Couverture choisir 697«Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse», dit le proverbe. Or nous savions qu'une pandémie nous pendait au nez aussi sûrement que savons que nous sommes sur une voie écologique sans issue! Et maintenant, qu’allons-nous faire? Qu'allons-nous retenir de la crise de la Covid-19 et des comportements humains qui ont fait jour? Quels changements durables cela induira-t-il? La revue choisir d'automne fait le point, côté social, religieux, politique et économique.

Un virus choc…

«La crise ébranle toutes les économies du monde, au diapason d’une logique globalisée et inégalitaire déjà bien rodée», note dans l’éditorial Lucienne Bittar. «Une crise qui remet au premier plan le rôle de l’État (…) qui se porte au secours de ses citoyens et entreprises à coups de sommes astronomiques. En Suisse, se sont 71 milliards de francs qui ont été engagés par la Confédération à ce jour.» Selon l’économiste Étienne Perrot sj, à l’horizon de trois ou quatre ans, les conséquences économiques probables de la crise du coronavirus seront très graves. «La récession actuelle se transformera sans doute en dépression, par une sorte d’embolie de l’économie provoquée par un enchaînement de faillites longues à être surmontées. Les États pourront dépenser “autant que nécessaire”, cela ne suffira pas à éviter une sévère dépression.» Et Jean-Marie Brandt de relever que «cette parenthèse sanitaire est un facteur aggravant et non pas déclenchant de la crise économique. Elle a mis à nu les plus faibles, les oubliés du marché de l’emploi, auprès de qui le principe de travail-dignité ne semble pas s’appliquer.» Autrement dit, «la crise du coronavirus nous met tous en demeure de relancer la réflexion en vue d’un modèle renouvelé de mondialisation, dans lequel le souci des pauvres, de l’environnement naturel et des générations futures devraient occuper une place centrale», martèle Martin Maier sj, dans son article sur les dangers mortels auxquels l’Europe doit faire face. Et ce n’est pas Myriam Bettens, qui relève la surinfection de la population par le virus de la xénophobie, ni René Longet, qui rappelle l’urgence de la mise en place d’une politique agro-alimentaire responsable, qui diront le contraire. Et que dire des politiques sanitaires qui coûtent aussi cher en argent comptant qu’en libertés individuelles mises à mal par des restrictions sociales parfois fortement critiquées, notamment par Jean-Dominique Michel avec lequel Lucienne Bittar s’est entretenue?

…soulevant des questions spirituelles

«Nous nous savions mortels. Nous nous découvrons interdépendants, contaminés, contaminants, contaminables, aussi autre que les autres», relève Sabine Protais. Une découverte qui appelle des réponses spirituelles et philosophiques que Luc Ruedin sj trouve chez Nietzsche, là ou d’autres puisent dans la Bible: pour «ceux qui sont soucieux de la vie des autres et attentifs à ce qui se donne à vivre», cette pandémie est «l’occasion de mieux comprendre la fragilité et la beauté de la vie. Elle leur permet de percevoir l’injustice du monde et d’y voir aussi ceux qui sont “affamés et assoiffés de justice” (Mt 5,6), la violence du monde et les “faiseurs de paix” (Mt 5,9).» (Philippe Lefebvre op). Cette pandémie, finalement, a révélé le fond de bonté qui continue d’habiter l’humanité, se réjouit Étienne Grieu sj. D’aucuns se demandent encore si, face aux incertitudes induites par la pandémie, la réponse des Églises a été à la hauteur des attentes? Le numérique a certes su leur venir en aide durant le confinement, avec plus ou moins de sagacité. Il a aussi mis au jour le besoin de se poser des questions fondamentales, notamment sur le rôle de l’eucharistie et de ceux qui la donnent (David Douyère, François-Xavier Amherdt). Attila Jakab dépeint enfin la fâcheuse inclinaison des Églises à se renfermer sur leurs engagements régionaux, et la disparité locale en découlant au sein d’une même confession.
Une lecture propre à se forger une opinion! Bonne lecture!

Céline Fossati
revue choisir

Revue choisir
SOMMAIRE
n° 697, octobre-novembre-décembre 2020

Éditorial
Un vaccin contre l’indifférence
par Lucienne Bittar

COVID-19
Bible
Un signe venu de Dieu?
par Philippe Lefebvre op
Spiritualité
Un temps de présence
par Étienne Grieu sj
Spiritualité
Le terreau de la fraternité
par Sabine Protais
Société
Le silencieux virus de la xénophobie
par Myriam Bettens
Politique
L’Europe entre danger mortel
et nouveau départ
par Martin Maier sj
Politique
Quelle autonomie agro-alimentaire
par René Longet
Économie
Une crise structurelle
par Étienne Perrot sj
Économie
Une parenthèse dans le darwinisme néolibéral
par Jean-Marie Brandt
Regard

Une pensée unidirectionnelle,
entretien avec Jean-Dominique Michel par Lucienne Bittar
Environnement
L’éveil des consciences
par Kevin Despond
Philosophie
Sous le regard de Nietzsche
par Luc Ruedin sj
Religions
Le numérique, outil de combat
par David Douyère
Église
Le sacerdoce de tous
par François-Xavier Amherdt
Église
Institution et communauté à l’épreuve
en Hongrie et au Québec
par Attila Jakab

CULTURE

Expositions
Jean Dubuffet, la fabrique de l’œuvre
par Geneviève Nevejan
Regard
Nouvelles cartes
par Eugène
Cinéma
Markus Imhoof et l’accueil de l’exilé
par Patrick Bittar

 

LIVRES OUVERTS



LucienneBittarRevue culturelle
choisir
Avenue du Mail 14B
1205 Genève

Lucienne Bittar Email Lucienne Bittar
Rédactrice en chef
Tel. +41 22 808 04 19

archives choisir

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6