Ce dimanche 15 mars sera peut-être sans messe à Genève, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion autour de la tentation sectaire:

À quel saint se vouer ?

par Pierre Emonet sj - Où faut-il aller pour rencontrer le vrai Dieu? Quelle religion, quelle pratique est le bon chemin? C’est la question que la femme de Samarie pose à Jésus. Perplexe devant tant de propositions qui s’excommunient les unes les autres, elle ne sait à quel saint se vouer. Chacune, forte de ses dogmes, de ses structures, de ses rites, de son culte et de ses ministres prétend être l’unique bon chemin. Cette femme, qui n’est pas une théologienne ni même une bonne pratiquante, porte en elle des générations de polémiques, de crimes, de guerres de religions, d’excommunications, tout un arsenal de violence et d’intolérance brandi au nom d’un Dieu inconnu que chacun prétend connaître. Même les disciples de Jésus se sont laissés prendre au piège de l’intolérance, lorsqu’ils ont voulu exclure ceux qui ne faisaient pas partie de leur groupe. Comme si les religions étaient nécessairement fondées sur l’exclusive et l’exclusion?

Réponse de Jésus. Chère Madame, votre temple et celui de Jérusalem sont des constructions humaines qui prétendent enfermer Dieu pour le tenir à votre disposition. Leurs rites, leurs cérémonies, leurs sacrifices et leurs clergés ne sont que des échafaudages au service de la construction du vrai temple, des chemins d’approche d’un mystère toujours plus grand et jamais maitrisé.

Vous voulez rencontrer Dieu? Tournez-vous vers l’intérieur, plongez dans le centre le plus secret de votre conscience, ce sanctuaire où, seule avec vous-mêmes, vous êtes confrontée au jaillissement de votre propre être.

Une source y sourd, pure gratuité, qui vous entraîne au-delà de vous-même, vers le tout Autre. Cette eau, vive comme un Esprit, se joue des barrières religieuses. Elle vous presse d’aimer, d’accomplir le bien, d’éviter le mal. Voilà le lieu de l’adoration en esprit et en vérité!

En ramenant son interlocutrice à la source intérieure, Jésus renverse le mouvement. Il l’affranchit des eaux stagnantes du sectarisme religieux et de l'intolérance qui enferme et exclue. Les inquisiteurs et leurs excommunications congédiés, l’horizon s’élargit à la dimension incommensurable du divin. La source intérieure n’est pas une propriété exclusive des chrétiens; elle appartient à tous.