• 1
  • 2
  • 3
  • 4

MeyerPascal sjDepuis quelques semaines, le jésuite zurichois Pascal Meyer a rejoint l'équipe de Jesuit Worldwide Learning (JWL) à Genève, une organisation jésuite soutenue par les Provinces de Suisse, d'Allemagne et d'Autriche qui offre un enseignement supérieur équitable et de qualité aux personnes et aux communautés en marge de la société, partout dans le monde. Qu'attend-il de cette nouvelle expérience? Premières impressions alors qu'il part en Jordanie pour une première mission de deux semaines. (voir également la vidéo enregistrée à Amman en fin d'article)

«J'ai débuté ma nouvelle vie de jésuite en 2013. Je suis entré cette année-là au noviciat des jésuites à Nuremberg, puis j'ai poursuivi mes études de scolastique à Munich: au total, j'ai passé cinq ans en Allemagne avant de revenir en Suisse. Durant tout ce temps-là, j’ai appris et fait beaucoup de choses… mais malheureusement je n’ai jamais eu l'occasion de pratiquer mon français. Et voilà que tout à coup mon provincial -Christian Rutishauser sj- me dit: «Pascal, ta prochaine destination de formation sera à Genève dans notre projet Jesuit Worldwide Learning. Tu commenceras en septembre 2018.». Que signifie Jesuit Worldwide Learning? Je n'en avais aucune idée!

»J'ai appris que c’était un nouveau projet international dans lequel les jésuites offrent des enseignements supérieurs à des personnes qui vivent en marge, des réfugiés notamment, qui n’ont pas accès à l’éducation. Les jésuites ont ainsi déjà construit plus que 40 centres d’éducation répartis sur trois continents.

»Mon travail pour les années prochaines au sein de JWL? Ce sera de m’occuper plus spécifiquement des diplômés du programme. Ce projet m'enthousiasme et je me réjouis de m’y engager pleinement. En même temps, avant de m'y retrouver, deux questions personnelles se posaient à moi face à cette nouvelle destination:
Premièrement, que pouvait apporter un jeune scolastique comme moi? Bien que cela fût précisément l'un des projets jésuites qui m’intéressait le plus et où j'aspirais à travailler, je m'inquiétais qu’ils ne cherchent pas vraiment un profil comme le mien, c'est-à-dire: un jeune homme sans expérience du monde du travail en milieu international. Heureusement, je me trompais: au mois de février, mon futur chef m’a rencontré à Munich et m’a confirmé qu’il avait un poste de «stagiaire» à me proposer; je serai ainsi le premier stagiaire intégré au projet.

»Puis, la surprise passée, je me suis dit: Oh mon Dieu, comment je vais m'en sortir à Genève avec mon niveau de français et d' anglais? Sans expérience professionnelle et sans connaissances des milieux internationaux, ce défi sera-t-il à ma portée?

»J'avais beaucoup de questions et peu de réponses. Alors, au milieu du mois d’août, j’ai passé quelques jours à faire des Exercices spirituels pour réfléchir à ces questions. C’était important pour me lancer sereinement dans ce défi.

»Je sais que je ne suis pas à Genève pour sauver le monde ou réinventer la roue. Mais je vois ma nouvelle destination comme une mission apostolique. Les apôtres de Jésus ou les premiers compagnons de Saint Ignace ne savaient pas non plus ce que l'on attendait d'eux quand ils ont été appelés à une nouvelle mission. Une nouvelle fonction ou destination est toujours une aventure. Et c'est sans doute la manière dont je dois comprendre ce nouvel engagement: comme une aventure apostolique.»

Pascal Meyer sj était à Amman, en Jordanie, en ce mois de septembre. Voici la première vidéo qu'il y a tournée et qu'il a postée sur la chaîne YouTube de JWL:

Rendez-vous en ville

  • "Notre coeur n'était-il pas tout brûlant...?" Lc 24,13-35

  • 1

Revue culturelle

  • 1

Les chroniques

  • Pâque et la danse

    Pâque et la danse

    J’oscille entre d’une part les Pâques sanglantes du Sri Lanka marquées par une série d’attentats coordonnées qui ont coûté la Lire la suite
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1
  • 1