par Pierre Emonet sj - Loin d’identifier ses auditeurs avec une terre ingrate, Jésus les encourage à travailler leurs champs pour qu’ils deviennent productifs. Le paysan qui a hérité une mauvaise parcelle sait bien que tout terrain peut être assaini à condition d’y mettre le prix. Épierrer, débroussailler, labourer, épandre le fumier, la tâche est ardue, elle exige beaucoup de patience et une bonne dose d’endurance, mais peu à peu elle transforme le sol en une meilleure terre. Joie de la patience et de la persévérance!

Toute existence humaine, rarement définitivement confirmée dans le bien, vacille entre droiture et lâcheté, entre fidélité et péché. Tout disciple du Christ se retrouve dans le paysage composite évoqué par la parabole. Parce que personne n’est définitivement improductif, au gré des circonstances et des rencontres, suivant les époques et les humeurs, chacun/chacune est tantôt un terrain pierreux, un champ envahi de broussailles, un sol ingrat ou bonne terre.

Le semeur a beau avoir répandu du bon grain, la moisson n’en reste pas moins incertaine.

Le cycle des saisons, la météo, les intempéries, la grêle, le gel, la sécheresse, tant d’imprévus inévitables menacent la récolte. Jusqu’à ce qu’il devienne une bonne terre, le travail d’un sol ingrat requiert patience et endurance. La germination est lente, souterraine, imprévisible. Avant la joie de la récolte il faut accepter l’incertitude, la lenteur, et faire confiance. On ne tire pas sur les pousses pour accélérer la moisson, comme on ne force pas les étapes de la vie spirituelle. Il faut respecter les rythmes de la nature. Dans la vie spirituelle, le volontarisme et la brusquerie n’engendrent que des déboires.

Les paraboles de Jésus font référence à la vie des paysans ou des pêcheurs de Galilée habituées à respecter les rythmes de la nature et les aléas d’un métier incertain. Aujourd’hui, les technosciences et les paradigmes technocratiques nous introduisent dans un autre univers qui ne laisse guère de place à la nature. Les algorithmes ne sont pas patients. Incompatibles avec la lenteur et l’endurance d’un travail toujours recommencé, ils veulent maîtriser, dominer, obtenir des résultats dans l’immédiat. S’il ne mise pas sur la miséricorde de Dieu, le pauvre disciple du Christ qui n’en finit pas de cultiver son champ, hésite entre le découragement ou le raidissement volontariste.

Pierre Emonet sj

 

1280px Van Gogh Semeur au soleil couchantSemeur au soleil couchant, 1888, par Vincent Van Gogh © Wikimedia Commons

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Un site pour les répértorier tous!

    SiteCurie CoronaInitiatives2020

    Le siège mondial de la Compagnie de Jésus, la Curie générale à Rome, a reçu un grand nombre de belles initiatives jésuites concernant la crise COVID-19.

    Le leader de la Compagnie, le père Arturo Sosa sj, a demandé qu'un nouveau site web soit lancé pour rassembler ces initiatives en un seul endroit, ainsi que pour les promouvoir dans plusieurs langues

    Lire la suite
  • On ne voit bien qu’avec le cœur

    On ne voit bien qu’avec le cœur

    Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 12 avril 2020, dimanche de Pâques, sera une nouvelle fois sans messe publique, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion sur l'annonce de la résurrection du Christ et la manière dont elle a été reçue. «Perplexe, Pierre ne sait pas que penser devant le tombeau vide, tandis que l’autre comprend. Il

    Lire la suite
  • Entrer dans la Passion

    Entrer dans la Passion

    Un récit vieux de plus de 2000 ans, mais qui nous concerne tous, se vit ici et maintenant. Voici quelques impulsions spirituelles qui peuvent nous aider, dans le confinement, à vivre le Mystère de Pâques. Le récit de la Passion est tissé d'images... telles nos vies. Ces images peuvent venir nous habiter. Elles nous invitent alors à entrer avec Jésus

    Lire la suite
  • Dios no se muda - Dieu reste le même

    Dios no se muda - Dieu reste le même

    En ces temps chahutés par le coronavirus, Luc Ruedin sj propose de cheminer aux côtés de Thérèse d'Avila en prêtant l'oreille aux voix des frères de Taizé pour éclairer notre route! À chaque phrase, son commentaire à méditer.
    Aujourd’hui: Dios no se muda  / Dieu reste le même

    Lire la suite
  • Vox populi vox Dei? Parfois seulement!

    Vox populi vox Dei? Parfois seulement!

    Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 5 avril 2020, dimanche des rameaux, sera une nouvelle fois sans messe publique, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion sur cette journée si importante pour nous mais si étrange en ces temps de pandémie. On y parle de foule. de joie, de jubilation même. Mais aussi de basculement, de doute,

    Lire la suite
  • La douloureuse grâce de la crise du coronavirus

    La douloureuse grâce de la crise du coronavirus

    Tout temps est temps de grâce. Cela vaut aussi pour la crise du coronavirus.  Dieu n'a pas coupé le robinet de sa grâce. Quelle grâce particulière nous accorderait-il cette année pendant la Semaine Sainte? se demande le Père Nikolaas Sintobin sj .
    Les célébrations de la Semaine Sainte sont toutes des joyaux. Nous aimons ces liturgies raffinées. Elles rassemblent les chrétiens

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4