Couverture choisir 697L’Histoire sous le prisme de la mémoire

Notre mémoire est chose vivante, donc subjective. Socle sur lequel se construit une identité propre, familiale, culturelle, nationale ou religieuse, elle influence -souvent inconsciemment- notre rapport au monde. Impossible d’échapper au lègue de nos aïeux et à nos propres souvenirs. L’épigénétique nous apprend que ce qui opprime un individu ou un peuple pourrait même influer sur le code génétique des générations suivantes (A. Giacobino / C. Fossati). Sur le plan collectif, la mémoire est un outil de choix pour cimenter un peuple ou pour en marquer les divisions. Les récentes exigences de déboulonnage de statues célébrant ce qui est perçu aujourd’hui comme des erreurs historiques montrent à quel point l’Histoire est soumise aux prismes de nos mémoires (B. Perez). «L’émotion, la mode et la mauvaise conscience habilement exploitées re-modèlent un passé hors sol à l’image du présent», écrit dans son éditorial Pierre Emonet sj.
Pour son numéro de janvier, la revue visite ainsi, comme autant d’illustrations de cette théorie, des pages d’histoire dont la relecture partiale impacte la politique contemporaine. Le Hongrois rêve aux gloires passées de l’Empire (P. Gradvohl), l’Espagnol déterre et ré-enterre ses morts de la guerre civile pour leur rendre justice (A. Maurice), le Russe dresse un autel au tsar assassiné par ses pères, longtemps considéré pourtant comme un homme sanguinaire (Korine Amacher), et le Turc séquestre le monument de Sainte-Sophie en rêvant à la restauration de la Sublime Porte. (J. Marcou).

Une mémoire bien comprise, idéale, serait comme un passage obligé qui permettrait de garder le lien avec le passé, pour mieux s’inscrire dans le présent et aller de l’avant. C’est celle qui habite la Bible. Reconnaissance de la filiation à Dieu et célébration des bienfaits de celui-ci sont au cœur de la foi du juif et du chrétien, comme une invitation à se mettre au service de la vie, en anticipant le temps de son accomplissement (J.-B. Livio sj, M. Rastoin sj).

Prévoir l’imprévisible

Cette action en trois temps est le fil rouge de notre dossier Anticipation, le deuxième de cette édition. Explorer l’espace des possibles, anticiper les conséquences de nos actes sont des démarches complexes, dont nul ne peut faire l’économie, encore moins ceux qui ont du pouvoir, politique, économique ou scientifique. Le contraire se paye cher: euphorie et aveuglement des financiers ont conduit à la crise des subprimes (P. H. Dembinsky); gestions internationales, nationales et individuelles calamiteuses de la crise du climat ont mené nos écosystèmes à des suites de catastrophes (D. Bourg / L. Bittar).
Aujourd’hui, les expériences dans le domaine de la modification du génome humain et de la biologie de synthèse dirigent l’humanité en des terrains inconnus. Saurions-nous cette fois surmonter nos dénis en la matière et prendre au sérieux les pires scénarios? (N. Al-Rhodan) Tout comme la neuro-philosophie, la science-fiction peut nous aiguiller. Littérature d’anticipation, elle nous pousse à réfléchir à notre avenir, celui que nous désirons et celui que nous craignons (A. Spierings).

De mémoire et d’avant-garde, il est aussi question dans l’ensemble de nos pages Culture. Pour écrire son roman d’aventure Comme des Mohicans, Philip Taramarcaz se livre à une enquête sur ses origines valaisannes (L. Bittar); le cinéaste Jean-Luc Godard fête ses 90 ans, une occasion pour retracer son parcours exceptionnel (N. Dassa); dans une exposition, la Fondation Beyeler explore les traces de l’influence de Rodin dans l’œuvre de Jean Arp (G. Nevejan). Sans conteste, la créativité actuelle se nourrit de celle de nos pères.

Lucienne Bittar
revue choisir

Revue choisir
SOMMAIRE
n° 698, janvier-février-mars 2021

Éditorial
Ni prison ni alibi, le passé
par Pierre Emonet sj, directeur

MÉMOIRE
Bible
Le souvenir, terreau de la foi
par Jean-Bernard Livio sj, bibliste
Société
Déboulonnage ou contextualisation?
Entretien avec Sébastien Farré et Yan Schubert
par Benito Perez, journaliste
Politique
Hongrie, un pouvoir qui écrit et efface l’histoire
par Paul Gradvohl, historien
Politique
Le périple de Sainte-Sophie ou la sagesse malmenée
par Jean Marcou, politologue
Histoire
Le Valle de los Caídos ou l’ombre du franquisme
par Thierry Maurice, historien
Histoire
Nicolas II, du tsar sanguinaire au tsar innocent
par Korine Amacher, historienne
Cinéma
Quand Hollywood écrit l’histoire
par Patrick Bittar, réalisateur de films
Médecine
Épigénétique: peut-on échapper à son ADN?
par Ariane Giacobino, médecin, et Céline Fossati, journaliste

ANTICIPATION
Sciences

Biologie de synthèse et super-intelligence
par Nayef Al-Rhodan, neuroscientifique
Politique
Climat: aveugles et sourds
Entretien avec Dominique Bourg
par Lucienne Bittar, rédactrice en chef
Art
Ce qui est, ce qui sera et ce qui aurait pu être
par Amanda (Garcia) Spierings
Finances
De l’incertitude au risque
par Paul H. Dembinski, de l’Observatoire de la finance
Théologie
De la gratitude à l’espérance
par Marc Rastoin sj, bibliste 

CULTURE

Lettres
Des Mohicans au Valais
rencontre avec Philip Taramarcaz
par Lucienne Bittar
Cinéma
Jean-Luc Godard: un souffle, un nom, un mythe
par Nathalie Dassa, journaliste
Exposition
L’aura de Rodin dans l’œuvre de Jean Arp
par Geneviève Nevejan, journaliste

LIVRES OUVERTS

Home Couv 698 01 

LucienneBittarRevue culturelle
choisir
Avenue du Mail 14B
1205 Genève

Lucienne Bittar Email Lucienne Bittar
Rédactrice en chef
Tel. +41 22 808 04 19

archives choisir

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6