cour st Boniface gSt-Boniface côté cour © Luc JaquetL'antenne ignatienne de Genève propose aux citadins de prendre soin, au cœur de leur vie, de leur spiritualité. Forte du constat qu'il est de plus en plus difficile de prendre plusieurs jours à un mois pour faire une retraite dans un lieu spécialement prévu à cet effet, elle propose de vivre des semaines de retraite dans la vie -avec des rencontres de suivi en fin de journée ou en week-end- pour que la spirituelle ne soit pas qu'une simple parenthèse dans le quotidien. Ainsi, depuis l'automne 2012, l’antenne ignatienne propose différentes formations et notamment, grâce à une collaboration avec l'aumônerie l'université, des Exercices spirituels dans la vie.

L'antenne célèbre également l'eucharistie, du lundi au jeudi à 18h45, à l'église de St-Boniface (av. du Mail 14). Fiez-vous aux infos messe pour vous assurer qu'il n'y ait pas de changements de dernières minutes.

Un autre aspect qui reste très important dans le cadre des activités des jésuites à Genève, c'est l'accompagnement spirituel: un temps pour des rencontres personnelles durant lesquelles la personne accompagnée peut parler de ce qu'elle vit dans sa prière et, d'une façon plus générale, dans sa relation à Dieu.

Les activités des jésuites de Genève s'inscrivent dans la suite des projets en réseau que les jésuites ont accomplis ces dernières décennies, dont la cofondation de l'Atelier Œcuménique de Théologie.

Enfin, vous retrouvez ci-dessous le commentaire quotidien de l'évangile du Père Bruno Fuglistaller sj.


"Tous les dix n'ont-ils pas été purifiés...?" Lc 17,11-19

Lc 17,11-19 (Mercredi de la 32e semaine de l'Ordinaire). Dix lépreux sont guéris, un seul, un Samaritain, revient sur ses pas pour rendre grâce. Luc montre à la fois la gratuité du geste du Christ et l'importance de la gratitude de celui qui en fait l'objet. Ce Samaritain reconnaît la valeur de la santé retrouvée. Il voit et apprécie ce qui s'est passé. Comment développer cette attention à ce qui va bien, mieux dans nos vies... rendre grâce....

"Nous sommes de simples serviteurs...." Lc 17,7-10

Lc 17,7-10 (Mardi de la 32e semaine de l'Ordinaire). S'adressant toujours aux apôtres, Jésus leur rappelle leur place. Ils sont des serviteurs, qui ont travaillé, dont la tâche n'est pas inutile, loin de là, mais des serviteurs tout de même.  Etre au service, c'est reconnaître une valeur à celui, ceux que l'on sert. Il est bon de s'en rappeler à un moment où l'autorité voire le pouvoir sont présentés comme un service. 

"Augmente en nous la foi..." Lc 17,1-6

Lc 17,1-6 (Lundi de la 32e semaine de l'Ordinaire). Déjà du temps de Jésus les croyants étaient éprouvés par des scandales. Et face à ces difficultés, les apôtres demandent davantage de foi. Et la réponse de Jésus montre que pour lui la foi est une réponse à l'initiative de Dieu. Nous vivons des temps troublés dans l'Eglise avec des scandales qui n'en finissent pas. Avoir la foi, la garder c'est peut-être aussi chercher à reconnaître ce qui se fait de beau et de bien, grâce à Dieu, malgré tout....

"...ses disciples se rappelèrent..." Jn 2,13-22

Jn 2,13-22 (Fête de la dédicace de la basilique du Latran). Bernard de Clairvaux a de belles paroles pour évoquer la dédicaces des églises: "Quelle sainteté peuvent avoir ces pierres pour nous en fassions une fête? N'oubliez pas que si elles sont sanctiiées, ce n'est qu'à cause de vous. Pouvez-vous douter que vos corps ne soient saints, puisqu'ils sont les temples du Saint Esprit, et que chacun de vous doit, selon l'expression de l'Apôtre, garder son corps dans le respect (1 Th 4,4)? Si donc vos âmes sont saintes à cause de l'Esprit Saint qui habite en vous, vos corps sont saints à cause de vos âmes, et cette église est sainte à cause de votre corps". 

Théo, l'Encyclopédie catholique pour tous, p. 1015.

"Le maître fit l'éloge..." Lc 16,1-8

Lc 16,1-8 (Vendredi de la 31e semaine de l'Ordinaire). L'épisode que Jésus évoque avec ses disciples a quelque chose de scandaleux: le gérant malhonnête est loué! Mais c'est moins sa malhonnêteté que son habileté qui est mise ne avant. Il a compris que le but est une qualité de relation et l'argent seulement un moyen passager pour atteindre ce but. Ne pas prendre le moyen pour la fin. Celle-ci étant toujours pour nous la relation à Dieu.

"...il y aura de la joie..." Lc 15,1-10

Lc 15,1-10 (Jeudi de la 31e semaine de l'Ordinaire). Les chapitre 15 à 19 de l'Evangile de Luc présentent une série de paraboles qui montrent l'attention de Dieu pour ceux qui sont méprisés par les bien-pensants. Cet amour, par contraste révèle la dureté des autorités. Les paraboles d'aujourd'hui soulignent la joie que suscite le "retournement" du pécheur. Aux yeux de Dieu rien n'est perdu. Le Christ croit que le coeur peut changer. Et nous...? 

"Si quelqu'un vient à moi...." Lc 14,25-33.

Lc 14,25-33 (Mercredi de la 31e semaine de l'ordinaire). Après les discussions avec les adversaires, Jésus s'adresse aux foules pour évoquer les conditions pour le suivre. Et ma foi... ce n'est pas simple. Il ne suffit pas de venir à Jésus, il faut le préférer à tout et se débarrasser de tout ce qui encombre. Là encore il est question des priorités que nous fixons dans notre vie. L'Evangile invite à choisir celles qui font avancer et nous "sortent" de nous mêmes. 

"...participera au repas dans le royaume de Dieu" Lc 14,15-24

Lc 14,14-24 (Mardi de la 31e semaine de l'Ordinaire). Quelle est la priorité des convives invités et qui déclinent? Des affaires d'argent ou un mariage. En soit ce sont des raisons qui peuvent être avancées, mais les invités ont été avertis bien à l'avance. Cela nous renvoie à la question des priorités. Pour le Christ, l'essentiel est l'accueil de l'invitation au repas du Royaume. Quelle place à l'invitation au repas du Royaume dans nos priorités aujourd'hui...?

"...ils n'ont rien à te donner en retour..." Lc 14,12-14

Lc 14,12-14 (Lundi de la 31e semaine de l'Ordinaire). Inviter ceux qui ne peuvent donner en retour, c'est sortir d'une logique de la réciprocité et entrer dans le régime du don et de l'accueil du don. L'Evangile nous invite à la gratuité du don mais aussi - et est-ce si facile ? - à l'accueil du don que Dieu fait "à la résurrection..." Sommes-nous prêts à accueillir un don qui nous échappe complètement?

"...tenez-vous prêts..." Lc 12,35-40

Lc 12,35-40 (Commémoration de tous les fidèles défunts). En ce jour, il ne s'agit pas de rendre un culte aux morts. On ne rend de culte qu'à Dieu. Mais aujourd'hui l'Eglise invite à prier pour les défunts. Dans la foi, tous restent unis dans le corps du Christ qu'est l'Eglise. Le temps et l'espace sont dépassés en Dieu. Ainsi on demande l'intercession pour les défunts et on peut prier avec eux. En Dieu, les liens d'amour sont toujours vivants.

"Heureux..." Mt 5,1-12a

Mt 5,1-12a (Solennité de la Toussaint). Nous célébrons aujourd'hui l'une des grandes solennités de l'année liturgique avec Noël, Pâques, l'Ascension, Pentecôte et l'Assomption. Il s'agit de faire mémoire de tous les témoins de la foi. Pas seulement ceux que le calendrier liturgique met en avant, mais les anonymes qui ont témoigné dans leur quotidien. Ils l'ont fait en vivant dans l'esprit des béatitudes. L'occasion peut-être pour nous, de penser aux témoins que nous avons rencontré et qui nous ont aidé à grandir dans la foi. Ils sont célèbres ou peut-être connus de Dieu seul et de nous.

"Il faut..." Lc 13,31-35

Lc 13,31-35 (Jeudi de la 30e semaine de l'Ordinaire). Sage conseil des pharisiens: Hérode Antipas a déjà fait décapiter Jean le Baptiste (9,9)... Mais Jésus ne le suit pas. "Il faut.... il ne convient pas..." Les priorités de Jésus sont différentes, sa mission ne lui permet pas de se retirer. De plus son véritable adversaire n'est pas Hérode mais Jérusalem qui refuse son message. C'est pour le peuple que le Christ est fidèle et va jusqu'au bout.

"... sauvés?" Lc 13,22-30

Lc 13,22-30 (Mercredi de la 30e semaine de l'Ordinaire). On demande à Jésus si peu de gens sont sauvés? Mais nombre de nos contemporains n'aspirent pas à être sauvés... de quoi? demandent  certains. La Bible recourt à différentes images pour évoquer le salut: le retour à la santé de celui ou celle qui est malade, le salut est alors une plénitude de vie; la libération de la servitude, celle de l'escalve ou du captif. Dans une perspective chrétienne il s'agit d'être libéré du mal, du péché et d'accéder à la vie à laquelle Dieu appelle. Le salut est don qui se réalise dans la relation que nous établissons avec Dieu et les autres. C'est une promesse et un chemin qui demande de faire des choix dans lesquels Dieu est le point de repère.

"A quoi le Règne de Dieu est-il comparables?" Lc 13,18-21

Lc 13,18-21 (Mardi de la 30e semaine de l'Ordinaire). A quoi comparer le Royaume de Dieu? En ce posant cette question Jésus entend établir un lien entre le Royaume et une autre réalité en mettant en évidence les points communs et les différences. Le grain de moutarde et le levain, avec leur force de développement "disent" quelque chose du Royaume. Entre l'insignifiance de la graine et le déploiement du Royaume il y a ce que l'humain peut faire: planter, placer, témoigner et vivre. 

"... il appela ses disciples..." Lc 6,12-19

Lc 6,12-19 (Fête des s. Simon et Jude). L’Évangile nous dit peu de chose sur les saints Simon et Jude. Selon la tradition ils sont mort martyrs en Perse ou en Égypte. Reste que tous deux ont été témoins du Christ au risque de leur vie. Le message dont ils été les dépositaires ne les a pas installés dans la sécurité mais les poussés à dépasser  leurs peurs et les difficultés. Peut-être pouvons-nous nous demander quelle dynamique la foi met dans nos vies... aller vers les autres? traverser les difficultés? un chemin à inventer...!

"Pensez-vous que ces Galiléens....?" Lc 13,1-9

Lc 13,1-9 (Samedi de la 29e semaine de l'Ordinaire). La mort tragique est aux yeux des contemporains de Jésus, le signe d'une faute. Ils voient en Dieu un juge terrible qui sanctionne sévèrement tout écart. C'est cette manière de concevoir Dieu que Jésus met en cause, elle conduit à la peur et est destructrice. Le Christ appelle à changer de regard, à se convertir à une autre vision de Dieu. Sommes-nous prêts à interroger notre image de Dieu?

"Vous savez interpréter...." Lc 12,54-59

Lc 12,54-59 (Vendredi de la 29e semaine de l'Ordinaire). En s'adressant à la foule Jésus adopte un ton très dur. Il reproche à ses auditeurs de ne par reconnaître le moment présent alors qu'ils sont parfaitement capable de reconnaître les changements de temps. Or avec le Christ, un temps nouveau a commencé. Sa présence est signe: il guérit, libère, ramène à la vie. Pour nous il s'agit de reconnaître la présence et l'action du Christ à travers les signes de vie que nous découvrons dans notre quotidien.

"Je dois recevoir un baptême..." Lc 12,49-53

Lc 12,49-53 (Jeudi de la 29e semaine de l'Ordinaire). Le Christ parle de son angoisse jusqu'à l'accomplissement de son baptême, l'épreuve de la Croix. Sa vie et sa mort sur la Croix apporteront divisions et tensions. En effet, comment accepter qu'un témoin tel que lui subisse la mort la plus humiliant qui semble ne laisser aucun espoir? Suivre le Christ conduit à faire des choix, parfois difficiles. Mais au-delà des épreuves, n'oublions pas que la mort n'a pas eu le dernier mot. C'est vrai pour nous aussi.

"... tenez-vous prêts..." Lc 12,39-48

Lc 12,39-48 (Mercredi de la 29e semaine de l'Ordinaire). Comment comprendre cette initation à se "tenir prêt"? Certainement pas comme une menace ou une invitation à agir par peur. Il s'agit plutôt d'être attentif et cohérent avec les principes qui nous animent. C'est une invitation à porter un regard de foi sur ce que nous faisons et ce dont nous sommes témoins. Essayer de reconnaître ce que les événements et les actions révèlent de la présence de Dieu.

"... c'est lui qui... les fera prendre place à table..." Lc 12,35-38

Lc 12,35-38 (Mardi de la 29e semaine de l'Ordinaire). Après la foule, ce sont les disciples auxquels s'adresse Jésus. Face aux incertitudes, il leur recommande une vigilance sereine pour être prêt et accueillir. Cette disponibilité dans la perspective du Royaume renversera les rôles. Il se passera quelque chose qui changera l'ordre des choses. Dieu si on l'attend nous surprend toujours...

"... dis à mon frère..." Lc 12,13-21

Lc 12,13-21 (Lundi de la 29e semaine de l'Ordinaire). Un homme du milieu de la foule s'adresse à Jésus pour régler un différend qui l'oppose à son frère: "dis à mon frère". Cet homme attend de Jésus qu'il fasse son "travail" de rabbin: trancher les questions juridiques (dans le cas présent peut-être une allusion à Dt 21,17). Mais pour Jésus l'enjeu est plus profond qu'une querelle familiale. Il s'agit d'attirer l'attention sur ce qui fait vivre et donne du sens. L'aspect matériel n'est qu'un élément et peut-être pas le plus important.

Bruno fuglistaller 2Saint-Boniface

Avenue du Mail 14 bis
1205 Genève

Bruno Fuglistaller sj Email Bruno Fuglistaller sj

Tel. +41 22 827 46 75

DÉCOUVRIR SAINT-BONIFACE

Infos messe

Informations importantes

Ces prochains mercredis, jusqu'à fin novembre, la messe est avancée à 18h30 à cause de contraintes organisationnelles. L'aumônerie des étudiants est au courant. Les autres jours (mardis et jeudis) l'horaire reste 18h45.

Les mardi 5 novembre, en raison de la fête des 60 ans de la revue Choisir, et le jeudi 7 novembre les messes ne pourront pas être assurées. De même, le mardi 12 et le jeudi 14 novembre, en raison de la session pastorale diocésaine, les célébrations ne pourront être assurées. Toutefois la messe du mercredi 13 à 18h30 sera célébrée par le P. Pierre Emonet sj.

Le jeudi 21 novembre, la célébration ne pourra être célébrée en raison de l'AG de l'Atelier oecuménique de théologie.

Je suis désolé pour les complications que cela occasionne.

B. Fuglistaller sj

Célébrer avec les jésuites

La messe est célébrée dès le 18 septembre tous les mardis, mercredis et jeudis, à 18 h 45 (Av. du Mail 14 au 2e étage) par le Père Bruno.