Madonna della stradaLe 24 mai, nous célébrons Notre-Dame-de-la-Route (du nom de la Maison où les jésuites de Fribourg accueillent leurs hôtes pour des retraites et sessions de formations). Mais qui est donc Notre-Dame-de-la-Route? Une «Madone» chère aux jésuites, où plus précisément la représentation de la Vierge Marie avec l’Enfant Jésus qu'elle tient de sa mains gauche, un œuvre qui se trouve dans la chapelle latérale gauche de l’église du Gesù, à Rome.

Mais revenons un peu en arrière. Il y a plus de mille ans déjà, à Rome, les voyageurs demandaient protection à Nostra Signora della Strada.

Au XIIe siècle, à Rome, une chapelle appelée l'Astalli, puis l'Altieri (du nom de la place sur laquelle elle est apparue), devient un haut lieu de pèlerinage. Cette chapelle, où Saint Ignace de Loyola célèbrera la messe quelques siècles plus tard, prend ensuite le nom de l'église Santa Maria della Strada.

En 1539, un jeune prêtre italien, Pietro Codacio, est admis dans la Compagnie de Jésus. Parmi les biens propres auxquels il doit renoncer en raison de son vœu de pauvreté, se trouve l’église Santa Maria della Strada et ses revenus.

À sa demande, le pape Paul III transfère la petite église et ses revenus (à utiliser pour sa gestion et entretien) à la Compagnie de Jésus. C’est la toute première église des jésuites qui y exercent leur ministère spirituel. Juan de Polanco décrit l'église comme «étroite, humide et délabrée». Elle n'en est pas moins très fréquentée.

En 1568, lorsque l’église est démolie pour faire place à la nouvelle et grande église du Gesù où se trouve le tombeau de Saint Ignace, l’image de Notre-Dame-de-la-Route est transférée dans la chapelle latérale se trouvant à la gauche du sanctuaire principal consacré au «Très saint nom de Jésus».

L’image a été rénovée en 2006. Débarrassée d’ajouts anachroniques, elle a retrouvé ses couleurs initiales.

Ainsi, provenant de la toute première église confiée à la Compagnie de Jésus, on comprend aisément que la Madonna della Strada soit tenue en particulière vénération par les jésuites qui en ont fait leur sainte patronne, souvent invoquée lorsqu’ils sont eux-mêmes sur la route.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, avant la suppression momentanée de la Compagnie de Jésus, nombreux furent les jésuites qui firent leur profession religieuse définitive devant l'image.

Notre-Dame-de-la-Route est liturgiquement fêtée le 24 mai.


Une œuvre vénérée par Ignace

L'image de la Madonna della Strada est une fresque de 68 x 75 cm peinte sur ardoise vraisemblablement entre la seconde moitié du XIIIe siècle et la première moitié du XIVe siècle. Bien que l'attribution n'ait pas encore été définie, des éléments de sa composition suggèrent qu’elle est issue de la meilleure école médiévale romaine de l’époque.

La Vierge est représentée avec l'Enfant dans les bras, qu'elle tient de sa main gauche, tandis qu'elle l'éveille, l'ouvre, s'adresse aux fidèles. Sa tête est couronnée entourée d’une auréole, son regard est frontal, et l'ensemble de sa figure est enveloppé dans un manteau doré. L'Enfant est représenté dans la posture du Christ Pantocrator (un évangile dans la main gauche et la main droite levée pour bénir). Il a un regard frontal marqué par une austérité sereine.

Dans l'ensemble, l'image semble évoquer la typologie de la Mère comme médiatrice de la grâce qui, en même temps, nous invite à avoir confiance en son Fils et intercède auprès de lui.

L'image était à l'origine dans la petite église appelée l'Astalli, puis l'Altieri (du nom de la place sur laquelle elle est apparue), finalement appelée Madonna della Strada. Selon le P. Pietro Tacchi Venturi, la zone dans laquelle elle se trouvait est celle de l'actuelle Piazza del Gesù, en bordure de la Via dell'Aracoeli.

L'image de la Madonna della Strada a été nettoyée et restaurée récemment.

Source : https://www.chiesadelgesu.org/la-chiesa/visita-virtuale/cappella-della-madonna-della-strada/