Toni Kurmann sj nommé à la Commission pastorale de la CES

Toni Kurmann sjLa Conférence des évêques suisses (CES) a nommé -lors de sa 319e assemblée ordinaire qui s’est déroulée du 5 au 7 mars au Centre Saint-François à Delémont et à Bâle- le Père Toni Kurmann sj, procureur des missions des Jésuites suisses et président du conseil de la Fondation Jésuites International, à la Commission pastorale, ainsi que Mr l’Abbé Jean Glasson, vicaire épiscopal du canton de Fribourg en tant que délégué de la Conférence des Ordinaires de Suisse romande (COR).

Comme le souligne Arnd Bünker, secrétaire de la Commission pastorale et directeur de l'Institut SPI de Saint-Gall: «La mission redevient un thème fort de l'Église.» Elle est de plus en plus considéré comme faisant partie intégrante de la "pastorale ordinaire". «L'une des tâches de la Commission pastorale sera de formuler une compréhension de la mission qui, dans le contexte de la Suisse et de l'Église en Suisse, se révélera durable sur le plan théologique, crédible et capable de se relier.»

Lire la suite : Toni Kurmann sj nommé à la Commission pastorale de la CES

Luther et Ignace

Comment Martin Luther et Ignace de Loyola, deux contemporains novateurs il y a 500 ans, peuvent nous parler, aujourd’hui dans notre société en profonde mutation? La réponse en forme de Regards croisés de deux réformateurs par Jean-Bernard Livio sj archéologue et bibliste sur RCF, peu avant la conférence qu'il donnait au Centre Porte Haute de Mulhouse le 16 janvier 2018.

Lire la suite : Luther et Ignace

Portrait de deux «poètes de l'Essentiel»

ruedin georgeshaldasettyhillesumLe Père Luc Ruedin sj vient de publier aux éditions Embrasure/Parole et Silence, un ouvrage sur le poète Georges Haldas et la jeune mystique Etty Hillesum. Qu’ont donc en commun l'écrivain genevois et la jeune femme morte à Auschwitz en 1943? Ces deux «Poètes de l’Essentiel» et «Passeurs vers l’Absolu» ont laissé une œuvre riche et profonde. En les mettant en regard, c’est un chemin spirituel étonnant qui s’offre au lecteur. L’un et l’autre ont creusé un espace de liberté à la mesure de leur désir infini. Ce n’est pas sans combat qu’ils ont puisé à la source, à ce lieu plus intime à eux-mêmes qu’eux-mêmes où se dévoile le Tout-Autre. Cette rencontre propre à chacun, ils en ont fait le centre de leur existence, accueillant et apprivoisant le Mystère. L’écriture est le médiateur de leur expérience. Elle révèle à Georges Haldas -par son état de poésie- et à Etty Hillesum -lui permettant de s’expliquer avec elle-même- ce qui se trame au plus profond d’eux. Elle est aussi témoin, donnant au lecteur un matériau pour bâtir sa propre expérience spirituelle.

Vous pouvez commander ce portrait croisé de deux personnalités et sensibilités extra-ordinaires dressé par le Père Ruedin sur ce site au prix préférentiel de 12 chf, en nous adressant un message avec vos nom, prénom, adresse et le nombre d'ouvrage(s) souhaité à

Luc Ruedin sj était dimanche 11 février l'invité de l'émission de RTSreligion Babel sur Espace 2. À écouter en cliquant ici

Lire la suite : Portrait de deux «poètes de l'Essentiel»

Aumônier à l'hôpital

francois Roiller CHUV 2017Le Père Luc Ruedin sj a rejoint il y a un an le service d’aumônerie au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), à Lausanne. Un service dont le rôle a bien changé depuis le siècle dernier, comme le relève dans la vidéo tournée par choisir le responsable du service François Rouiller.

«Nous sommes considérés aujourd'hui comme des soignants, des professionnels qui prennent en compte la dimension spirituelle dans l’ensemble des soins qui sont donnés aux patients. Pour le CHUV, il paraît extrêmement important que l’on tienne compte de cette réalité, l’homme étant aussi spirituel et pas seulement somatique ou psi.» 

Lire la suite : Aumônier à l'hôpital

Statut contreversé de Jérusalem: La sainteté au-delà de la revendication du pouvoir

Jerusalem RutishauserVue sur les toits de la vieille ville de Jérusalem - Photo Christian M. Rutishauser sjLe Provincial des jésuites de Suisse, Christian M. Rutishauser,  examine la décision du président Trump de reconnaitre Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël, à la lumière de la sainteté conçue comme hekdesh, c'est-à-dire ce que l’on ne peut pas posséder.

Il y a quelques années, le professeur Uriel Simon, de l’université Bar Ilan de Tel Aviv introduisait en ces termes une conférence réunissant des pèlerins à Jérusalem: «Les hindouistes ont leur lieu de pèlerinage, qui est Vârânasî, les chrétiens ont Rome et Saint Jacques de Compostelle, et les musulmans gardent la Mecque pour leur hajj comme la prunelle de leurs yeux. Nous autres juifs sommes les seuls à devoir partager notre ville sainte avec d’autres religions.» Cette conférence a mis en lumière le fait que les pèlerins, en venant à Jérusalem, n’approfondissent pas seulement leur propre foi, mais deviennent aussi capables de rencontrer dans un esprit constructif les croyants d’autres traditions religieuses. Les participants se sont tous rapidement rendu compte que le simple fait de dire que la ville est sacrée pour les juifs, les chrétiens et les musulmans cache plus de choses qu’il n’aide à en comprendre la complexité. En effet, cette simple assertion ne prend pas en compte les diverses conceptions du sacré, ni de la place qu’occupe Jérusalem dans les conceptions de la foi qu’a chacune des religions que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam.

Lire la suite : Statut contreversé de Jérusalem: La sainteté au-delà de la revendication du pouvoir

Échos des jésuites de Suisse - hiver 2017

CouvEchojes choisir janv18

Avec la nouvelle année vient le temps du premier numéro de 2018 des Échos des jésuites de Suisse, le supplément de la revue culturelle jésuite choisir.

Un premier article parle de la vie spirituel en hôpital. Luc Ruedin sj, jésuite romand, a rejoint il y a un an le service d’aumônerie au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), à Lausanne. Un service dont le rôle a bien changé depuis le siècle dernier, comme le relève le responsable du service François Rouiller qui intervient dans un reportage vidéo tournée par la rédaction de choisir. Les aumôniers sont une vingtaine, laïques et religieux, à se relayer au chevet des malades. On les appelle d'ailleurs plus volontiers accompagnateurs spirituels qu'aumôniers, ce qui reflète bien la réalité de leurs interventions.

Un second article emmène le lecteur aux abords de feue la "jungle de Calais où des centaines de migrants dorment dans la rue, guettés par le découragement dans les méandres de leur exil. Ils reçoivent l'aide de nombreux bénévoles souvent aussi jeunes qu'eux. Cette générosité révèle une réalité alarmante, une impasse politique et sociale, mais aussi le désir d'un engagement porteur de sens et de changement. Jésuite genevois, Julien Lambert a travaillé et vécu trois semaines avec eux cet été. Il partage son regard sur ces deux quêtes, ces deux jeunesses qui se rencontrent...

Lire la suite : Échos des jésuites de Suisse - hiver 2017