1 / 2

Élections allemandes: point de vue d'Autriche

Les élections fédérales allemandes auront lieu ce dimanche 26 septembre mettant fin à 16 ans de règne d'Angela Merkel. Un mandat qui s'achève dans quelques semaines sur un bilan jugé plutôt positif aux yeux des Allemands. Surnommée "Mutti", la figure rassurante du pays s'en va et laisse dans l'incertitude non seulement sa population mais les pays d’Europe qui attendent avec impatience de connaître le nom de celle ou de celui qui lui succèdera. Nous avons demandé à différents jésuites de la Province d'Europe centrale leur analyse de ce tournant capital : quelles sont leurs attentes ? Quel rôle l'Allemagne doit-elle continuer à jouer ?

Le premier à se prêter au jeu est le Père autrichien Christian Marte sj, recteur du collège jésuite d'Innsbruck:
L'Allemagne compte 83 millions d'habitant(e)s, l'UE 447, l'Autriche neuf. Ces proportions reflètent le poids de l'Allemagne vis-a-vis de l'UE et notamment de l'Autriche.

La manière dont l'Allemagne va gérer sa politique intérieure revêt une importance certaine pour ses voisins. De nouveaux interlocuteurs et de nouvelles interlocutrices politiques vont émerger, pas seulement à la tête du gouvernement. Les décisions sociopolitiques stratégiques prises en Allemagne affecteront aussi l'Autriche comme nous l'avons vu récemment avec la question du suicide assisté. Les influences pourraient également être probantes dans les secteurs tels que l'énergie verte (photovoltaïque), la mobilité (voitures électriques), le paysage médiatique (l'information comme divertissement), le droit fiscal (taxation des achats en ligne), ainsi que dans la gestion de la pandémie (prise en charge des plus vulnérables et remboursement des nouvelles dettes publiques?).

Le maintien, voire le développement de la subsidiarité, est-il possible? Les structures de type monarchiques sont actuellement encouragées par les médias qui concentrent leur attention presque exclusivement sur le sommet de l’État. Cela pèse sur les populations locales et rend les systèmes politiques instables. La culture de subsidiarité de l'Allemagne peut-elle se développer davantage et servir de modèle à d'autres?

Quelle sera le poids du nouveau gouvernement fédéral dans la gestion des questions européennes à long terme ? La protection du système juridique commun de l'UE est centrale. Cela nécessite des connaissances historiques et la volonté de s'engager dans un processus qui peut s'avérer conflictuel.

Cela implique de décider si les valeurs européennes doivent s’imposer au-delà de la seule économie. De l'extérieur, l'Union européenne est perçue comme très attractive, notamment en raison de son système juridique fiable.

Au bénéfice de quelle(s) puissance(s) l'Allemagne va-t-elle utiliser son pouvoir géopolitique? La Chine, la Russie et la Biélorussie, les pays des Balkans, le Proche-Orient, l'Iran et le Nigéria, le Brésil et l'Argentine: tous présentent des contextes difficiles. Le nouveau gouvernement fédéral allemand va devoir décider pour qui il mettra en œuvre son influence. Là encore, se risquera-t-on plus loin que les simples relations commerciales, pour s'intéresser aux personnes en situations difficiles, par exemples dans les prisons?

Le Père Christian Marte SJ (né en 1964) est l'actuel recteur du collège jésuite d'Innsbruck.

Auteur:

Christian Marte sj

Le Père Christian Marte sj est né en 1964 à Feldkirch/Vorarlberg. Il a étudié l'économie à Innsbruck où il a obtenu son doctorat. Sa thèse portait sur le "changement organisationnel dans les organisations caritatives à but non lucratif". Avant d'entrer dans la Compagnie de Jésus en 1999, Christian Marte a été secrétaire général adjoint de la Croix-Rouge autrichienne. Il a étudié la philosophie à Munich et la théologie à Londres et à Innsbruck. Il a été ordonné prêtre en 2008 et a dirigé la Kardinal König Haus, le centre de formation jésuite de Vienne jusqu'en 2017. Le Père Marte est actuellement recteur du collège d'Innsbruck et aumônier de prison.

Newsletter