cour st Boniface gSt-Boniface côté cour © Luc JaquetL'antenne ignatienne de Genève propose aux citadins de prendre soin, au cœur de leur vie, de leur spiritualité. Forte du constat qu'il est de plus en plus difficile de prendre plusieurs jours à un mois pour faire une retraite dans un lieu spécialement prévu à cet effet, elle propose de vivre des semaines de retraite dans la vie -avec des rencontres de suivi en fin de journée ou en week-end- pour que la spirituelle ne soit pas qu'une simple parenthèse dans le quotidien. Ainsi, depuis l'automne 2012, l’antenne ignatienne propose différentes formations et notamment, grâce à une collaboration avec l'aumônerie l'université, des Exercices spirituels dans la vie.

L'antenne célèbre également l'eucharistie, du lundi au jeudi à 18h45, à l'église de St-Boniface (av. du Mail 14). Fiez-vous aux infos messe pour vous assurer qu'il n'y ait pas de changements de dernières minutes.

Un autre aspect qui reste très important dans le cadre des activités des jésuites à Genève, c'est l'accompagnement spirituel: un temps pour des rencontres personnelles durant lesquelles la personne accompagnée peut parler de ce qu'elle vit dans sa prière et, d'une façon plus générale, dans sa relation à Dieu.

Les activités des jésuites de Genève s'inscrivent dans la suite des projets en réseau que les jésuites ont accomplis ces dernières décennies, dont la cofondation de l'Atelier Œcuménique de Théologie.

Enfin, vous retrouvez ci-dessous le commentaire quotidien de l'évangile du Père Bruno Fuglistaller sj.


"Qui donc est le plus grand....?" Mt 18,1-5.10.12-14

Mt 18,1-5.10.12-14 (Mardi de la 19e semaine de l'Ordinaire). Eh oui, les disciples eux-mêmes n'échappent pas à une certaine idée de la grandeur. On peut si facilement unir service et pouvoir... Mais dans la mentalité du temps de Jésus, l'enfant est sans pouvoir et doit obéir. Jésus met ici le monde à l'envers! Ainsi pour accéder au Royaume, il faut totalement changer de perspective et choisir la dépendance et l'humilité. Dieu seul donne accès au Royaume.

"...si le grain de blé..." Jn 12,24-26

Jn 12,24-26 (Fête de s. Laurent). Ce passage nous rappelle que la mort du Christ est nécessaire non seulement pour la résurrection mais pour la vie de l'Eglise qui ne peut se multiplier sans cette mort. De même les martyrs, par leurs exemples, portent du fruit. Le témoignage, même s'il ne va pas jusqu'au sacrifice suprême, atteste d'une relation à Dieu qui va au-delà de la peur et de la mort.

"...si vous aviez la foi..." Mt 17,14-20

Mt 17,14-20 (Samedi de la 18e semaine de l'Ordinaire). Plusieurs fois, Jésus montre sa difficulté à vivre avec des gens qui ne comprennent rien. Il suffirait de si peu... Mais la foi devrait être une audace, conduire à des initiatives. Trop souvent il est tentant de la garder bien pour soi, comme une sécurité. Or elle appelle aux larges horizons.

"Si quelqun veut...." Mt 16,24-28

Mt 16,24-28 (Vendredi de la 18e semaine de l'Ordinaire). Ce "si" nous fait accéder au coeur de la liberté humaine. Dieu a donné la liberté et c'est à elle qu'il en appelle si on veut le suivre. Jamais Dieu ne force une liberté. Mais elle comporte l'exigence et le poids du choix, elle comprend une part de la croix. La vie chrétienne n'est pas un long fleuve tranquille mais le choix comprend une part de promesse. 

"Il fut transfiguré..." Mt 17,1-9

Mt 17,1-9 (Fête de la Transfiguration du Seigneur). Le récit de la Transfiguration se situe six jours après la confession de Pierre, sur une haute montagne comme au début du discours sur la montagne (5,1). La rencontre avec Moïse et Elie (la Loi et les Prophètes) manifeste l'accomplissement de la promesse. Malgré le désir de Pierre de faire durer l'événement, il n'est perceptible que le temps nécessaire pour comprendre. Les personnes, les événements de nos vies sont parfois aussi transfigurés dans la mesure où ils nous révèlent parfois furtivement la présence et l'action de Dieu. 

"Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues..." Mt 15,21-28

Mt 15,21-28 (Mercredi de la 18e semaine de l'Ordinaire). Redoutable cette Cananéenne... Elle crie, elle parle et finalement convainc Jésus. Matthieu nous laisse imaginer le ton qu'elle utilise pour s'adresser au Christ. Et nous pouvons imaginer celui de la réponse du Christ... gêné? déçu? heureux? surpris?... Avec quel ton imaginons-nous les paroles du Christ?

"...comprenez bien!" Mt 15,1-2.10-14

Mt 15,1-2.10-14 (Mardi de la 18e semaine de l'Ordinaire).  Jésus s'adresse à la foule en l'invitant à comprendre l'essentiel. La pureté n'est pas qu'une question rituelle où le fait de se laver les mains rend pur, mais plutôt une question aussi morale. Extérieurement un geste peut paraître "pur" parce que parfaitement accompli mais si l'intention ne l'est pas... tout le rituel est inutile. 

"... marchant sur la mer" Mt 14,22-36

Mt 14,22-36 (Lundi de la 18e semaine de l'Ordinaire). Quelques verset avant notre passage, Jésus nourrit la foule par la multiplication des pains. La référence au récit de l'Exode est à peine voilé. Le Dieu qui nourrit son peuple au désert est aussi celui qui ne se laisse pas arrêter par les eaux pour libérer son peuple. Jésus est toujours proche: tantôt du Père, tantôt de ses disciples dans les difficultés. Mais cette présence n'est reconnue que dans la foi. Sans elle, nous nous enfonçons comme Pierre.

"... elle plut à Hérode..." Mt 14,1-12

Mt 14,1-12 (Samedi de la 17e semaine de l'Ordinaire). Ce récit de la mort de Jean le Baptiste nous montre combien les destins de Jésus et Jean sont liés. L'activité et le prédication de Jean se poursuit et s'accomplit dans celle de Jésus. Tous les deux vivent une cohérence parfaite entre leurs paroles et leurs actes. Hérode, lui est indécis. C'est la demande de la fille d'Hérodiade et la vulnérabilité du roi qui conduisent à la mort du Baptiste. Emporté dans une promesse dont la portée lui échappe, il se condamne à la tristesse et au malheur. 

"...et ses frères..." Mt 13,54-58

Mt 13, 54-58 (Vendredi de la 17e semaine de l'Ordinaire). Les sœurs de Jésus... Évidemment, nous nous posons des questions... Mais autres lieux, autres mœurs... Dans de nombreuses cultures non européennes, toute la parentèle est définie autrement qu'ici: les cousins sont décrits comme frères ou sœurs les oncles et tantes comme pères ou mères... Mais l'essentiel du message de l’Évangile d'aujourd'hui est ailleurs. Les compatriotes de Jésus sont sûrs de le connaître et tentent d'atténuer son message en le ramenant à du connu. Le Christ, mais c'est vrai pour chacun, échappe toujours à une connaissance complète. Oser s'émerveiller devant l'autre...

"...on le trie sur le rivage..." Mt 13,47-53

Mt 13,47-53 (Jeudi de la 17e semaine de l'Ordinaire). Il est toujours tentant d'espérer que le monde soit parfait que le mal n'y ait aucune place. Mais la parabole du filet nous montre, comme celle de l'ivraie, que le temps du tri viendra plus tard. Nous sommes appelés à traverser les difficultés avec confiance. Le Royaume est déjà présent ici mais pas encore totalement réalisé. La tension que cela représente a aussi quelque chose de créatif et de dynamisant.... A découvrir dans l'espérance...

"..cela ne te fais rien...?" Lc 10,38-42

Lc 10,38-42 (Ste Marthe). On peut être tenté de voir dans cet épisode célèbre la tension régnant entre deux soeurs comme il peut en exister dans une "fratrie". Mais l'enjeu est celui du choix. Contre toute tradition il accueille auprès de lui Marie qui l'écoute parler. Marthe endosse le rôle plus traditionnel. Marie choisit, et Jésus rappelle à Marthe que son activté ne devrait pas être seulement subie mais qu'elle est appelée à découvrir une part de liberté dans la contrainte.. Evidemment, dans la vie, on fait bien des choses parce qu'il faut les faire plutôt que par choix. Il est possible de conquérir une part de liberté dans quelque chose que je suis contraint de faire. C'est ce à quoi le Christ nous encourage.

"Explique-nous clairement..." Mt 13,36-43

Mt 13,36-43 (Mardi de la 17e semaine de l'Ordinaire). Les disciples ne comprennent pas tout de la parabole de l'ivraie et du bon grain. Et Jésus établit un lien entre le monde concret et son action dans le monde. Ses plus proches ont besoin d'être éclairés. Reconnaitre l'action et la présence de Dieu dans notre monde n'est pas plus simple aujourd'hui mais Dieu n'est pas moins présent ni actif qu'il ne l'est dans le récit de l’Évangile. Nous sommes appelés à porter un regard "évangélique" sur notre quotidien pour y reconnaître Dieu présent et agissant.

"...il ne leur disait rien sans parabole..." Mt 13,31-35

Mt 13,31-35 (Lundi de la 17e semaine de l'Ordinaire). Du plus petit sort le plus grand. Ce qui paraît insignifiant peut être porteur de beaucoup. La parabole qui raconte une histoire de la vie ordinaire attire l'attention sur l'avènement du Royaume. Ce qui est vrai dans l'Evangile l'est souvent aussi dans nos vies. La relation à Dieu si elle se manifeste dans de petites choses peut en révéler de plus grandes et nous conduire beaucoup plus loin.

"Vous ne savez pas ce que vous demandez..." Mt 20,17-28

Mt 20,20-28 (Fête de s. Jacques).  Aspirer à plus pour soi ou pour d'autres n'est en soi ni bon ni mauvais. La vie humaine se construit par ce désir qu'est l'ambition. Mais l'Evangile montre qu'elle a un prix et qu'elle doit être regardée avec circonspection. Jacques et Jean vont vivre "plus" avec le Christ, mais ce n'est probablement pas comme il l'avait imaginé. Etre libre pour être avec le Christ et le suivre, voilà là clef d'une aspiration nourrie par l'Evangile.

"Celui qui a reçu..." Mt 13,18-23

Mt 13,18-23 (Vendredi de la 16e semaine de l'Ordinaire). Quel est le rapport que nous avons avec la Parole du Royaume? Son exigence fait qu'il y peu de terrain fertile. Tout dépend de la façon dont la Parole est reçue, accueillie. Lorsqu'elle l'est, elle porte beaucoup de fruit. C'est elle qui travaille, l'auditeur n'a qu'à accueillir, mais cela demande une ouverture: du temps, de l'attention...

"Voici ma mère et mes frères..." Mc 3,31-34

Mc 3,31-35 (Fête de s. Brigitte). Les lien de parenté sont important, mais Jésus relativise les liens du sang pour privilégier ceux du cœur. C'est la relation à Dieu qui importe à ses yeux. Pour cela il n'y a pas besoin d'être dans une relation de parenté mais il s'agit de vivre de la relation établie avec Dieu. 

"...Marie..." Jn 20,1.11-18

Jn 20,1.11-18 (Fête de s. Marie Madeleine). Comment Jésus a-t-il prononcé le nom de "Marie"? Exprimait-il de la surprise, de la déception, de la compassion...? De temps en temps, il est bon de se demander sur quel ton sont dites les paroles de l'Ecriture. Cela nous donne un autre accès à la Parole. Parfois nous découvrons aussi que nous n'ententons pas toujours le même ton dans une phrase connue. Peut-être parce que nous vivons autre chose que la dernière fois que nous avions lu le même passage. La Parole est vivante et chaque jour nous dit quelque chose.... 

"...celui qui fait la volonté de mon Père..." Mt 12,46-50

Mt 12,46-50 (Mardi de la 16e semaine de l'Ordinaire). Un groupe se dessine autour de Jésus, groupe qui va au-delà des solidarité naturelles de la famille ou du clan. Il s'agit de ceux qui font la volonté son Père. Et cette volonté est exprimée dans le sermon sur la montagne (Mt 5-7). Le programme de toute une vie de croyant...

"...un signe venant de toi" Mt 12,38-42

Mt 12,38-42 (Lundi de la 16e semaine de l'Ordinaire). Le signe de Jonas c'est que les Ninivites n'ont pas eu de signe autre que la parole de Jonas à laquelle ils ont cru. Leur foi est donc plus grande et ils jugeront ceux qui ont eu plus que Jonas. Les auditeurs de Jésus sont tellement focalisés sur les signes extraordinaires qu'ils ne voient pas ceux qui leur sont donnés.

"...un signe venant de toi" Mt 12,38-42

Mt 12,38-42 (Lundi de la 16e semaine de l'Ordinaire). Le signe de Jonas c'est que les Ninivites n'ont pas eu de signe autre que la parole de Jonas à laquelle ils ont cru. Leur foi est donc plus grande et ils jugeront ceux qui ont eu plus que Jonas. Les auditeurs de Jésus sont tellement focalisés sur les signes extraordinaires qu'ils ne voient pas ceux qui leur sont donnés.

Bruno fuglistaller 2Saint-Boniface

Avenue du Mail 14 bis
1205 Genève

Bruno Fuglistaller sj Email Bruno Fuglistaller sj

Tel. +41 22 827 46 75

DÉCOUVRIR SAINT-BONIFACE

Infos messe

Informations importantes

Après une brève reprise, l'Antenne ignacienne va prendre le chemin des vacances... Eh oui, nous aussi nous en avons besoin !!!! La messe du 25 juin sera la dernière de l'année académique. Nous reprendrons le rythme des messes des mardis, mercredis, jeudis, le 8 septembre à 18h45.

En espérant que vous aurez aussi l'occasion de reprendre des forces après ces mois mouvementés, je vous souhaite un été réparateur et me réjouis de vous retrouver en septembre. 

B. Fuglistaller sj

Célébrer avec les jésuites

La messe est célébrée dès le 18 septembre tous les mardis, mercredis et jeudis, à 18 h 45 (Av. du Mail 14 au 2e étage) par le Père Bruno.