Le semeur n’a semé que du bon grain. Parce qu’il vient de Dieu, le fond de tout être quel qu’il soit, est foncièrement bon. Aussi ne faut-il jamais désespérer de soi ni de personne malgré les échecs de la vie, les revers ou les trahisons, les siennes et celles des autres.

Parce qu’il en va de Dieu et de son service, tout doit être nécessairement impeccable, pour soi, pour les autres, pour l’Église. Que du bon grain dans mon champ ! Les revers, les échecs, les trahisons, les infidélités, toutes ces mauvaises herbes qui envahissent régulièrement mon jardin engendrent un sentiment de malaise, de culpabilité. Déçu de soi, mécontent des autres, critique envers les autorités en tout genre, furieux contre l’Église, il ne reste plus qu’à partir en bataille: juger, dénoncer, reprocher, remettre de l’ordre… pour la plus grande gloire de Dieu. Pas évident!

Ne rêvez pas de pureté intégrale, dit Jésus. Soyez réalistes. Vous faites plus de dégâts que de bien. L’enchevêtrement du bien et du mal, du succès et de l’échec, du progrès et des reculades, de la fidélité et du péché font partie intégrale de la condition humaine. Le champ idéal n’existe pas. Entremêlée au bon grain, la mauvaise herbe est partout. Personne ni aucune collectivité n’y échappe, sans que vos bonnes intentions ne parviennent à désherber votre terrain. Même l’Église, la prude gardienne de la vertu, en fait l’amère expérience. Rêver d’un champ libre de toute mauvaise herbe est un leurre. Le tri appartient à d’autres, lorsque le temps sera venu. En attendant: patience et réalisme.

Le mythe de la perfection a causé beaucoup de tort au christianisme. Parce que le divin est conçu sans défaut, on en conclut que le champ de celui qui se tient devant Dieu doit être libre de toute mauvaise herbe. Impossible challenge. Prétendre mener une vie personnelle parfaite, exiger des autres un parcours sans faute, rêver d’une Église immaculée, n’engendre qu’intolérance, dureté du cœur, et conduit à l’abandon. Reste à en prendre acte, à reconnaître une certaine médiocrité et son pourcentage de misère, sans jouer les héros ni les redresseurs de torts. Être un simple disciple, fragile et pécheur, perpétuel objet de miséricorde. Saint Paul lui-même se lamentait de devoir cultiver un champ envahi par le chiendent: je ne fais pas le bien que je voudrais, mais je commets le mal que je ne voudrais pas (Rm 7,19). Le Dieu en présence duquel nous avançons tant bien que mal ne s’est pas contenté de camper jalousement sur le terrain divin (Ph 2,6); il a assumé la réalité humaine, ce mélange de précarité et de faiblesse. Le mystère de l’Incarnation évacue le mythe de la perfection.

Pierre Emonet SJ  

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Un site pour les répértorier tous!

    SiteCurie CoronaInitiatives2020

    Le siège mondial de la Compagnie de Jésus, la Curie générale à Rome, a reçu un grand nombre de belles initiatives jésuites concernant la crise COVID-19.

    Le leader de la Compagnie, le père Arturo Sosa sj, a demandé qu'un nouveau site web soit lancé pour rassembler ces initiatives en un seul endroit, ainsi que pour les promouvoir dans plusieurs langues

    Lire la suite
  • On ne voit bien qu’avec le cœur

    On ne voit bien qu’avec le cœur

    Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 12 avril 2020, dimanche de Pâques, sera une nouvelle fois sans messe publique, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion sur l'annonce de la résurrection du Christ et la manière dont elle a été reçue. «Perplexe, Pierre ne sait pas que penser devant le tombeau vide, tandis que l’autre comprend. Il

    Lire la suite
  • Entrer dans la Passion

    Entrer dans la Passion

    Un récit vieux de plus de 2000 ans, mais qui nous concerne tous, se vit ici et maintenant. Voici quelques impulsions spirituelles qui peuvent nous aider, dans le confinement, à vivre le Mystère de Pâques. Le récit de la Passion est tissé d'images... telles nos vies. Ces images peuvent venir nous habiter. Elles nous invitent alors à entrer avec Jésus

    Lire la suite
  • Dios no se muda - Dieu reste le même

    Dios no se muda - Dieu reste le même

    En ces temps chahutés par le coronavirus, Luc Ruedin sj propose de cheminer aux côtés de Thérèse d'Avila en prêtant l'oreille aux voix des frères de Taizé pour éclairer notre route! À chaque phrase, son commentaire à méditer.
    Aujourd’hui: Dios no se muda  / Dieu reste le même

    Lire la suite
  • Vox populi vox Dei? Parfois seulement!

    Vox populi vox Dei? Parfois seulement!

    Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 5 avril 2020, dimanche des rameaux, sera une nouvelle fois sans messe publique, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion sur cette journée si importante pour nous mais si étrange en ces temps de pandémie. On y parle de foule. de joie, de jubilation même. Mais aussi de basculement, de doute,

    Lire la suite
  • La douloureuse grâce de la crise du coronavirus

    La douloureuse grâce de la crise du coronavirus

    Tout temps est temps de grâce. Cela vaut aussi pour la crise du coronavirus.  Dieu n'a pas coupé le robinet de sa grâce. Quelle grâce particulière nous accorderait-il cette année pendant la Semaine Sainte? se demande le Père Nikolaas Sintobin sj .
    Les célébrations de la Semaine Sainte sont toutes des joyaux. Nous aimons ces liturgies raffinées. Elles rassemblent les chrétiens

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4