• Amira et les plus jeunes @ Les Amis des Enfants de Bethléem
  • “Hier, c’était ma balade matinale au lever du soleil-aujourd’hui impossible de s’y risquer” (Lisa)
  • Avec Marlen on sort toujours du tunnel @ Les Amis des Enfants de Bethléem
1 / 3

Les amis des enfants de Bethléem dans la tourmante

L’Association Les Amis des enfants de Bethléem -dont Jean-Bernard Livio sj est le vice-président- nous a fait connaître les réactions de son équipe locale lors des événements de Gaza et de Jérusalem en mai dernier. Même si heureusement pour l’heure les armes semblent s’être tues, la situation n’est pas éclaircie pour autant. Preuve en est, entre autres signes, que les pèlerinages ne peuvent reprendre pour l’heure, notamment pour cause de  nouvelle vague de malades de la Covid en Israël, et l’interdiction d’entrer et de séjourner dans les territoires pour les pèlerins (cela concerne Bethléem, Hébron, Ramallah, Naplouse, Jéricho, …)

Voici le témoignage fort des deux reponsables de l'équipe locale qui travaillent sur place.

Le Message de Jiries et Lisa du 23 mai 2021

Depuis le début de la pandémie, les enfants de Palestine vivent une réalité difficile socialement et psychologiquement. Certes la situation sanitaire est étrange pour le monde entier et les barrières sanitaires difficilement supportables. Mais pour le peuple palestinien cela se concrétise encore plus fortement par le manque d’autonomie, l’absence d’une Autorité reconnue, autrement dit l’absence de références solides et fiables.

Pour la plupart des gens, le niveau de vie a chuté de façon dramatique à cause du manque de travail (le tourisme est complètement interrompu). Cela a des répercussions directes sur les enfants. Depuis longtemps déjà, le manque d’infrastructures de jeux et de moyens de se dépenser est un réel problème dans la région. Avec cette nouvelle situation, c’est devenu encore plus grave.

Fin avril, la vie semblait avoir repris à peu près normalement, les enfants étaient revenus à l’école, heureux de retrouver leurs copains, et nous avons pu reprendre nos activités psychomotrices. Nous avons tous été très touchés par l’accueil que les enfants nous ont réservé à notre retour dans les classes. Il était évident qu’ils n’avaient rien oublié de leurs expériences avec nous.

Puis cette période de reprise a été marquée par le jeûne du Ramadan. Comme toujours pendant ce mois, la vie est bien réglée. Or c’est à ce moment-là, dans ce calme apparent, que différents événements douloureux ont eu lieu à Jérusalem autour des portes d’entrée qui mènent à la Vieille Ville et, plus durement, les menaces d’expulsion d’habitants arabes dans le quartier de Sheikh Jarrah. Tout s’est enflammé la veille de la fête de l’Aïd el-Fitr, à la fin du Ramadan.

Une vraie guerre, une fois de plus, entre Gaza et Israël d’abord, puis dans tout le pays. Le matin de la fête, les enfants jouaient encore dans tous les coins et ruelles de Bethléem.
Il est facile de comprendre à quel point ces nouveaux événements violents touchent les enfants. Bien sûr, il n’y a rien de comparable entre les enfants qui ont tout perdu ou qui sont morts à Gaza, et ceux de nos villes en Cisjordanie.

Nous savons à quel point il est important de continuer nos actions sur le terrain, de maintenir ces séances durant lesquelles les enfants vivent des moments de joie, d’espoir, de sécurité et de rêves... bref, où ils peuvent vivre leur enfance. Nos collègues éducatrices dans les différents établissements scolaires où nous œuvrons en sont aussi de plus en plus conscientes. Nous gardons donc grand espoir de continuer ce travail avec les institutions où nous sommes déjà engagés, et dans de nouvelles avec lesquelles nous avons déjà pris contact.

Ce matin, durant la séance, nous avons bien observé les enfants. Il y avait un réel engagement dans les jeux, dans toutes les démarches, et leurs regards en disaient long sur la joie de vivre ce moment.
Ils sont l’Espoir de tout un peuple…

Note de la rédaction: Spécialiste de la terre sainte, Jean-Bernard Livio sj n’a pas pu se rendre sur place depuis septembre 2019, pour rencontrer l’équipe locale de cette association qu’il a créée avec quelques amis, à la suite de ses voyages là-bas, pour aider et former le personnel de la petite enfance dans Bethléem et sa région. Il y retournra dès que cela sera possible et nous donnera d'autres nouvelles.
 

Auteur:

Né en 1940, entré chez les jésuites en 1966, il est archéologue et spécialiste de la Bible. Le Père Livio conduit régulièrement des groupes dans les pays du Proche-Orient et donne divers enseignements à partir de la Bible, en Suisse et à l'étranger, notamment au domaine de Notre-Dame de la Route à Villars-sur-Glâne (Fribourg). Il a été durant de nombreuses années membre du comité de rédaction de la revue choisir.

Newsletter