• 1
  • 2
  • 3
  • 4

El Viajer de AsisIls sont fous ces Américains: ils ont adapté en dessin animé l’Encyclique Laudato Si’ pour lutter contre la culture du rebus et défendre la Création! Une jolie réalisation qui sera notamment diffusée dans les écoles.
«Le voyageur d’Assise comportera huit chapitres de trois minutes, constituant des histoires de résistance, d’espérance, de force et de défense de l’écologie intégrale et de la justice».

«Je ne comprends pas pourquoi les personnes achètent tant!» s'exclame un François d’Assise surpris après avoir en vain tenté de communiquer avec les passants d’une ville du XXIe siècle rivés à leurs téléphones intelligents et qui finit par parler à une poubelle qui engouffre joyeusement les rebus des passants.

C’est ainsi que débute le premier chapitre du dessin animé «Le voyageur d’Assise», qui comprend des insertions documentaires produites par le Réseau ecclésial pan amazonien (REPAM) pour «défendre la vie et la maison commune» en présentant des réponses de groupes et de communautés qui, «en de nombreuses parties du monde s’engagent à changer leur paradigme de la consommation et du rebus» générateur de «davantage d’injustice et d’exclusion» ainsi que le précise le communiqué parvenu à l’agence fides.

Basée sur l’Encyclique Laudato Sì du Pape François, la série, lancée le 22 juin, sera diffusée dans les écoles par l’intermédiaire du REPAM et par les institutions amies. «Nous visons à obtenir une diffusion de masse» explique Daniela Andrade du REPAM. Entre temps, les épisodes seront lancés sur Youtube et sur les réseaux sociaux, alors que sont en cours des négociations avec un certain nombre de chaînes de télévision. «Le voyageur d’Assise comportera huit chapitres de trois minutes, constituant des histoires latino-américaine de résistance, d’espérance, de force et de défense de l’écologie intégrale et de la justice», un François d’Assise qui voyagera sur la planète en conversant avec les créatures qui l’habitent. Son ami et homonyme, le Pape, l’a averti, préoccupé, des risques encourus.

Le voyage commence par l’épisode «En recyclant le rebus», se situant en milieu urbain au sein duquel le saint découvre la culture du rebus actuelle. «Culture» se demande-t-il perplexe, proposant la réutilisation intelligente des rebus. La note d’espérance provient des paroles du Pape qui soulignent la fonction écologique et sociale des coopératives de recycleurs sud-américaines et d’images et de paroles de protagonistes de cette action. Au cours de son périple, Saint François apprendra de nos sœurs créatures que l’égoïsme de certains, hommes et femmes, a transformé la nature en objet de consommation au service d’intérêts particuliers, mais il contemplera également la beauté et la grandeur de l’œuvre de Dieu et la résistance de beaucoup qui constitue une espérance pour l’avenir.

La série produite par le REPAM est une réalisation de Yaku Audiovisivi, une équipe multidisciplinaire disposant de l’appui d’Agence catholiques telles que la britannique CAFOD et l’américaine CRS. Les prochains épisodes s’intitulent «En pédalant pour le changement», «Manque d’eau?», «Semer l’espérance», «La valeur de l’or», «Les gardiens de la vie», «la commodité de la vague contemporaine» et «Nous avons dû nous en aller au Nord». Prochainement seront disponibles les traductions en portugais et en anglais. (SM/fides/réd.)

Rendez-vous en ville

  • "Notre coeur n'était-il pas tout brûlant...?" Lc 24,13-35

  • 1

Revue culturelle

  • 1

Les chroniques

  • Pâque et la danse

    Pâque et la danse

    J’oscille entre d’une part les Pâques sanglantes du Sri Lanka marquées par une série d’attentats coordonnées qui ont coûté la Lire la suite
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1