cour st Boniface gSt-Boniface côté cour © Luc JaquetL'antenne ignatienne de Genève propose aux citadins de prendre soin, au cœur de leur vie, de leur spiritualité. Forte du constat qu'il est de plus en plus difficile de prendre plusieurs jours à un mois pour faire une retraite dans un lieu spécialement prévu à cet effet, elle propose de vivre des semaines de retraite dans la vie -avec des rencontres de suivi en fin de journée ou en week-end- pour que la spirituelle ne soit pas qu'une simple parenthèse dans le quotidien. Ainsi, depuis l'automne 2012, l’antenne ignatienne propose différentes formations et notamment, grâce à une collaboration avec l'aumônerie l'université, des Exercices spirituels dans la vie.

L'antenne célèbre également l'eucharistie, du lundi au jeudi à 18h45, à l'église de St-Boniface (av. du Mail 14). Fiez-vous aux infos messe pour vous assurer qu'il n'y ait pas de changements de dernières minutes.

Un autre aspect qui reste très important dans le cadre des activités des jésuites à Genève, c'est l'accompagnement spirituel: un temps pour des rencontres personnelles durant lesquelles la personne accompagnée peut parler de ce qu'elle vit dans sa prière et, d'une façon plus générale, dans sa relation à Dieu.

Les activités des jésuites de Genève s'inscrivent dans la suite des projets en réseau que les jésuites ont accomplis ces dernières décennies, dont la cofondation de l'Atelier Œcuménique de Théologie.

Enfin, vous retrouvez ci-dessous le commentaire quotidien de l'évangile du Père Bruno Fuglistaller sj.


"...vous me cherchez... parce que...." Jn 6,22-29

Jn 6,22-29 (Lundi de la 3e semaine de Pâques). Instrumentaliser Dieu, voilà le risque qu'évoque l'évangile d'aujourd'hui. Il s'agit d'être vigilent car il peut être tentant de faire de Dieu le garant de nos ambitions et de nos succès. L'essentiel est ailleurs, il est dans la relation qui s'établit avec Lui et avec les autres. Dieu n'est pas un grand magicien qui ensorcelle le quotidien pour en faire un pays de cocagne mais le Dieu qui fait route avec nous et nous appelle à rendre ce monde meilleur.

"...lorsqu'ils virent Jésus qui marchait sur la mer..." Jn 6,16-21

Jn 6,16-21 (Samedi de la 3e semaine de Pâques). Voilà un mystérieux passage où Jésus de nuit rejoint les disciple en s'affranchissant des lois de la nature. Ceci montre combien il est proche et différent à la fois. Il rejoint les disciples mais pas de façon ordinaire. Le mystère de Dieu est dans cette tension. Notre quotidien révèle parfois une proximité de Dieu dans un moment où rien de tel ne paraît possible.

"Jésus leva les yeux..." Jn 6,1-15

Jn 6,1-15 (Vendredi de la 2e semaine de Pâques). La multiplication des pains est le seul miracle qui est commun aux quatre évangiles, d'où l'importance de ce signe. Chez Mt, Mc et Lc le signe répond au besoin de la foule, ici Jésus veut accomplir ce signe pour révéler qui il est, et il accomplit ce signe après avoir levé les yeux. Ce verbe "lever" (epairo), dans l’Évangile de Jean, est utilisé à quatre reprises (ici et en 4,35; 13,18; 17,1): à trois reprises il s'agit de lever les yeux et par là de découvrir la puissance de l'action de Dieu, en 13,18 (qui est la citation du Ps 41,10) c'est l'ami qui trahit en levant le talon contre le narrateur. Ce verbe introduit donc la découverte d'une autre dimension; une rupture avec le connu, l'ordinaire s'opère.  Peut-être une invitation à nous aussi lever les yeux pour découvrir l'action de Dieu.

"Celui qui vient d'en haut est au-dessus de tous" Jn 3,31-36

Jn 3,31-36 (Jeudi de la 2e semaine de Pâques). Jean Baptiste s'exprime ici mais il est question de Jésus et d'une façon que l'on pourrait entendre dans la bouche du Christ lui-même. Peut-être une invitation pour nous à reconnaitre la force du témoignage de Dieu à travers les autres. L’Écriture mais parfois aussi le témoignage d'une sœur, d'un frère nous permettent de reconnaître la présence et l'action de Dieu. Aujourd'hui comment être attentif à ce que les autres me révèlent de Dieu?

"Dieu a tellement aimé le monde..." Jn 3,16-21

Jn 3,16-21 (Mercredi de la 2e semaine de Pâques). L'amour de Dieu est inconditionnel mais appelle une réponse de l'être humain. La présence du Fils et le don qu'il fait de sa personne demande un choix de notre part... maintenant! Il y a quelque chose de définitif dans le don de Dieu et dans notre choix. 

"Le vent souffle où il veut..." Jn 3,7b-15

Jn 3,7b-15 (Mardi de la 2e semaine de Pâques). L'Esprit souffle où il veut, il ne se dirige pas, il s'accueille et cet accueil est naissance. Une des clés de la vie spirituelle est de reconnaître la fécondité du moment présent, qu'il soit difficile ou aisé. Dieu agit et se révèle dans le moment présent. Parfois nous percevons cette action ou cette présence positivement parce que nous sommes dans la joie, la confiance, ou nous la percevons en creux, le moment nous incitant à nous tourner vers Dieu pour demander son aide. Comment aujourd'hui je reconnais la fécondité du moment?

"...c'est de la part de Dieu que tu es venu..." Jn 3,1-8

Jn 3,1-8 (Lundi de la 2e semaine de Pâques). Pendant les semaines qui viennent nous allons lire presque continuellement l’Évangile de Jean. Il nous invite à contempler celui qui permet de rencontrer et reconnaître le Père par l'Esprit, en toute liberté.

"...ils refusèrent de croire" Mc 16,9-15

Mc 16,9-15 (Samedi dans l'Octave de Pâques). Cette fois encore, l’Évangile nous montre la difficulté des disciples à croire. Et malgré cette difficulté, le Ressuscité confie leur mission aux disciples. Il croit plus en nous que nous-mêmes.

"Je m'en vais à la pêche..." Jn 21,1-14

Jn 21,1-14 (Vendredi dans l'Octave de Pâques). Le retour des disciples aux activités qui ont fait leur quotidien avant la rencontre avec le Christ peut être compris de différentes manières. On peut  penser que la belle expérience avec le Christ est terminée, chacun retournant à sa tâche, la parenthèse est fermée; on peut aussi y voir l'accomplissement de ce que Jésus a vu comme la mission des disciples, devenir des pêcheur d'homme. Selon l'angle adopté, la même activité est perçue différemment. La foi permettant de reconnaitre davantage que l'apparence. La fête de Pâques nous renvoie au quotidien, à nous d'y agir avec la confiance que le Ressuscité nous y rejoint et que ce que nous y faisons est témoignage.

"...ils n'osaient pas encore y croire..." Lc 24,35-48

Lc 24,35-48 (Jeudi dans l'Octave de Pâques). Le doute... toujours. Il n'est pas facile d'entrer dans la foi de la résurrection. Les arguments ne suffisent pas. Il faut expérimenter la présence du Ressuscité. Tout au long de cette octave, c'est le message que nous transmettent les Évangiles. Et cette présence s'expérimente par le témoignage des autres...

"Nous, nous espérions..." Lc 24,13-35

Lc 24, 13-35 (Mercredi de l'Octave de Pâques). Ce fameux épisode des disciples d'Emmaüs nous  place au coeur de l'expérience des premiers disciples. D'une part, ils sont déçus et désorientés après la passion et l'annonce de la résurrection, d'autre  part, le Ressuscité les rejoint là où ils en sont.... Toutes les informations sont données, on leur a parlé de la Résurrection mais cela ne suffit pas. Ils ne l'ont pas vu... C'est un échange et surtout un geste qui leur ouvre les yeux du coeur. Le chemin des disciples est aussi le nôtre.

"Qui cherches-tu?" Jn 20,11-18

Jn 20, 11-18 (Mardi dans l'Octave de Pâques). Marie Madeleine fait un chemin qui n'est pas qu'extérieur en venant au tombeau. L'absence de corps suscite le doute immédiatement exprimé à ces deux anges. Ils nous montrent que l'expérience de Marie n'est pas de seulement de ce monde. Et la rencontre avec Jésus qu'elle prend pour le jardinier, confirme ce décalage. Elle est là mais fait aussi un chemin intérieur qui lui révèle la présence du ressuscité. A l'évocation de son nom, elle se sait pleinement rejointe et peut reconnaître le ressuscité. 

"Soyez sans crainte..." Mt 28,8-15

Mt 28,8-15 (Lundi dans l'Octave de Pâques). Dans la liturgie, l'octave est la semaine qui suit une grande fête et pendant laquelle on prolonge la célébration. Pâques et Noël sont les deux fêtes qui sont suivies d'octaves. Tout au long de cette semaine, les textes nous montrent que le Ressuscité n'est pas parti dans un autre monde mais qu'il est présent d'une autre manière. Le défi qui va bien au-delà de cette semaine est de reconnaître cette présence dans notre quotidien.

"Il est ressuscité..." Mc 16,1-7

Mc 16,1-7 (Veillée Pascale). "Il est ressuscité: il n 'est pas ici". La résurrection est au coeur de notre foi et pourtant elle nous échappe. L'événement n'est pas réductible à ce que nous pouvons en comprendre. Ce que les évangiles nous montrent de la résurrection c'est d'abord que des hommes et des femmes font une nouvelle expérience de la présence du Christ. Ils doivent sortir de leurs habitudes et de ce qui faisait l'ordinaire des rencontres avec Lui. Souvent les témoins se rendent compent après coup..." il était là, nos coeurs étaient brûlants".  Les nombreuses lectures de cette veillée rappellent des expériences semblables: Dieu est là avec nous, au coeur de nos vies, mais nous ne nous en appercevons souvent qu'après coup...

"C'est moi, je le suis" Jn 18,1-19,42

Jn 18,1-19,42 (Vendredi Saint, célébration de la Passion). Le récit que Jean fait de la Passion est très factuel. Il a peu de sentiments manifestés. Tout s'enchaine et tout s'accomplit. Mais le triomphe du Christ se manifeste dès son arrestation; la réponse de Jésus: "C'est moi, je le suis" fait reculer et tomber ceux qui vont l'arrêter. Un petit signe de la force de l'affirmation de l'identité du Christ. Au coeur du drame, le dénouement est déjà suggéré. C'est en gardant à l'esprit que la Passion n'est qu'une étape, pénible oh combien, avant la résurrection, que nous prenons la mesure de l'événement. 

"Jésus...dépose son vêtement..." Jn 13,1-15

Jn 13,1-15 (Jeudi Saint). Avec le lavement des pieds, Jésus met le monde à l'envers. Le maître devient serviteur. L'autorité est dans le service. Cet abaissement sera encore plus grand dans le don de soi que le Christ fera sur la croix. Il est libre jusqu'au bout.

"Serait-ce moi, Seigneur?" Mt 26,14-25

Mt 26,14-25 (Mercredi Saint). Tous les disciples s'interrogent. Ainsi aucun n'est sûr de sa fidélité au maître. C'est une leçon de modestie que nous donnent les disciples. La trahison est possible pour chacun d'eux et évidemment pour nous. Du reste, aucun des disciples ne sortira indemne de l'épreuve de la Passion. Mais la perspective de Pâques nous montre aussi qu'ils n'en resteront pas là contrairement à Judas. La Résurrection met l'amour de Dieu en évidence. Il ne réduit pas ses disciples à leur fragilité voire leur trahison. Malgré tout il viendra à leur rencontre.

"... l'un de vous me livrera...." Jn 13,21-33.36-38

Jn 13,21-33.36-38 (Mardi Saint). L'Evangile d'aujourd'hui est rythmé par les questions des disciples: " Qui est-ce?", où vas-tu?", "pourquoi ne puis-je pas te suivre maintenant?". Les disciples, comme nous, ont besoin de réponses en cette heure difficile. Mais les réponses viendront plus tard. Ils doivent avancer en ne voyant que le pas d'après. Impossible de voir au-delà. Nos existences sont faites de ces moments où nous devons avancer sans voir exactement où nous allons. Malgré les limites et les lâchetés que tous manifesteront face aux événements, le Ressuscité les rejoindra là où ils sont, au coeur de leur doutes et de leur fragilité.

"...la maison fut remplie de l'odeur du parfum" Jn 12,1-11

Jn 12,1-11 (Lundi Saint). En ce lundi de la semaine sainte, le récit de l'Evangile est traversé de forts contrastes. Contraste entre le repas organisé autour de Jésus pour le retour à la vie de Lazare, et le geste de Marie, l'onction qui évoque la mort de Jésus. Contraste entre la générosité et l'amour de Marie pour Jésus et l'amour de Judas pour l'argent. Contraste entre la bonne odeur dans la maison des amis de Jésus et la puanteur du tombeau de Lazare. La Passion qui s'approche met d'énormes tensions en évidence. Elles sont palpables. De jour en jour l'issue fatale se fait plus présente  Et Jésus avance quoi qu'il arrive... 

"...il prophétisa que Jésus allait mourir..." Jn 11,45-57

Jn 11,45-57 (Samedi de la 5e semaine de Carême). La tension monte toujours plus. Il faut se débarrasser du gêneur qu'est Jésus parce que c'est dans l'intérêt du plus grand nombre. C'est une logique tout à fait compréhensible d'un point de vue humain. Mais celui de Dieu va bien au-delà de cela. La victoire sur la mort sera complète, pour le Christ mais aussi pour nous. 

"Il repartit de l'autre côté du Jourdain..." Jn 10,31-42

Jn 10,31-42 (Vendredi de la 5e semaine de Carême). Jésus retourne à l'endroit où avait commencé sa vie publique (Jn 1,39) au bord du Jourdain. Tout comme le peuple s'était réuni avant d'entrer en terre promise, la communauté des disciples se prépare à faire le passage vers le Père en allant une dernière fois à Jérusalem. Son heure approche...

Bruno fuglistaller 2Saint-Boniface

Avenue du Mail 14 bis
1205 Genève

Bruno Fuglistaller sj Email Bruno Fuglistaller sj

Tel. +41 22 827 46 75

DÉCOUVRIR SAINT-BONIFACE

Infos messe

Informations importantes

 Comme je l'avais évoqué dans un message précédent, je suis contraint de supprimer la messe du mardi afin de participer aux réunions de ma communauté. Je vais essayer de célébrer dorénavant les lundis (dans la mesure où je n'ai ni cours à l'AOT ni comité de S. Boniface), mercredis et jeudis (mais là aussi j'ai parfais des obligations).

Sauf annonce, dans cette partie du site, les messes sont célébrées les lundis, mercredis et jeudi à 18h45.

Je sais déjà que je ne pourrai pas célébrer:

  • Les lundis:  19 et 26 avril, 24 mai,
  • Les jeudis: 22  avril, 20 et 27 mai

B. Fuglistaller sj

Célébrer avec les jésuites

La messe est célébrée en principe tous les lundis, mercredis et jeudis, à 18 h 45 (Av. du Mail 14 au 2e étage) par le Père Bruno. Toutefois, il peut y avoir des modifications. Veuillez vérifier sur la page actualisée "information importantes".