Couv EchosJesuites oct17 48fbd

Avec la reprise de septembre vient le temps des nouvelles propositions de retraites, de formations et autres sessions animées par les jésuites de Fribourg au domaine de Notre-Dame de la Route. Il y a les incontournables et les nouveautés, tout un programme à retrouver sur notre site ici. Il y a aussi une maison neuve, des salles de conférences contemporaines équipées, des chambres accueillantes et un restaurant "bistronomique" qui attendent leurs hôtes. «Respect, solidarité et tolérance sont les valeurs communes aux jésuites et au Centre d'intégration socioculturelle (CIS) qui gère désormais les lieux», se réjouit Jean-Blaise Fellay sj, responsable du programme jésuite qui, avec Christine Michaud, directrice du CIS, souhaite affirmer le rôle de Notre-Dame comme «lieu de réflexion, de ressourcement et de repos».

D'une plume alerte, le Père rwandais Michel Segatagara Kamanzi sj dresse le portrait tendre et amusé de ses quatre ans passés «au pays des Helvètes» juste avant de regagner Rome d’où il était venu pour son travail de thèse. Il laisse à la communauté de Fribourg la nostalgie de sa présence chaleureuse, de son humour et de son regard décalé sur notre pays et ses coutumes.

Soutien aux réfugiés
Dans sa seconde partie, Échos des jésuites de Suisse présente les projets soutenus par la Fondation Jésuites International, l’organisation caritative des jésuites suisses. Ce trimestre, place au cinéma! «Aujourd’hui, forts des possibilités technologiques qui leur sont offertes, les jésuites se lancent dans le cinéma et la vidéo pour dénoncer des situations inégalitaires, expliquer leur pourquoi et proposer des alternatives. Les studios de Taipei, Yogyakarta ou Munich rapportent, documentent ou servent de source d’inspiration, avec toujours ce même objectif: dépasser des clivages, devenus clichés, entre les religions, les cultures et les nations», se réjouit le Père Toni Kurmann sj, président de la Fondation Jésuites international.

À lire également dans ce numéro un article sur la situation de l'Ouganda qui abrite plus de 1,3 million de réfugiés -plus qu’aucun autre pays africain. Christina Zetlmeisl, du Service jésuite des réfugiés (JRS), livre son témoignage depuis la capitale Kampala.

À lire ci-dessous: