Les jésuites de la province d'Allemagne, -mais également ceux d'Autriche, de Lituanie-Lettonie et de Suisse qui formeront bientôt ensemble la province d'Europe centrale- pleurent la disparition de Johannes Siebner sj, décédé ce matin 16 juillet à l'hôpital communautaire de Havelhöhe de Berlin-Kladow. Fin janvier, il avait été soudainement démis de ses fonctions de provincial des jésuites allemands en raison d'une tumeur au cerveau. C'était la dernière et la plus haute de ses fonctions, qu'il exerçait avec beaucoup de dévouement et de joie. Nous pleurons notre confrère décédé, et nous le pleurons ensemble, avec sa mère et ses frères et sœurs.

Johannes Siebner est né à Berlin le 24 août 1961. Après avoir obtenu son diplôme du Canisius-Kolleg de Berlin, il a d'abord étudié les sciences politiques et la religion catholique. Il a rejoint l'ordre des jésuites à Münster en 1983. Après des études de philosophie à Munich, un engagement de deux ans au sein du Service jésuite des réfugiés (JRS) en Malaisie, des études de théologie à la Faculté jésuite Saint-Georges, à Francfort, son ordination sacerdotale en 1992 à Cologne ainsi que des études complémentaires et un travail pastoral à Erfurt, le Père Siebner sj a occupé un premier poste de directeur spirituel du KSJ en 1993 et de professeur de religion à la Sankt-Ansgar-Schule de Hambourg. En 2001, il a été nommé directeur du Collège jésuite Saint-Blaise, dans la Forêt-Noire,. En 2011, il occupera le poste de recteur de l'Aloisius-Kolleg à Bonn-Bad Godesberg. Par deux fois, sa province l'a élu délégué aux assemblées de l'Ordre mondial. Au cours de la 36e Congrégation générale, le Père Général Arturo Sosa sj le nomme provincial, avec pour tâche de fonder une nouvelle Province d'Europe centrale avec les Provinces d'Autriche, de Lituanie-Lettonie et de Suisse. Il a pris ses fonctions de Provincial le 1er juin 2017.

L'œuvre de Johannes Siebner est marquée par la préoccupation pastorale de l'Ordre: "Aider les âmes". En tant que pasteur à Hambourg, il a renouvelé et profilé le concept de travail associatif de jeunesse, également au-delà de la région de Hambourg. Sa joie et son éloquence lors de ses discours public l'ont fait connaître bien au-delà des frontières de l'Ordre et ont fait de lui un interlocuteur, un pasteur, un conseiller et un orateur compétent et recherché. Il a participé à la fondation du "Centre pour l'éducation ignatienne" (à Ludwigshafen), dont il a initié les bases par le biais de publications (Schule ist für Schüler da. Warum Eltern keine Kunden und Lehrer keine Eltern sind (Ratgeber), Herder, Freiburg 2010 - L'école est là pour les élèves - pourquoi les parents ne sont pas des clients et les enseignants ne sont pas des parents, avec Klaus Mertes sj). Dans ses multiples activités, il est toujours resté à la fois un pasteur extrêmement philanthropique, humoristique, clair sur le plan analytique et en même temps sensible.

La révélation d'abus dans les collèges jésuites et dans l'ordre des jésuites a fortement ébranlé Johannes Siebner sj. Il a assumé la responsabilité des institutions envers les personnes abusées. Au cours d'innombrables conversations avec les personnes concernées, mais aussi avec les familles, les anciens élèves, les employés et les collègues, il a permis une réévaluation individuelle et institutionnelle. Il est courageusement intervenu lorsque les personnes sous sa protection et celles qui cherchaient à se protéger se sont tournées vers lui. Dans des situations de décision extrêmement complexes, il a enduré l'hostilité des directions les plus diverses sans perdre de vue l'objectif, à savoir la justice pour les victimes, la protection des élèves et de tous ceux qui se confient à la pastorale.

La mort prématurée de Johannes Siebner sj laisse un vide béant et nous remplit d'une grande douleur.