Aimer! Qu'est-ce qui se cache au juste derrière ce verbe qui sonne si doux à nos oreilles? Une ambigüité, celle de la langue française qui n’a que ce seul mot «pour traduire deux expressions grecques antagonistes qui signifient l’amour narcissique et l’amour oblatif», note Pierre Emonet sj, expliquant ainsi la demande du Christ de l'aimer plus que notre mère, plus que notre père, notre fils ou notre fille! Une chronique à lire en intégralité ci-après.

«Qui aime son père ou sa mère, son fils ou sa fille, plus que moi, n’est pas digne de moi». Voilà des propos bien déconcertants. Cette concurrence entre l’amour de la famille et la suite du Christ est choquante. Toute l’ambigüité vient de la langue française qui n’a que le seul mot «aimer» pour traduire deux expressions grecques antagonistes qui signifient l’amour narcissique et l’amour oblatif.
Dans le texte original, Jésus dit «qui aime» son père, sa mère, ses enfants, en employant le verbe grec qui signifie l’attachement narcissique, négatif, un amour égoïste et hypocrite: aimer pour son propre profit. Comme qui dirait «j’aime» le chocolat ou les pharisiens auxquels Jésus reproche «d’aimer» les premières places et «d’aimer» prier en public pour se faire remarquer. Par contre, lorsque le Christ parle d’aimer Dieu et le prochain, l’Évangile recourt à un autre verbe qui signifie l’amour oblatif, le don de soi. Un amour en sortie, dirait le pape François!

Ce qui est condamné, c’est l’attachement à la famille dans le but d’éviter les inconvénients d’une conversion.

À l’époque, lorsque les familles étaient païennes, celui ou celle qui devenait chrétien devait souvent choisir entre sa famille et le Christ. Jésus met ses disciples au défi de l’amour, en leur demandant de faire preuve d’indépendance et de liberté.

Qui fait le choix de Dieu se trouve nécessairement sur le terrain de l’absolu. Le marchandage et la demi-mesure sont exclus. Choisir le Christ, partager une communauté de destin avec lui, c’est tout ou rien; des ruptures paraissent inévitables. Le chemin serpente sous l’ombre portée de la croix, qui tel un poteau indicateur montre la direction à suivre: l’amour jusqu’à l’extrême de la non appartenance. Certains l’ont parcouru jusqu’au bûcher ou la fosse aux lions, d’autres dans l’humble service du prochain, le verre d’eau offert ou l’accueil de l’émigré. Tous ont vécu le paradoxe de l’Évangile: accepter de se quitter pour se trouver.

Pierre Emonet sj

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Un site pour les répértorier tous!

    SiteCurie CoronaInitiatives2020

    Le siège mondial de la Compagnie de Jésus, la Curie générale à Rome, a reçu un grand nombre de belles initiatives jésuites concernant la crise COVID-19.

    Le leader de la Compagnie, le père Arturo Sosa sj, a demandé qu'un nouveau site web soit lancé pour rassembler ces initiatives en un seul endroit, ainsi que pour les promouvoir dans plusieurs langues

    Lire la suite
  • On ne voit bien qu’avec le cœur

    On ne voit bien qu’avec le cœur

    Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 12 avril 2020, dimanche de Pâques, sera une nouvelle fois sans messe publique, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion sur l'annonce de la résurrection du Christ et la manière dont elle a été reçue. «Perplexe, Pierre ne sait pas que penser devant le tombeau vide, tandis que l’autre comprend. Il

    Lire la suite
  • Entrer dans la Passion

    Entrer dans la Passion

    Un récit vieux de plus de 2000 ans, mais qui nous concerne tous, se vit ici et maintenant. Voici quelques impulsions spirituelles qui peuvent nous aider, dans le confinement, à vivre le Mystère de Pâques. Le récit de la Passion est tissé d'images... telles nos vies. Ces images peuvent venir nous habiter. Elles nous invitent alors à entrer avec Jésus

    Lire la suite
  • Dios no se muda - Dieu reste le même

    Dios no se muda - Dieu reste le même

    En ces temps chahutés par le coronavirus, Luc Ruedin sj propose de cheminer aux côtés de Thérèse d'Avila en prêtant l'oreille aux voix des frères de Taizé pour éclairer notre route! À chaque phrase, son commentaire à méditer.
    Aujourd’hui: Dios no se muda  / Dieu reste le même

    Lire la suite
  • Vox populi vox Dei? Parfois seulement!

    Vox populi vox Dei? Parfois seulement!

    Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 5 avril 2020, dimanche des rameaux, sera une nouvelle fois sans messe publique, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion sur cette journée si importante pour nous mais si étrange en ces temps de pandémie. On y parle de foule. de joie, de jubilation même. Mais aussi de basculement, de doute,

    Lire la suite
  • La douloureuse grâce de la crise du coronavirus

    La douloureuse grâce de la crise du coronavirus

    Tout temps est temps de grâce. Cela vaut aussi pour la crise du coronavirus.  Dieu n'a pas coupé le robinet de sa grâce. Quelle grâce particulière nous accorderait-il cette année pendant la Semaine Sainte? se demande le Père Nikolaas Sintobin sj .
    Les célébrations de la Semaine Sainte sont toutes des joyaux. Nous aimons ces liturgies raffinées. Elles rassemblent les chrétiens

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4