Pierre Emonet sj, Genève, dimanche 17 mai 2020 - Jésus de Nazareth est bien un personnage historique, comme tant d’autres fondateurs de religions et de mouvements spirituels. Mais si différent qu’il n’est pas un concurrent de plus. Traversant tous les âges, l’immense courant qui prend sa source dans sa vie et son enseignement laisse dans l’histoire de l’humanité une trace comme aucune autre.

Ses disciples ne sont pas des orphelins qui se bornent à cultiver son souvenir et à mettre en pratique son enseignement moral. Le lien qui les unit à leur fondateur ne relève pas de la seule intentionnalité: mieux qu’une mémoire, il est une présence à demeure! Ni le souvenir ni la bonne volonté ne font le chrétien, mais la présence en lui de l’Esprit que Jésus et le Père ont en commun. Le disciple participe du courant de vie qui circule entre le Christ et le Père, comme le greffon hanté sur un tronc vit d’une autre sève. Animé de l’intérieur par un élan vital qui jaillit d’au-delà de lui-même, il devient capable de poser des actes qui sont au-dessus de ses propres forces. Thomas d’Aquin écrit: «C’est là ce qu’opère le Saint Esprit qui perfectionne intérieurement notre esprit en lui communiquant un dynamisme nouveau, si bien que [le chrétien] s’abstient du mal par amour, comme si la loi divine le lui commandait; de la sorte il est libre, non qu’il ne soit pas soumis à la loi divine, mais parce que son dynamisme intérieur le porte à faire ce que prescrit la loi divine.»

Au moment où le Christ s’absente et que les disciples craignent de se retrouver livrés à leurs propres ressources dans un environnement hostile, l’assistance de l’Esprit leur est promise. Tel un avocat, un défenseur, il les assistera en leur faisant saisir ce qui est juste et vrai. Pour trouver leur bon chemin, ils n’ont plus à se référer à une loi extérieure, qui les surplombe et les menace comme un gendarme. Au plus secret de leur être, dans ce lieu que l’on appelle la conscience, l’Esprit qui les habite leur donnera la lucidité et la force des bons choix, en ravivant en eux l’enseignement du Christ. À eux de discerner pour reconnaître sa voix, l’écouter et la mettre en pratique. L’histoire de la sainteté à travers les siècles en témoigne.

Pierre Emonet sj

 

RupnikGesuMisericordiosoEl Salvador, El Greco, entre 1610 et 1614 @ Wikimedia Commons/ JwG7tm_-gzOwJQ at Google Cultural Institute