messe

  • L’intendant malhonnête ou l’administrateur de l’injustice?

    Dans la magnifique église des jésuites, au centre-ville de Lucerne, le Père Arturo Sosa sj a présidé l’eucharistie du dimanche 22 septembre. La musique, proposée par un chœur et un orchestre d’une cinquantaine de musiciens, contribuait beaucoup à la qualité de la célébration. On avait choisi la «Missa palatina» de Martin Schmid, missionnaire jésuite suisse et musicien qui avait composé cette œuvre durant son apostolat dans les Réductions de Bolivie au XVIIIe siècle. Mais l’assemblée n’était pas passive: elle chantait de tout cœur les hymnes. Dans son homélie, dont voici le texte ci-dessous, le Père Général a proposé de lire l’évangile du jour, un texte qui surprend et peut même nous irriter, sous un nouvel angle. Pourquoi donc Jésus peut-il affirmer qu’on peut, que Dieu peut, louanger un administrateur malhonnête?

    Pierre Bélanger sj
    jesuits.gobal

  • Dimanche sans messe mais pas sans Évangile

    Ce dimanche 15 mars sera peut-être sans messe à Genève, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion autour de la tentation sectaire:

    À quel saint se vouer ?

    par Pierre Emonet sj - Où faut-il aller pour rencontrer le vrai Dieu? Quelle religion, quelle pratique est le bon chemin? C’est la question que la femme de Samarie pose à Jésus. Perplexe devant tant de propositions qui s’excommunient les unes les autres, elle ne sait à quel saint se vouer. Chacune, forte de ses dogmes, de ses structures, de ses rites, de son culte et de ses ministres prétend être l’unique bon chemin. Cette femme, qui n’est pas une théologienne ni même une bonne pratiquante, porte en elle des générations de polémiques, de crimes, de guerres de religions, d’excommunications, tout un arsenal de violence et d’intolérance brandi au nom d’un Dieu inconnu que chacun prétend connaître. Même les disciples de Jésus se sont laissés prendre au piège de l’intolérance, lorsqu’ils ont voulu exclure ceux qui ne faisaient pas partie de leur groupe. Comme si les religions étaient nécessairement fondées sur l’exclusive et l’exclusion?

  • Informations importantes

     Comme je l'avais évoqué dans un message précédent, je suis contraint de supprimer la messe du mardi afin de participer aux réunions de ma communauté. Je vais essayer de célébrer dorénavant les lundis (dans la mesure où je n'ai ni cours à l'AOT ni comité de S. Boniface), mercredis et jeudis (mais là aussi j'ai parfais des obligations).

    Sauf annonce, dans cette partie du site, les messes sont célébrées les lundis, mercredis et jeudi à 18h45.

    Je sais déjà que je ne pourrai pas célébrer:

    • Les lundis:  19 et 26 avril, 24 mai,
    • Les jeudis: 22  avril, 20 et 27 mai

    B. Fuglistaller sj

  • Jésuites de Notre-Dame en prière pour vous et avec vous!

    La communauté fribourgeoise des jésuites de Notre-Dame de la Route, à Villars-sur-Glâne, comme toutes les communautés jésuites de Suisse, ont suspendu la célébration des messes en public. «Il s’agit de tenir un vilain virus à distance. C’est l’occasion de nous unir davantage à Dieu et à tous nos amis, malades ou bien-portants. Car l’amitié ne craint pas la séparation physique, mais seulement la tiédeur», ont-ils affiché sur la porte de la chapelle. Ils proposent de prier pour vous et ensemble...

  • Messes suspendues

    COVID-19 - Face à la pandémie actuelle, le diocèse s’aligne sur les mesures prises par le Conseil fédéral en interdisant, jusqu’au 30 avril2020, la célébration en public de toutes les messes sur le territoire diocésain. Elles seront célébrées à huis-clos, communique le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg. Rappelons que c’est toute la Suisse qui suit le même régime!

  • Messes suspendues à Genève

    COVID-19 - Mgr Charles Morerod a émis un décret supprimant toutes les messes dans le canton de Genève jusqu’au 15 mai 2020, y compris pendant la période pascale. Les funérailles également devront se dérouler dans l’intimité stricte des proches. «Aucune autre dérogation ne sera acceptée», précise le décret. Cette décision s’inscrit dans les mesures des autorités genevoises de lutte contre la propagation du coronavirus.

  • Ressources spirituelles pour confinés

    Pour la plupart d'entre nous, il a été très difficile d'accepter d'être restreints dans nos mouvements et de ne plus pouvoir momentanément exprimer notre foi comme nous en avons l'habitude. Mais tout n'est pas négatif dans cette crise sanitaire, comme il est souligné sur le site Jesuits in Europe. Si nous ne pouvons pas sortir et nous réunir à notre guise, nous pouvons nous rapprocher encore davantage de Dieu grâce aux technologies contemporaines.
    Cette privation forcée a en effet déclenché une vague d'initiatives créatives dans toute l'Europe et au Proche-Orient pour relier nos amis, nos communautés et nos assemblées d'église, comme l'a dit saint Ignace, en union de prière. Des messes en vidéo aux réflexions, des spectacles de musique au soutien personnel en ligne, les jésuites et leurs partenaires prient avec vous via le net.

  • Un dimanche sans messe mais pas sans Évangile

    Ce dimanche 15 mars sera peut-être sans messe à Genève, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion autour de la tentation sectaire:

    À quel saint se vouer ?

    par Pierre Emonet sj - Où faut-il aller pour rencontrer le vrai Dieu? Quelle religion, quelle pratique est le bon chemin? C’est la question que la femme de Samarie pose à Jésus. Perplexe devant tant de propositions qui s’excommunient les unes les autres, elle ne sait à quel saint se vouer. Chacune, forte de ses dogmes, de ses structures, de ses rites, de son culte et de ses ministres prétend être l’unique bon chemin. Cette femme, qui n’est pas une théologienne ni même une bonne pratiquante, porte en elle des générations de polémiques, de crimes, de guerres de religions, d’excommunications, tout un arsenal de violence et d’intolérance brandi au nom d’un Dieu inconnu que chacun prétend connaître. Même les disciples de Jésus se sont laissés prendre au piège de l’intolérance, lorsqu’ils ont voulu exclure ceux qui ne faisaient pas partie de leur groupe. Comme si les religions étaient nécessairement fondées sur l’exclusive et l’exclusion?

  • Une Messe au cœur du monde

    titlis Denis Linine de Pixabaypar Jean-Blaise Fellay sj - Pierre Teilhard de Chardin sj se trouvait dans les solitudes du désert de Gobi quand il rédigea la Messe sur le Monde(1), il n’avait pas alors la possibilité de célébrer la liturgie. Il m’est arrivé également, plus d’une fois, lors d’expéditions, d’être saisi d’une émotion profonde face à des paysages à la beauté stupéfiante. À l’aube, par exemple, quand la lumière découvrait des horizons si vastes qu’ils donnaient une impression d’infini. Cette immensité laissait concrètement ressentir les dimensions surhumaines de Dieu. J’ai eu la chance de le vivre de nombreuses fois au cours d’une longue carrière de guide de montagne.

  • Une vie spirituelle au-delà du virus

    Un virus nommé Covid-19 est en train de dominer le monde. Certains d'entre nous sont déjà touchés dans leur santé, d'autres craignent pour leurs proches. D'autres encore continuent à travailler pour le bien de tous. Chez nous, comme partout ailleurs, nous avons besoin de ressources pour tenir bon sur la durée, physiquement et spirituellement. Même si la situation ne semble pas toujours maîtrisée, l’espérance qui a toujours guidé et porté l’humanité est, aujourd’hui, celle de la solidarité par-dessus les frontières nationales, culturelles et religieuses.

    En ce temps d’incertitude, où la maladie menace, il est réconfortant de prendre soin de sa vie spirituelle, chacun à son rythme. Les activités socio-culturelles et les célébrations religieuses étant supprimées, il est l’heure de rester à la maison. Mais nous pouvons encore partager et vivre ensemble notre foi par les voies modernes dont nous disposons désormais. Le site Internet des jésuites de Suisse se met au service de cette démarche.
    Un nouvel espace de parole a ainsi été créé ici
    Mais encore…
    Nous vous proposons de trouver chaque jour un texte tiré de la liturgie eucharistique, et un petit commentaire du Père Bruno Fuglistaller sj la semaine, et du Père Pierre Emonet sj le dimanche, pour vous aider à approfondir et méditer le texte biblique.

    Pour votre méditation, nous vous proposons les pas suivants :
    1. Prendre conscience de la présence de Dieu et lui demander d’être ouvert à sa parole.
    2. Lire le texte.
    3. L’intérioriser et chercher à le comprendre.
    4. S’entretenir avec Dieu sur ce que l’on a compris. Remercier ou demander.
    5. Terminer par un Notre Père

    Lundi 16 mars 2020

    Jésus, comme Élie et Élisée, n’est pas envoyé qu’aux seuls Juifs (Lc 4, 24-30)

    Dans la synagogue de Nazareth, Jésus déclara: «Amen, je vous le dis: aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. En vérité, je vous le dis: Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël; pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère.
    Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien.» À ces mots, dans la synagogue,
    tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.

    Lire les pistes de réflexions du Père Bruno Fuglistaller sj en cliquant ici

    A lire et écouter l’Évangile du jour sur Prie en chemin, le site de prières des jésuites francophones.

  • Vie spirituelle au-delà du virus

    Un virus nommé Covid-19 est en train de dominer le monde. Certains d'entre nous sont déjà touchés dans leur santé, d'autres craignent pour leurs proches. D'autres encore continuent à travailler pour le bien de tous. Chez nous, comme partout ailleurs, nous avons besoin de ressources pour tenir bon sur la durée, physiquement et spirituellement. Même si la situation ne semble pas toujours maîtrisée, l’espérance qui a toujours guidé et porté l’humanité est, aujourd’hui, celle de la solidarité par-dessus les frontières nationales, culturelles et religieuses.

    En ce temps d’incertitude, où la maladie menace, il est réconfortant de prendre soin de sa vie spirituelle, chacun à son rythme. Les activités socio-culturelles et les célébrations religieuses étant supprimées, il est l’heure de rester à la maison. Mais nous pouvons encore partager et vivre ensemble notre foi par les voies modernes dont nous disposons désormais. Le site Internet des jésuites de Suisse se met au service de cette démarche.