JWL kakumastudentGraduation2 2017

Apprendre ensemble pour transformer le monde, telle est la devise de Jesuit Worldwide Learning (JWL). L'organisation internationale propose aux personnes et aux communautés en marge de la société un accès à l'enseignement supérieur. Ses cours en ligne leur donnent la possibilité d'acquérir des connaissances professionnelles et académiques au sein de groupes de travail internationaux et multi-religieux. JWL contribue ainsi à créer un monde plus pacifique, plus humain.

JWL a été fondé en 2010, à la suite de l'alliance de plusieurs universités jésuites et prend actuellement en charge plus de 3000 étudiants provenant de plus de 40 pays (chiffres de 2018). Dans ses centres d'apprentissage, ces derniers peuvent participer à des cours de langue, des cours de formation professionnelle et des cursus délivrant un diplôme et une licence. Internet permet de mettre à disposition dans le monde entier, rapidement et à moindres frais, un programme de formation de qualité. Pour cela, JWL travaille sur place avec des partenaires tels que le HCR (l’agence des Nations Unies pour les réfugiés), le JRS (le Service des jésuites pour les réfugies) et les Provinces jésuites.

Des valeurs

En tant qu'œuvre des jésuites des Provinces de Suisse, d'Allemagne et d'Autriche, JWL soutient les valeurs chrétiennes et la pédagogie du fondateur Ignace de Loyola. Dans son esprit, elle souhaite aider les pauvres, les déplacés et les marginalisés à prendre leur vie en main et ainsi encourager les cadres dirigeants de demain. «Former des personnes à l'esprit critique, à la recherche de solutions, constitue la clef de la paix» note le Père Peter Balleis sj, président exécutif de JWL.

L'apprentissage dans les régions en crise

JWL2

Par des cours cibls, JWL souhaite former les personnes dans les communautés où elles vivent. L’organisation leur donne ainsi de l'espoir, des perspectives professionnelles et contribue en même temps à stabiliser à long terme les régions en crise, pour éviter l'exode et les déplacements. «Dans les régions où le niveau d'éducation est bas, le risque de conflit est élevé», relève le Père Peter Balleis sj.

Le programme de formation

JWL utilise les méthodes de la formation intégrée. Ses universités partenaires proposent des cours de qualité sur Internet, que suivent les étudiants avec des professeurs en groupes de travail virtuels et, sur place, avec des tuteurs. Actuellement, notre programme de formation comprend les possibilités suivantes:

• des cours d'anglais reconnus au niveau international avec examens en ligne de l'lnstitut de langues de Cambridge ;
• des cours de formation professionnelle d'une durée de six mois avec comme spécialisations, notamment : la formation d'enseignants, la santé, l’agriculture durable, l'informatique et la pratique du sport par les jeunes;
• une formation universitaire a l'issue de laquelle les étudiants obtiennent un «Diploma in Liberal Arts» de l'Université de Regis, à Denver (Colorado); un cursus qui leur permet suivre des programmes de licences organisée par JWL en collaboration avec des universités partenaires.

Pour soutenir JWL

Jesuit Worldwide Learning (JWL) peut mener ses actions grâce au soutien de la Compagnie, mais ne pourrait le faire sans l'octroi de legs et des dons privés.  Si vous aussi vous souhaitez soutenir la mission de JWL, vous pouvez le faire depuis la Suisse en adressant votre contribution à la:
Fondation Jésuites international
Hirschengraben 74
8001 Zurich
Tél. : +41 44 266 21 30
E-mail :
 
Compte pour les dons
Postfinance : 89-222200-9
IBAN : CH51 0900 0000 8922 2200 9
BIC: POFICHBEXXX

Mention: JWL Global

JWL New GRACE 2 New BalleisP


 Communiqué de presse - JWL s'installe à Genève

JWL site af275

Genève, le 27 septembre 2016 – Les jésuites de Suisse, d’Allemagne et d’Autriche ont créé ensemble à Genève un programme international de formation en ligne pour les personnes défavorisées, notamment les réfugiés. Baptisée Jesuit Worldwide Learning (JWL), cette Université transfrontière a été présentée au public par son président, le Père Christian Rutishauser sj, provincial des jésuites de Suisse. «Notre objectif est de former des jeunes dans des régions en crise, ainsi que dans des bidonvilles, des villages ou des camps de réfugiés, en proposant des cours en ligne à des classes multiethniques et multireligieuses. Ces étudiants seront les cadres de demain. Cette formation vise à les aider à faire évoluer, pacifiquement, les choses dans leur pays», explique le Père Rutishauser sj.

Jesuit Worldwide Learning (JWL) étend le champ d’action de l’alliance d’universités jésuites américaines dont elle est issue (JC:HEM) qui organisait avec succès depuis 2010 des programmes d’études pour les réfugiés, en collaboration avec le Service jésuite international des réfugiés (JRS). Quelque 4000 étudiants en ont déjà bénéficié. «Nous allons aujourd’hui plus loin et voulons nous adresser non seulement aux réfugiés, mais à l’ensemble des femmes et des hommes en marge de la société», explique Peter Balleis sj, président exécutif de JWL.

Autre nouveauté: des universités des quatre coins du globe vont être intégrées et participer aux programmes d’études. Parmi elles, l’Université de Genève. JWL était déjà activés aux Etats-Unis (Washington), et l’est à présent aussi en Europe, avec un siège dans la ville neutre de Genève où l’ONU, l’OMS et le HCR ont leur siège.

«Learning together ‒ transforming the world» ‒ telle est l’ambitieuse devise de JWL. Le Père Balleis sj est convaincu que l’approche globale qui consiste à apprendre ensemble, sans clivages, et à former des personnalités douées d’esprit critique, et axées sur la recherche de solutions, est la clé de la paix. « Ne sortons pas les "éléments les plus intelligents" de leur environnement pour les placer dans l’une de nos grandes universités. Allons au contraire les former chez eux. » Une singularité porteuse d’espoir. Notons encore que quelque 1500 dollars suffisent à financer une année d’étude pour un étudiant.


JWL - Paroles de diplômés

bassam hashim grad 17e38Bassam Adnan Hashim est né en 1984 en Irak.
Il a grandi entouré de ses trois sœurs et de ses deux frères. Alors qu’il atteint ses quinze ans, sa famille l’aide à s’enfuir et à quitter l’Irak pour ne pas être enrôlé par l’armée. Il arrive ainsi à Amman, en Jordanie. Pas facile pour le jeune adolescent, le choc culturel est rude. Loin de sa famille, il tente de survivre et commence accumuler les petits boulots. «Mon avenir me semblait bien sombre».

Quelques années plus tard, il entend parler de Jesuit Worldwide Learning: Higher Education at the Margins (connu alors à Amman sous le nom de JC:HEM) et de ses programmes d’enseignement supérieur avec possibilité d’obtenir un diplôme. «Un ami m’a encouragé à m’inscrire. J’ai été très content que ma candidature ait été acceptée. Sans ce programme, je n’aurais jamais pu suivre une formation supérieure, je n’en aurais pas eu les moyens. Grâce à cette formation, je me suis senti un citoyen du monde à part entière. J'ai acquis des compétences et j’ai appris à accepter les autres, indépendamment de leur race, de leur sexe, de leur religion ou encore de leur origine ethnique. J'ai aujourd’hui une vision plus claire de mes objectifs et de ce qui compte pour moi dans la vie.» Bassam a suivi un programme généraliste mêlant sciences sociales et politique, philosophie et communication. «Poursuivre mes études supérieures est aujourd’hui l'un de mes buts.» Avec le soutien des jésuites, Bassam Adnan Hashim a trouvé un travail au sein d’une organisation de journalistes créée en 2013, qui informe sur la guerre en Syrie. Pour le jeune irakien, cette formation proposée par JWL a changé sa vie et il souhaite que d’autres puissent en bénéficier. «Sans éducation, les situations tragiques se perpétuent.»

Murial2015 f1ba2Muriel Ilunga, est née à Lusaka, en Zambie, de père zambien et de mère congolaise.
Elle est l’aînée de cinq enfants. En 2001, parents et enfants fuient la Zambie pour le Malawi. En 2006, Muriel est admise dans le camp de réfugiés de Zaleka. Après quelques années de galère, elle est enfin accueillie avec ses proches dans un endroit où ils ont à manger, accès à des soins médicaux et à l’école. Pour les femmes, mal considérées, ce n’est pourtant pas le paradis. Les abus sexuels dans le camp sont fréquents.

Muriel a pu s’inscrire à un programme de cours du JWL proposé par les jésuites dans le camp. Après l’obtention de son diplôme, elle a été engagée par l’UNHCR comme Community Development Facilitator, travaillant dans le camp avec des femmes et des filles autour de la violence sexuelle et des discriminations sexistes. Muriel est fière de se battre pour faire valoir les droits de la femme en Afrique. «Dans le camp, un certain nombre d'activités sont proposées aux femmes et aux filles afin qu'elles apprennent à défendre leurs droits et à gérer les défis auxquels elles font face.» Aujourd’hui Muriel est confiante en l’avenir et en ses compétences. Même si un jour une occasion différente se présentait à elle, son objectif, dit-elle, resterait le même: «être une femme au service des autres.
Je suis surprise de voir le nombre de filles qui se tournent vers moi dans le camp et me disent que je suis bien plus forte et meilleures qu’elles. En tant que diplômé, je suis en mesure de dire aujourd’hui: «Je l'ai fait, vous pouvez le faire aussi».

La paix en action

Le "Billet jésuite" de mai 2019 de Pascal Meyer sj

Le monde a besoin de plus d’animateurs pacifiques engagés! Nos étudiants du cours professionnel "animateur pacifique" (Peace Leader) en Irak nous expliquent ce qu'ils étudient, ce qui les motive et quels sont leurs espoirs."

Une mission jésuite à l'international
Le jésuite zurichois Pascal Meyer a rejoint fin 2018 l'équipe de Jesuit Worldwide Learning (JWL) à Genève, une organisation jésuite soutenue par les Provinces de Suisse, d'Allemagne et d'Autriche qui offre un enseignement supérieur équitable et de qualité aux personnes et aux communautés en marge de la société, partout dans le monde. Chaque deux mois environ, il poste une vidéo qui donne des nouvelles sur l'un des aspect de l’enseignement engagé par JWL.