«La fête de la Trinité est une invitation à scruter le mystère de Dieu» rappelle Pierre Emonet sj pour ce dimanche 7 juin avant de s'exclamer: «Autant se pencher sur un abîme sans fond, à en avoir le vertige (...) Parlant de lui-même, Dieu ne dit qu’une chose: un amour, une immense bienveillance qui est à l’origine de tout, arrose largement le monde sans distinction de races, de classes, de religions, de bons ou de méchants. (...) Personne ne peut prétendre annexer Dieu pour cautionner une religion ou un programme politique, même pas en brandissant une Bible à bout de bras après avoir dégagé les «méchants» à coup de gaz lacrymogène!»

«La fête de la Trinité est une invitation scruter le mystère de Dieu. Autant se pencher sur un abîme sans fond, à en avoir le vertige. D’entrée de jeu, l’Évangile de Jean l’a affirmé: Dieu personne ne l’a jamais vu. Tout ce que l’on a pu dire à son sujet relève du mythe et de projections hasardeuses. Pour trouver des réponses aux grandes questions qui la hantent, l’humanité a façonné des dieux à son image. Les seules informations crédibles ne peuvent provenir que de l’intérieur même du mystère divin. C’est bien sur ce terrain que l’Évangile se place, lorsqu’il lève un peu le voile -on parle de révélation- pour rejoindre les hommes dans leur questionnement. La leçon décisive est compactée dans une formule aussi courte que dense: le Fils unique, lui qui est dans le sein du Père, l’a fait connaître. Parlant à partir des abîmes insondables de la divinité, Jésus, l’homme de Nazareth, dit que Dieu est essentiellement amour, bienveillance, don gratuit: «Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son fils unique afin que quiconque croit en lui ne se perde pas».

»Parlant de lui-même, Dieu ne dit qu’une chose: un amour, une immense bienveillance qui est à l’origine de tout, arrose largement le monde sans distinction de races, de classes, de religions, de bons ou de méchants. Sans exclure la nature, ajoute le pape François. En son Fils unique, Dieu s’est donné au monde si divers. Toute la création est placée sous le signe de l’amour. Chaque créature est un don, une action, une présence de la bonté créatrice offerte à tous indistinctement. Personne ne peut prétendre annexer Dieu pour cautionner une religion ou un programme politique, même pas en brandissant une Bible à bout de bras après avoir dégagé les « méchants » à coup de gaz lacrymogène (cf. l’actualité).

»Dieu ne doit rien ni ne marchande. S’il aime le monde, ce n’est pas que le monde l’ait mérité. L’amour est gratuit ou n’est pas. Voilà revues et corrigées les représentations des anciens mythes, l’inquiétante image d’une divinité surplombant l’humanité, celle des comptes à rendre, d’une instance vétilleuse convoquant le débiteur insolvable. Au juge qui, du dehors, sépare et tranche, à la loi qui pèse comme un joug, Jésus substitue la réponse du cœur invité à faire confiance à la bienveillance créatrice de Dieu pour s’y ajuster jusqu’à l’extrême de la gratuité, le pardon et l’amour des ennemis.

»“Qui croit en lui n’est pas jugé; qui ne croit pas est déjà jugé.” Il ne s’agit plus de théologie ou de morale, mais de l’acceptation d’une énergie qui, depuis les origines, structure le monde. La reconnaître, l’accepter pour s’y confier, est le gage de cette bonne santé appelée “le salut”. Ne pas lui accorder sa confiance, c’est rester en marge de l’amour créateur, sans autre juge que sa propre liberté.»

Pierre Emonet sj

 

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Un site pour les répértorier tous!

    SiteCurie CoronaInitiatives2020

    Le siège mondial de la Compagnie de Jésus, la Curie générale à Rome, a reçu un grand nombre de belles initiatives jésuites concernant la crise COVID-19.

    Le leader de la Compagnie, le père Arturo Sosa sj, a demandé qu'un nouveau site web soit lancé pour rassembler ces initiatives en un seul endroit, ainsi que pour les promouvoir dans plusieurs langues

    Lire la suite
  • On ne voit bien qu’avec le cœur

    On ne voit bien qu’avec le cœur

    Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 12 avril 2020, dimanche de Pâques, sera une nouvelle fois sans messe publique, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion sur l'annonce de la résurrection du Christ et la manière dont elle a été reçue. «Perplexe, Pierre ne sait pas que penser devant le tombeau vide, tandis que l’autre comprend. Il

    Lire la suite
  • Entrer dans la Passion

    Entrer dans la Passion

    Un récit vieux de plus de 2000 ans, mais qui nous concerne tous, se vit ici et maintenant. Voici quelques impulsions spirituelles qui peuvent nous aider, dans le confinement, à vivre le Mystère de Pâques. Le récit de la Passion est tissé d'images... telles nos vies. Ces images peuvent venir nous habiter. Elles nous invitent alors à entrer avec Jésus

    Lire la suite
  • Dios no se muda - Dieu reste le même

    Dios no se muda - Dieu reste le même

    En ces temps chahutés par le coronavirus, Luc Ruedin sj propose de cheminer aux côtés de Thérèse d'Avila en prêtant l'oreille aux voix des frères de Taizé pour éclairer notre route! À chaque phrase, son commentaire à méditer.
    Aujourd’hui: Dios no se muda  / Dieu reste le même

    Lire la suite
  • Vox populi vox Dei? Parfois seulement!

    Vox populi vox Dei? Parfois seulement!

    Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 5 avril 2020, dimanche des rameaux, sera une nouvelle fois sans messe publique, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion sur cette journée si importante pour nous mais si étrange en ces temps de pandémie. On y parle de foule. de joie, de jubilation même. Mais aussi de basculement, de doute,

    Lire la suite
  • La douloureuse grâce de la crise du coronavirus

    La douloureuse grâce de la crise du coronavirus

    Tout temps est temps de grâce. Cela vaut aussi pour la crise du coronavirus.  Dieu n'a pas coupé le robinet de sa grâce. Quelle grâce particulière nous accorderait-il cette année pendant la Semaine Sainte? se demande le Père Nikolaas Sintobin sj .
    Les célébrations de la Semaine Sainte sont toutes des joyaux. Nous aimons ces liturgies raffinées. Elles rassemblent les chrétiens

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4