«La peur ne doit pas vous rendre muets ni vous empêcher de parler. Exprimez publiquement vos convictions profondes. Proclamez sur les toits ce que vous avez appris à l’école du Christ», s'exclame Pierre Emonet sj qui rappelle pour ce dimanche 21 juin, que l’encouragement de Jésus -«Ne craignez pas»- reste d’une actualité cuisante! Une chronique à lire en intégralité ci-après.

Face aux incompréhensions et même aux persécutions, Jésus rassure ses disciples. Trois fois de suite, en quelques versets, il insiste pour leur recommander de ne pas avoir peur. «Ne craignez pas» les hommes ni ceux qui ne peuvent nuire que physiquement.

La peur ne doit pas vous rendre muets ni vous empêcher de parler. Exprimez publiquement vos convictions profondes. Proclamez sur les toits ce que vous avez appris à l’école du Christ.

L’encouragement de Jésus reste d’une actualité cuisante. À l’époque des grandes persécutions, se déclarer ouvertement chrétien revenait à risquer sa vie. Aujourd’hui encore, des chrétiens sont assassinés à cause de leur foi, mais dans nos sociétés européennes ils risquent surtout la marginalisation, la critique, la moquerie.... et de passer pour des cathos bornés.

Les valeurs chrétiennes n’ont guère de place dans les grands débats sociaux et politiques qui occupent l’actualité. L’Évangile n’a guère voix au chapitre lorsqu’il s’agit de débattre sur la répartition des richesses, le racisme, l’émigration, la promotion de la femme, le respect des LGBT, le mariage pour tous, le suicide assisté, certaines aventures procréatives, etc. Quelques groupes d’excités mis à part, les chrétiens sont tentés de faire profil bas; ils hésitent à prendre clairement position dans les débats. Gardant tout bas ce qui a été dit tout bas, ils s’expriment dans la langue du sérail clérical, abstraite, lourde de catégories scolastiques, vrai patois de Canaan pour la culture contemporaine. Vous voilà pris en tenailles entre deux peurs, dit Jésus, celle du bourreau -aujourd’hui, l’opinion publique et ses modes- et celle de Dieu. À vous de choisir:

«Quiconque craint encore les hommes ne craint pas Dieu», écrit Dietrich Bonhoeffer.

Parler, oser prendre position, au risque de sa réputation. Certes, l’Évangile ne demande pas de partir en guerre, de prêcher à tort et à travers sur le ton de la militance ou d’organiser des manifs, comme certains le pensent. Mais de là à oser prendre la parole pour dire sa pensée, sans agression, comme une conviction et un apport clair et ferme dans un débat ouvert, il y a une marge que les chrétiens hésitent souvent à franchir. Par manque de confiance? Ils sont pourtant dans la main du Père, mieux que les petits moineaux.

«Vous êtes un enfant de Dieu. Rester à jouer dans votre école maternelle n’offre aucun service au monde d’aujourd’hui. Il n’y a rien de saint ou d’illuminé à vous rétrécir et à vous cacher pour ne pas "insécuriser" votre entourage. Nous sommes nés pour manifester la gloire de Dieu qui est en nous. Ce n’est pas limité à certains, c’est en nous tous.» (Nelson Mandela).

Pierre Emonet sj

NelsonMandela2008 wikimediacommons

Photo: Nelson Mandela à Johannesburg, le 13 mai 2008 © Creative Commons - Attribution 2.0 Generic license.