindouistes ont leur lieu de pèlerinage, qui est Vârânasî, les chrétiens ont Rome et Saint Jacques de Compostelle, et les musulmans gardent la Mecque pour leur hajj comme la prunelle de leurs yeux. Nous autres juifs sommes les seuls à devoir partager notre ville sainte avec d’autres religions.» Cette conférence a mis en lumière le fait que les pèlerins, en venant à Jérusalem, n’approfondissent pas seulement leur propre foi, mais deviennent aussi capables de rencontrer dans un esprit constructif les croyants d’autres traditions religieuses. Les participants se sont tous rapidement rendu compte que le simple fait de dire que la ville est sacrée pour les juifs, les chrétiens et les musulmans cache plus de choses qu’il n’aide à en comprendre la complexité. En effet, cette simple assertion ne prend pas en compte les diverses conceptions du sacré, ni de la place qu’occupe Jérusalem dans les conceptions de la foi qu’a chacune des religions que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam.

Lire la suite : Jérusalem ou la sainteté au-delà de la revendication du pouvoir

Le Saint-Siège prêt à revoir son jugement sur Teilhard de Chardin

Teilhard de ChardinL’assemblée plénière du Conseil pontifical de la culture a approuvé une proposition de revoir le jugement du Saint-Siège sur le jésuite Pierre Teilhard de Chardin, a annoncé Vatican Insider le 21 novembre 2017. Le souhait de changer l’avertissement – monitum – sur le paléontologue français doit être transmis au pape François.

Ce monitum avait été adopté par la Congrégation de la doctrine de la foi le 30 juin 1962, soit sept ans après la mort du jésuite (1881-1955). Le document d’une dizaine de lignes expliquait que les textes théologiques et philosophiques du Père Teilhard de Chardin contenaient de graves erreurs pour la doctrine catholique.

Lire la suite : Le Saint-Siège prêt à revoir son jugement sur Teilhard de Chardin

Monastère de Deir Mar Musa en fleurs après des années de guerre

Deir Mar MusaOn reste encore sans nouvelles certaines sur le sort du Père Paolo Dall'Oglio, jésuite romain, enlevé par des inconnus à la fin du mois de juillet 2013 alors qu’il se trouvait à Raqqa. Cependant, les moines et moniales de la communauté monastère de Khalil Allah, qu’il avait fondé à l’intérieur du Monastère syrien restauré de Deir Mar Musa (photo), bien qu’en partie dispersés de par le monde, notamment à cause de la guerre, ont diffusé une lettre de Noël dans laquelle ils racontent à leurs amis et connaissances les sentiments et les œuvres qui marquent leur chemin vers la fête célébrant la naissance de Notre Seigneur Jésus Christ à Bethléem.

Lire la suite : Monastère de Deir Mar Musa en fleurs après des années de guerre

Le pape François dialogue avec l’Europe

COMECE PopeFrancisLe très attendu discours de clôture du pape François a été le point d’orgue des journées du Dialogue de Rome «Repenser l’Europe» qui se sont tenues du 27 au 29 octobre 2017 au Vatican. Pour commencer, le Saint-Père a évoqué avec un réalisme mesuré, la pluralité de cultures et de religions en Europe et constaté que «pour beaucoup, le christianisme est perçu comme un élément du passé, lointain et étranger». Sa critique a pointé un préjugé laïciste, qui n’est pas en mesure de «discerner la valeur positive pour la société du rôle public et objectif de la religion» et veut la reléguer «à une sphère purement privée et sentimentale».

Lire la suite : Le pape François dialogue avec l’Europe

Vive la philosophie !

Philosophes jesuitesDe g. à dr.: Paul Valadier, Pierre Teilhard de Chardin et Michel de Certeau.

Aujourd’hui 16 novembre, comme chaque troisième jeudi de novembre, c’est le Journée mondiale de la philosophie. En célébrant la philosophie, l'UNESCO souligne la valeur durable de la discipline pour le développement de la pensée humaine, pour chaque culture et pour chaque individu.

La philosophie revêt une importance fondamentale pour les jésuites qui l’étudient en parallèle à la théologie dans le cadre de leur formation. Les jésuites de la Province de Suisse se forment au Centre Sèvres de Paris ou à la Hochschule für Philosophie de Munich.

Lire la suite : Vive la philosophie !

Sous-catégories