cour st Boniface gSt-Boniface côté cour © Luc JaquetL'antenne ignatienne de Genève propose aux citadins de prendre soin, au cœur de leur vie, de leur spiritualité. Forte du constat qu'il est de plus en plus difficile de prendre plusieurs jours à un mois pour faire une retraite dans un lieu spécialement prévu à cet effet, elle propose de vivre des semaines de retraite dans la vie -avec des rencontres de suivi en fin de journée ou en week-end- pour que la spirituelle ne soit pas qu'une simple parenthèse dans le quotidien. Ainsi, depuis l'automne 2012, l’antenne ignatienne propose différentes formations et notamment, grâce à une collaboration avec l'aumônerie l'université, des Exercices spirituels dans la vie.

L'antenne célèbre également l'eucharistie, du lundi au jeudi à 18h45, à l'église de St-Boniface (av. du Mail 14). Fiez-vous aux infos messe pour vous assurer qu'il n'y ait pas de changements de dernières minutes.

Un autre aspect qui reste très important dans le cadre des activités des jésuites à Genève, c'est l'accompagnement spirituel: un temps pour des rencontres personnelles durant lesquelles la personne accompagnée peut parler de ce qu'elle vit dans sa prière et, d'une façon plus générale, dans sa relation à Dieu.

Les activités des jésuites de Genève s'inscrivent dans la suite des projets en réseau que les jésuites ont accomplis ces dernières décennies, dont la cofondation de l'Atelier Œcuménique de Théologie.

Enfin, vous retrouvez ci-dessous le commentaire quotidien de l'évangile du Père Bruno Fuglistaller sj.


"Je ne suis pas venu appeler les justes..." Mc 2,13-17

Mc 2,13-17 (Samedi de la 1ère semaine de l'Ordinaire). Après la guérison d'un paralytique auquel il pardonne ses péchés, Jésus mange avec des pêcheurs publics. Ne craint pas les pécheurs mais il cherche le contact avec eux. Les séparations entre les justes et les autres volent en éclat. Le monde bien ordonné des bien pensants est remis en cause. Et ce n'est pas par erreur mais bien un projet. Le Christ ne se laisse pas enfermer dans nos catégories. Il fait toujours le choix de la vie. Avec lui le chemin promet d'être plein de surprises.

"...cet homme se mit à proclamer..." Mc 1,40-45

Mc 1,40-45 (Jeudi de la 1ère semaine de l'Ordinaire). Il y a plusieurs paradoxes dans ce récit. Le lépreux qui devrait éviter tout contact avec les bien portants vient auprès de Jésus. A peine guérit, il est renvoyé. Il devrait se taire mais proclame sa guérison... Et Jésus doit finalement se protéger en se mettant à l'écart. Rien ne se passe comme prévu mais la vie triomphe toujours. L'action de Dieu est du côté de la vie, toujours...

"Jésus s'approcha, la saisit par la main..." Mc 1,29-39

Mc 1,29-39 (Mercredi de la 1ère semaine de l'Ordinaire). La guérison de la belle-mère de Simon est toute de discrétion, pas de grands gestes ni de paroles. "Cela" se réalise dans l'ordinaire. Le Christ est celui qui prend par la main dans des circonstances difficiles. Il est là et tend la main. Tout n'est pas réglé pour cette femme, mais au coeur de sa détresse elle a été visitée et relevée... un avant-goût de résurrection. 

"Tais-toi! Sors de cet homme" Mc 1,21-28

Mc 1,21-28 (Mardi de la 1ère semaine de l'Ordinaire). Marc nous présente Jésus enseignant et expulsant un démon. Ce sont deux clés de l'autorité de Jésus. Marc ne nous dit pas ce que Jésus enseigne,  mais ses paroles attestent d'un lien privilégié avec Dieu. Et cette autorité est révélée par le démon qui va être exuplsé: "... Je sais qui tu es: tu es le Saint de Dieu". Mais Jésus impose le silence. Cette attitude traverse tout l'Evangile de Marc. Seules la Passion et la Résurrection révèleront la messianité de Jésus. Le Messie n'est pas seulement quelqu'un qui fait des miracles mais celui qui libère définitivement l'être humain. Quelle expérience de libération puis-je faire aujourd'hui?

"Venez à ma suite..." Mc 1,14-20

Mc 1,14-20 (Lundi de la 1ère semaine de l'Ordinaire). Juste après son baptême, Jésus constitue un groupe de disciples. Pour eux, comme pour nous, la Bonne nouvelle fait irruption au coeur du quotidien. A la fois tout change et rien ne change. Ils quittent leurs filets pour devenir pêcheurs d'hommes. Le Christ appelle à vivre le quotidien en l'ouvrant à la dimension du Royaume. 

"Un homme ne peut rien s'attribuer..." Jn 3,22-30

Jn 3,22-30 (Samedi après l'Epiphanie). Par cet extrait de l'Evangile on peut sentir une certaine tension entre des "écoles" les disciples de Jean s'interroge sur la légitimité de Jésus. Jean adopte une attitude tout à fait transparente et libre: il ne peut rien s'attribuer à lui-même...Tout ce qui est bon vient de Dieu... Une invitation à regarder cette année qui débute avec liberté et confiance...

"Seigneur..." Lc 5,12-16

Lc 5,12-26 (Vendredi après l'Epiphanie). Luc nous donne peu d'informations. Nous ne savons dans quelle ville se passe la guérison; l'homme n'existe que par son mal. Puis survient la parole "Seigneur". La guérison s'opère et Jésus renvoie à la Loi. Le récit se construit comme une vague qui monte puis retombe. Mais pour cet homme rien n'est plus pareil. Nos rencontres avec le Christ manifestent parfois le même mouvement. Petit à petit on s'approche, on reconnaît, tout change et on peut retrouver l'ordinaire. Les bouleversements les plus important ne sont visibles que de ceux qui sont attentifs.

"Confiance!..." Mc 6,45-52

Mc 6,45-52 (Mercredi après l'Epiphanie). Le Christ a nourri la foule, il envoie ses disciples le précéder sur l'autre rive, il prie puis rejoint ses disciples. Là encore, Marc nous montre divers aspects de l'action du Christ: proximité, distance, attention à l'autre. La présence du Christ est à la juste distance, pour permettre à chacun à la foi de prendre sa place et ne pas être "écrasé" par la présence du maître mais sans jamais abandonner ses disciples. C'est vrai pour nous aujourd'hui.

"Jésus fut saisi de compassion..." Mc 6,34-44

Mc 6,34-44 (Mardi après l’Epiphanie). Le désarroi de la foule bouleverse Jésus. Là où des êtres se sentent perdu, le Christ est "saisi de compassion". Mais il ne fait pas de magie, pour agir il veut avoir recours à d'autres, en l’occurrence ses disciples et du peu qu'ils ont. Avec le peu de choses qu'ils apportent, la foule est nourrie. Parfois nous sommes inquiets du peu que nous pouvons faire, apporter. Et pourtant, avec le Christ...

"Jésus parcourait toute la Galilée..." Mt 4,12-17.23-25

Mt 4,12-17.23-25 (Lundi après l’Épiphanie). Nous sommes au début du ministère publique de Jésus. L'arrestation de Jean le Baptiste apparaît comme le signal du début de l'activité de Jésus. En quelques versets toute sa vie publique est résumée. Dès le départ, tout est là: prédication, guérison, persécution... Le reste de l’Évangile va réaliser le programme annoncé aujourd'hui. La vie du Christ est ainsi comme d'un bloc. Peut-être cela signifie-t-il que nos activités quotidiennes ont plus de profondeurs que nous le percevons. Par nos gestes, nos activités notre foi est appelée à se manifester. Sans nous mettre sous pression et exagérément nous "prendre la tête"... il est bon de prendre conscience que rien n'est tout à fait anodin dans nos existences.

En Suisse, la fête de l’Épiphanie est célébrée le 6 janvier. L'occasion de suivre les rois mages dans leur route vers Dieu, tout en dégustant en conscience une bonne galette !😃

Steph Gray Galette des rois WikiCom

 

" ...et ils suivirent Jésus" Jn 1,35-42

Jn 1,35-42 (Samedi avant l'Epiphanie". Jean le Baptiste voit deux de ses disciples le quitter pour suivre le Christ. Et... il ne fait rien pour les retenir. Il les laisse aller parce qu'il sait qui il est, lui, Jean et qu'il sait qui est Jésus. Une parfaite connaissance de lui-même lui permet d'être complètement libre de toute jalousie, de toute envie d'accaparer les gens autour de lui. Libre de tout, surtout de lui-même...

"Le lendemain..." Jn 1,29-34

Jn 1,29-34 (Vendredi avant l'Epiphanie). Après le témoignage donné face à des auditeurs hostiles, Jean parle maintenant devant ses disciples. Avec la mention chronologique du jour (le lendemain) qui revient à plusieurs reprises dans la suite de ce premier chapitre, on peut voir une allusion à la semaine de la Création. En ces jours qui suivent Noël, la liturgie nous invite à regarder la création comme se poursuivant à travers les rencontres et les activités du Christ. Peut-être que ce que nous faisons participe également de cette création qui se poursuit mystérieusement.

"...je ne suis pas..." Jn 1,19-28

Jn 1,19-28 (Jeudi avant l'Epiphanie). Interrogé au sujet de son identité, Jean le Baptiste se définit par la négative, à trois reprises: il n'est pas le Christ, il n'est pas Elie, il n'est pas le prophète annoncé. Mais son identité est d'annoncer la venue du Messie. Sa vie renvoie à un autre qui est le Messie et ses actes ne prennent leur sens que dans la mesure où ils renvoient au Christ qui accomplit pleinement ce qui a été annoncé et accompli. Le Baptiste sait qui il est et comment ses actes sont liés au Messie. Une lucidité qui peut nous inspirer en ce début d'année pleine de projets et d'aspirations.

"L'enfant reçut le nom de Jésus..." Lc 2,16-21

Lc 2,16-21 (Solennité de Marie, Mère de Dieu). Le huitième jour après la Nativité, l'Evangile évoque la circoncision et l'imposition du nom de Jésus. Marie assume pleinement son rôle et permet ainsi à son fils d'être intégré dans l'histoire et le peuple. Avec elle, il trouve sa place et son rôle mais lui aussi, permet à sa mère de trouver sa place... En donnant au Christ une place dans nos existences nous sommes nous aussi transformés.

"Au commencement...." Jn 1,1-18 (2)

Jn 1,1-18 (7e jour dans l'octave de la Nativité). "Au commencement", ces deux mots font allusion aux premiers versets du livre de la Genèse. Jean établit un lien entre la venue du Christ et la création du monde. Quelque chose de radicalement nouveau commence. Tout comme le récit de la création témoigne d'une organisation, d'un sens, ainsi l'arrivée du Christ. Notre regard sur l'humanité,  malgré nos différences est appelé à être changé par cette venue. Si Dieu s'est fait homme, impossible de réduire l'autre au peu que je peux en percevoir.

"Anne... proclamait les louanges de Dieu..." Lc 2,36-40

Lc 2,36-40 (6e jour dans l'octave de Noël). Nous ne savons pas ce que dit Anne. Contrairement à Syméon ses paroles ne nous sont pas rapportées mais d'une vie qui n'a pas été simple et toute tournée vers Dieu, elle proclame les louanges de Dieu.Son regard se porte vers l'autre en se fondant sur l'expérience de Dieu. Croire n'est pas une fuite mais une manière de regarder la vie avec la confiance que Dieu y est présent et agit.

" ...ne vous inquiétez pas de savoir ce que vous direz..." Mt 10,17-22

Mt 10,17-22 (Fête de s. Etienne). Le lendemain de Noël, la liturgie nous invite à nous rappeler du premier martyr: Etienne. Dans la vie de foi, la joie côtoie la difficulté voire la mort. Croire n'est pas une recette pour éviter les problèmes mais un chemin pour les traverser. Sur ce chemin, le Christ nous accompagne, lui qui sait ce qu'être homme signifie avec son lot de joies et de peines.

"Au commencement...." Jn 1,1-18

Jn 1,1-18 (Messe du jour de Noël). Hier soir, la liturgie nous présentait le récit de la naissance de Jésus dans l'Evangile de Luc. Ce matin, elle nous invite à aborder l'incarnation, la venue en humanité de Jésus par les permiers versets de l'Evangile de Jean. C'est un texte qui est théologiquement très élaboré. Je ne retiendrai qu'un aspect. Le prologue nous dit que Dieu se manifeste par le Verbe (le Logos), le langage. Dieu vient à la rencontre de l'humanité par le langage, pas seulement par l'échange entre les humains qui parlent de Dieu mais même un texte tel que l'Evangile permet de rencontrer Dieu.Il n'y a pas d'accès direct à Dieu si ce n'est par le Verbe incarné, et il n'y a pas d'accès au Christ si ce n'est par l'Evangile (Cf Jean Zumstein, L'evangile selon s. Jean, Labor et Fides). Dieu se révèle par des médiations: la Parole, l'Ecriture, la nature, la beauté... Cette fête nous invite à être attentif à tout ce qui révèle l'action et la présence de Dieu aujourd'hui.

"...il n'y avait pas de place pour eux..." Lc 2,1-14.15-20

Lc 2,1-14.15-20 (Messe de la nuit du 24 décembre). La fête de Noël et le récit de la naissance du Christ nous placent au coeur du mystère de la foi chrétienne. L'événement et le récit qui en est fait, n'est que paradoxe. Le sauveur nait dans la précarité d'un voyage et se présente dans la vulnérabilité d'un nouveau né. Toutes les attentes de puissance et de gloire sont anéanties. Dans la proximité, Dieu se veut vulnérable. Et c'est dans cette vulnérabilté qu'il apporte le Salut. Ce n'est ni la maitrise, ni la puissance qui sauvent mais les relations: à Dieu, aux autres et avec nous-mêmes.

Bruno fuglistaller 2Saint-Boniface

Avenue du Mail 14 bis
1205 Genève

Bruno Fuglistaller sj Email Bruno Fuglistaller sj

Tel. +41 22 827 46 75

DÉCOUVRIR SAINT-BONIFACE

Infos messe

Informations importantes

Les mardis 14 et 21  janvier, la célébration de la messe ne pourra pas être assurée.

En février, la messe ne pourra pas être célébrée le mardi 25 et le jeudi 27. Mais le mercredi 26 sera célébrée par un confrère.

En regrettant les complications que ces changements peuvent occasionner, je vous souhaite une bonne journée.

B. Fuglistaller sj

Célébrer avec les jésuites

La messe est célébrée dès le 18 septembre tous les mardis, mercredis et jeudis, à 18 h 45 (Av. du Mail 14 au 2e étage) par le Père Bruno.