1 / 1

Voyages et pèlerinages au XXIe siècle

Le temps sont durs pour les pigeons voyageurs. Entre restrictions covidiennes et pressions écologiques, il y a de quoi perdre le nord. Alors choisir propose un tour de la question dans son trimestriel d’avril-mai-juin 2021, faisant écho aux festivals dont elle est partenaire: Histoire et Cité (qui a eu lieu du 23au 29 mars en ligne) et Il est une foi (à venir du 5au 9 mai).

Tous les voyages ne se ressemblent pas, mais tous ont un récit qui démontre leur importance intrinsèque. «Le désir de voyage rejoint un besoin fondamental de "mise en mouvement", tant extérieur qu’intérieur», rappelle Lucienne Bittar dans son édito. Un besoin aux retombées pas toujours neutres comme le démontrent les articles du professeur Jean-François Fayet, de l’historienne Naïma Maggetti et du jésuite Pierre de Charentenay. Si le premier retrace les visites de politiques de tous poils dans une Russie « qui n’a jamais cessé d’attiser la curiosité et l’imagination des Occidentaux », la seconde dépeint le balai diplomatique de l’État britannique dans ses colonies et les pays membres du Commonwealth. Le Père de Charentenay sj s’attarde quant à lui sur les voyages du pape qui visent à internationaliser l’Église et ouvrir le centre romain sur le monde, comme l’a encore prouvé sa récente visite en Irak. Le voyage est aussi affaire personnelle. Il est le reflet de notre besoin d’aventure et de nos convictions comme en témoignage Sébastien Kramer parti deux ans avec sa compagne à vélo. Et quand le spirituel se mêle au voyage (Céline Fossati), allant jusqu’à favoriser une conversion écologique lors d’une retraite ignatienne (Julien Lambert), les cartes se brouillent. Et Eugène de mettre un peu d’huile sur le pavé en rappelant qu’en ces temps de restrictions « des millions de voyageurs seraient à nouveau très heureux d’avoir honte de prendre l’avion… » En fin de premier dossier, choisir propose dans son portfolio, un détour en images et en mots chez ceux pour qui sauter les frontières n'est pas un choix : les contrebandiers kurdes iraniens qui, jour à après jour, au mépris de leur sécurité et pour des clopinettes, traversent les montagnes pour joindre l’Irak avec des marchandises de toutes sortes, de la machine à laver aux denrées alimentaires de base (Monir Ghaedi et Abbas Bahrami).

Pérégrinations jésuites

En marge de l'année ignatienne 2021-2022 qui débute en mai prochain, choisir rend hommage dans un deuxième dossier aux pèlerins jésuites. Au cœur de leurs voyages vers des horizons lointains, notamment en Chine et au Japon (Niklaus Brantschen sj), une notion tisse un lien entre les pionniers, comme François Xavier ou Matteo Ricci (Matthieu Bernhardt), et les compagnons contemporains: l'inculturation. Et pas besoin d'aller à l'autre bout du monde pour l'expérimenter. En Suisse aussi, les jésuites ont traversé quelques turpitudes avant de s'installer des deux côtés de la Sarine. (Pierre Emonet sj). Enfin, choisir propose un entretien (Lucienne Bittar) avec le provincial des jésuites de Suisse, Christian Rutishauser sj, à propos de son dernier livre sur Ignace de Loyola, tout juste sorti de presse en allemand: Freiheit kommt von innen. In der Lebensschule der Jesuiten (Liberté intérieure. À l’école de vie des jésuites). Bonne lecture!

Céline Fossati
revue choisir