cour st Boniface gSt-Boniface côté cour © Luc JaquetL'antenne ignatienne de Genève propose aux citadins de prendre soin, au cœur de leur vie, de leur spiritualité. Forte du constat qu'il est de plus en plus difficile de prendre plusieurs jours à un mois pour faire une retraite dans un lieu spécialement prévu à cet effet, elle propose de vivre des semaines de retraite dans la vie -avec des rencontres de suivi en fin de journée ou en week-end- pour que la spirituelle ne soit pas qu'une simple parenthèse dans le quotidien. Ainsi, depuis l'automne 2012, l’antenne ignatienne propose différentes formations et notamment, grâce à une collaboration avec l'aumônerie l'université, des Exercices spirituels dans la vie.

L'antenne célèbre également l'eucharistie, du lundi au jeudi à 18h45, à l'église de St-Boniface (av. du Mail 14). Fiez-vous aux infos messe pour vous assurer qu'il n'y ait pas de changements de dernières minutes.

Un autre aspect qui reste très important dans le cadre des activités des jésuites à Genève, c'est l'accompagnement spirituel: un temps pour des rencontres personnelles durant lesquelles la personne accompagnée peut parler de ce qu'elle vit dans sa prière et, d'une façon plus générale, dans sa relation à Dieu.

Les activités des jésuites de Genève s'inscrivent dans la suite des projets en réseau que les jésuites ont accomplis ces dernières décennies, dont la cofondation de l'Atelier Œcuménique de Théologie.

Enfin, vous retrouvez ci-dessous le commentaire quotidien de l'évangile du Père Bruno Fuglistaller sj.


... les clés du Royaume..." Mt 16,13-19

Mt 16,13-19 (Fête de la Chaire de s. Pierre). Jésus se trouve en territoire païen et au calme il demande comment les gens le perçoivent. Seul Pierre perçoit qui il est. Et là le Christ lui reconnaît une parole qui libère la personne qui la reçoit. C'est ce pouvoir libérant de la Parole que nous célébrons aujourd'hui.

"Mais des jours viendront..." Mt 9,14-15

Mt 9,14-15 (Vendredi après les Cendres). Une véritable ascèse dans la vie spirituelle est de vivre le moment présent. Nous sommes sollicités à temps et à contre temps. Il nous faut constamment prévoir, anticiper et c'est nécessaire. Mais parfois ce soucis se fait au détriment du moment présent, lieu privilégier de la rencontre avec Dieu et avec l'autre. Ce temps de Carême est peut-être une occasion d'être attentif au présent. 

"... qu'il renonce à lui-même..." Lc 9,22-25

Lc 9,22-25 (Jeudi après les Cendres). D'emblée, la liturgie nous oriente vers le thème de la Passion. Mais le défi est de suivre le Christ au quotidien: ne pas se centrer sur soi-même, porter la part difficile de notre vie (pas besoin de chercher des difficultés supplémentaires). Il s'agit d'avancer avec la confiance en Dieu qui aide et accompagne chaque pas de notre vie. 

"Ce que vous faites pour devenir justes...." Mt 6,1-6.16-18

Mt 6,1-6.6-18 (Mercredi des Cendres). Nous commençons aujourd'hui un parcours de 40 jours (les dimanches ne sont pas jeûnés) de préparation à Pâques. Le début du chemin est marqué par l'imposition des cendres. Dans l'Ancien Testaments, elles représentent à la fois la fragilité de l'être humain, le péché et la volonté de renouer la relation avec Dieu. C'est aussi un temps privilégié pour donner de l'espace à l'essentiel, le partage et cultiver les relations qui nous font vivre.  

"Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles..." Mc 9,30-37

Mc 9,30-37 (Mardi de la 7e semaine de l'Ordinaire). Chaque fois que Jésus annonce sa passion, les disciples ne comprennent pas. C'est qu'ils ont d'autres ambitions. Mais le Christ les ramène à d'autres réalités. L'essentiel c'est de servir et d'accueillir. Le Christ se rencontre dans cette disponibilité à l'autre, c'est aussi elle qui nous ouvre le coeur de Dieu. 

"... tes disciples... n'en ont pas été capables" Mc 9, 14-29

Mc 9,14-29 (Lundi de la 7e semaine de l'Ordinaire). L'incapacité des disciples de Jésus d'expulser un esprit mauvais suscite une discussion entre la foule et les scribes. Ils avaient pourtant reçu le pouvoir d'exorciser (6,7.13). Les disciples et la foule reçoivent une leçon au sujet de leur incrédulité. La seule force des disciples sera dans le fait de se tenir en présence de Dieu dans la foi. Par eux-mêmes, ils ne peuvent rien ,tout comme nous...

"Et vous que dites-vous? Pour vous qui suis-je?" Mc 8,27-33

Mc 8,27-33 (Jeudi de la 6e semaine de l'Ordinaire). Jésus emmène ses disciples au loin à Césarée de Philippe. Et en route, il pose des questions au sujet de l'opinion des gens sur lui et finalement à ses disciples: qui est-il? La réponse de Pierre marque un tournant dans l'Evangile. Mais tous devront se défaire des fausses idées sur la messianité de Jésus. Les disciples, comme nous, doivent découvrir la puissance et la vulnérabilité du Christ.

"Puis Jésus, de nouveau imposa les mains..." Mc 8,22-26

Mc 8,22-26 (Mercredi de la 6e semaine de l'Ordinaire). Curieuse guérison que celle dont nous sommes témoins. Jésus doit s'y prendre à deux fois... Cette situation a une dimension symbolique. Quelques versets plus hauts (8,17s) ce sont les disciples qui ne voient pas. Voir la véritable portée de l'action du Christ, qui il est, n'est pas aisé. Les plus proches témoins ne perçoivent pas tout de suite les véritables enjeux. Notre quotidien, dans son ordinaire demande aussi une attention particulière pour y reconnaître la présence et l'action du Christ. 

"... ils cherchaient à obtenir un signe,,," Mc 8,11-13

Mc 8,11-13 (Lundi de la 6e semaine de l'Ordinaire). A chaque rencontre entre Jésus et les Pharisiens la tension monte. La dernière fois, c'était au sujet des traditions orales (7,1-13). Maintenant ce sont les signes. Pour les Pharisiens l'arrivée du Messie doit être attestée par des signes extraordinaires comme pendant l'Exode. Il faut être sûr. Dans cette perspective, l'action de Dieu ne peut que se manifester en rupture avec l'ordinaire. Jésus aurait pu évoquer la multiplication des pains qui vient de se dérouler... Il n'en est rien. Il appelle à porter un autre regard sur l'aujourd'hui...

"Prenez garde au levain des pharisiens..." Mc 8,14-21

Mc 8,14-21 (Mardi de la 6e semaine de l'Ordinaire). Une fois encore les disciples ne comprennent pas ce que dit le Christ. Et Jésus enfonce le clou... Ils ne comprennent toujours pas! Le levain fait "gonfler" le pain. On n'en utilisait pas pour la Pâque et les offrandes rituelles parce qu'il altère la substance. Marc met ici en évidence la dimension spirituelle de l'enflement qu'est l'orgueil. C'est de cela que les disciples doivent se garder, il s'agit de reconnaître les signes déjà donnés par le Christ et non pas d'en attendre d'autres, plus extraordinaires. 

"...les gens n'avaient rien à manger..." Mc 8,1-10

Mc 8,1-10 (Samedi de la 5e semaine de l'Ordinaire). Nous pouvons être surpris de trouver une deuxième multiplication des pains... Mais Jésus est auprès de populations non-juives. Et le Christ propose la même expérience à ces personnes qui n'appartiennent pas au peuple élu...Le regard de Dieu est différent de celui des hommes. Il voit les besoins des personnes indépendamment de leur appartenance religieuse... Une leçon... 

"...il les envoya deux par deux..." Lc 10,1-9

Lc 10,1-9 (Fête de Cyrille et Méthode). Ce passage est le pendant de celui adressé aux Douze (9,3-5). Ainsi la mission n'est pas réservée aux Apôtres mais concerne toute l'Eglise. Chacun est appelé à témoigner selon ce qu'il est et ce qu'il sait. Voilà un formidable encouragement à la créativité et un signe de confiance qui est donné. A nous d'inventer notre manière d'être disciples aujourd'hui.

"...Jésus se rendit dans le territoire de Tyr..." Mc 7,24-30

Mc 7,24-30 (Jeudi de la 5e semaine de l'Ordinaire).  Jésus entre dans un nouveau territoire, celui des non-juifs. Il y commence une véritable mission. Même dans ce territoire il est reconnu et sollicité. Et même si dans un premier temps, Jésus répond avec réserve, mais les paroles de la femme et sa foi viennent à bout des réserves. Finalement l'Evangile ne connaît pas de frontière. 

"C'est du dedans, du coeur... que sortent les pensées..." Mc 7,14-23

Mc 7,14-23 (Mercredi de la 5e semaine de l'Ordinaire). Cette polémique nous montre que le christianisme, en ses débuts, s'est heurté aux questions que soulève l'accueil de non-juifs convertis au christianisme. Accueillir l'autre qui est frère mais vient d'ailleurs... Un défi actuel aujourd'hui aussi...

"... son coeur est loin de moi..." Mc 7,1-13

Mc 7,1-13 (Mardi de la 5e semaine de l'Ordinaire). Apparemment la discussion porte sur un point de détail. Pureté, impurté pour ne pas s'être lavé les mains... Mais il s'agit du coeur mis dans ce que l'on fait. Un rite devrait être l'expression de quelque chose d'intérieur. Le véritable enjeu est le coeur dans toute cette affaire. Dans quelle mesure ce que nous faisons nous engage. Il ne s'agit pas de tout faire avec un engagement total, ce serait impossible, mais de ne pas nous satisfaire de la routine, en particulier dans notre vie spirituelle. 

"En ce temps là, les Apôtres..."Mc 6,30-34

Mc 6,30-34 (Samedi de la 4e semaine de l'Ordinaire). C'est la première fois que Marc appelle les douze "Apôtres" ou envoyés. Ils reviennent de mission et le Christ les invite à se reposer. Mais la mission une fois lancée... les foules les pressent au  point de devoir aller plus loin. Le service du Christ fait bouger parfois malgré soi... toutefois, le repos doit aussi être pris. Trouver l'équilibre entre donner et recevoir est une responsabilité pour nous.

"... le nom de Jésus devenait célèbre..." Mc 6,14-29

Mc 6,14-29 (Vendredi de la 4e semaine de l'Ordinaire). Les avis sont partagés sur Jésus: Jean le Baptiste ressuscité, prophète Elie... la tentation est grande de réduire Jésus à ce qui semble connu. Or il ne peut être "réduit", il ne donne sa mesure que dans la relation établie avec lui. Nous sommes appelés à développer cette relation au fil des événements de notre vie...

"...ne serait-ce que la frange de son vêtement.." Mc 6,53-56

Mc 6, 53-56 (Lundi de la 5e semaine de l'Ordinaire). Au v. 51 il était question d'aller à Bethsaïde, et voilà que les disciples arrivent avec Jésus à Génésareth en terre juive. Et tous veulent toucher ne serait-ce que la frange de son vêtement. Ce n'est pas anodin. Le vêtement c'est le symbole de la personne. Toucher le manteau c'est atteindre la personne elle-même. Les franges dont il est question rappellent que Jésus est un juif qui respecte la Loi. Jésus révèle la puissance divine qui fait vivre à travers tous ce qu'il est et fait. 

"D'où cela lui vient-il?..." Mc 6,1-6

Mc 6,1-6 (Mercredi de la 4e semaine de l'Ordinaire). Qui est cet homme? Le passage de l’Évangile d'aujourd'hui semble s'intéresser à cette question. Ceux qui ont connu Jésus enfant comprennent son identité à partir de son travail et de sa famille, mais cela n'explique pas sa sagesse, les miracles... Toute une part de l'existence du Christ échappe à ceux qui le côtoient. Pour le connaître, il faut croire. L'accès au Christ passe par la foi, la confiance. C'est ce qui nous permet aujourd'hui de le connaître et de le côtoyer.

"...Jésus regagna en barque l'autre rive..." M 5,21-43

Mc 5, 21-43 (Mardi de la 4e semaine de l'Ordinaire). Une fois encore et de différente façon, le Christ lutte contre les forces de la mort. Que ce soit auprès de la femme ou de la fille de Jaïre, le Christ est toujours du côté de la vie. Activement (avec la fille de Jaïre) passivement (en étant touché par la femme), le Christ ramène à la vie. Marc nous place devant un critère de discernement important. L'action de Dieu est toujours du côté de la vie et non de la mort. Reconnaître ce qui rend plus vivant, pas seulement un instant mais durablement, c'est avancer sur le chemin du Christ.

"...il habitait dans les tombeaux..." Mc 5,1-20

Mc 5,1-20 (Lundi de la 4e semaine de l'Ordinaire). Juste après l'épisode de la traversée très agitée du lac, voilà Jésus qui rencontre un homme agité. Possédé même... Le trouble fait partie de la vie. Il y a des moments où vie et mort se côtoient, comme pour le possédé qui vit parmi les morts. Le Christ le libère de cette confusion en le ramenant du côté de la vie. Nous connaissons tous des épisodes où nous ne parvonons plus à reconnaître ce qui fait vivre. Le Christ est du côté de la vie et appelle à la vie.  

Bruno fuglistaller 2Saint-Boniface

Avenue du Mail 14 bis
1205 Genève

Bruno Fuglistaller sj Email Bruno Fuglistaller sj

Tel. +41 22 827 46 75

DÉCOUVRIR SAINT-BONIFACE

Infos messe

Informations importantes

En février, la messe ne pourra pas être célébrée le mardi 25 et le jeudi 27. Mais le mercredi 26 sera célébrée par un confrère.

Le 10 et le 19 mars la célébration de la messe ne pourra pas être assurée.

Entre le 9 et le 20 avril (compris) les Eucharisties ne pourront pas être assurées à cause des célébrations de Pâques en différents endroits et d'une rencontre en Allemagne.

En regrettant les complications que ces changements peuvent occasionner, je vous souhaite une bonne journée.

B. Fuglistaller sj

Célébrer avec les jésuites

La messe est célébrée dès le 18 septembre tous les mardis, mercredis et jeudis, à 18 h 45 (Av. du Mail 14 au 2e étage) par le Père Bruno.