Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 10 mai sera sans messe publique, une fois de plus, mais pas sans Évangile. Pierre Emonet sj propose chaque dimanche sa réflexion sur l’Évangile du jour. Ce dimanche, il se demande si le sens de la transcendance s’acquiert? À moins qu'il ne soit inné...

À en croire les historiens de la religion, le sens de la transcendance serait inné, cet obscur pressentiment d’une instance qui surplombe l’humanité et détermine son destin. D’où la crainte qu’elle engendre, mélange d’inquiétude, de peur, de culpabilité face à un pouvoir redoutable auquel personne n’échappe. La divinité, le Tout-puissant! Les religions tentent de l’apprivoiser en proposant leurs recettes: prières, sacrifices, ascèse, bénédictions, exorcismes en tous genres, autant de tentatives d’escalader le ciel pour se concilier la divinité.

Dieu, personne ne l’a jamais vu, dit saint Jean (Jn 1,18). Il est un abîme sur lequel on se penche, et que l’on scrute en vain. Qui est-il? Une personne, avec laquelle tisser une relation, un inter-locuteur, un «Tu» auquel s’adresser? Ou, plutôt, la projection d’un imaginaire anthropomorphe, la personnification des forces et des énergies qui expliquent le monde? Incertitudes, doutes, questions sans réponses. Toute explication explorée, les théologies échafaudées et les images fabriquées n’ont jamais réussi à le saisir.

Mais voici que le mystère s’éclaircit et perd de son inconnue. Celui que l’on appelle le Tout-puissant, le Juge suprême, l’Origine du monde, Dieu, existe en traduction humaine: «Celui qui m’a vu a vu le Père. … Je suis dans le Père, et le Père est en moi …» L’homme de Nazareth, Jésus le galiléen! Ce qu’il dit est Parole de Dieu; ce qu’il fait est action de Dieu. Le sauveur, l’ami des pécheurs, celui qui guérit toute maladie, qui a pris sur lui l’immense souffrance du monde, est le seul visage de Dieu, la divinité à portée d’homme. S’il parle de paix, de justice, de fraternité, de réconciliation, s’il est proche des petits et des marginaux, lorsqu’il guérit, par-donne et libère, il incarne l’image d’un père, qui n’a rien à voir avec Freud. Tout ce que l’humanité a pu imaginer, dire et désirer de Dieu, trouve finalement son aboutissement dans la figure du Christ. La transcendance ne se cache plus derrière l’effrayant silence des espaces infinis (Pascal) mais transparait dans l’incommensurable amour qui joue sa vie par solidarité.

Le christianisme a renversé le mouvement. Pour rencontrer Dieu, il ne s’agit plus d’escalader le ciel à la force de son poignet. C’est le ciel qui descend sur terre dans la vie d’un homme qui incarne tout ce qu’il est possible d’imaginer ou de dire à propos de Dieu. La vieille tentation prométhéenne qui prétendait rejoindre le divin est annulée. L’homme ne mérite pas, ne conquiert pas; il ne peut que recevoir, et ouvrir les portes et les fenêtres de sa maison pour laisser entrer celui qui vient à lui. La performance religieuse et morale laisse la place à la foi qui acquiesce et accueille. Pas d’autre itinéraire à parcourir, pas d’autre théologie à connaître, pas d’autre spiritualité à pratiquer. Le chemin est proche. Il a pour nom Jésus de Nazareth: «Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie.» Lui emboîter le pas, suivre modestement, dans la fragilité humaine, un chemin simple et prometteur qui ne s’égare pas dans les nuages.

Pierre Emonet sj

 

RupnikGesuMisericordioso 

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Un site pour les répértorier tous!

    SiteCurie CoronaInitiatives2020

    Le siège mondial de la Compagnie de Jésus, la Curie générale à Rome, a reçu un grand nombre de belles initiatives jésuites concernant la crise COVID-19.

    Le leader de la Compagnie, le père Arturo Sosa sj, a demandé qu'un nouveau site web soit lancé pour rassembler ces initiatives en un seul endroit, ainsi que pour les promouvoir dans plusieurs langues

    Lire la suite
  • On ne voit bien qu’avec le cœur

    On ne voit bien qu’avec le cœur

    Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 12 avril 2020, dimanche de Pâques, sera une nouvelle fois sans messe publique, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion sur l'annonce de la résurrection du Christ et la manière dont elle a été reçue. «Perplexe, Pierre ne sait pas que penser devant le tombeau vide, tandis que l’autre comprend. Il

    Lire la suite
  • Entrer dans la Passion

    Entrer dans la Passion

    Un récit vieux de plus de 2000 ans, mais qui nous concerne tous, se vit ici et maintenant. Voici quelques impulsions spirituelles qui peuvent nous aider, dans le confinement, à vivre le Mystère de Pâques. Le récit de la Passion est tissé d'images... telles nos vies. Ces images peuvent venir nous habiter. Elles nous invitent alors à entrer avec Jésus

    Lire la suite
  • Dios no se muda - Dieu reste le même

    Dios no se muda - Dieu reste le même

    En ces temps chahutés par le coronavirus, Luc Ruedin sj propose de cheminer aux côtés de Thérèse d'Avila en prêtant l'oreille aux voix des frères de Taizé pour éclairer notre route! À chaque phrase, son commentaire à méditer.
    Aujourd’hui: Dios no se muda  / Dieu reste le même

    Lire la suite
  • Vox populi vox Dei? Parfois seulement!

    Vox populi vox Dei? Parfois seulement!

    Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 5 avril 2020, dimanche des rameaux, sera une nouvelle fois sans messe publique, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion sur cette journée si importante pour nous mais si étrange en ces temps de pandémie. On y parle de foule. de joie, de jubilation même. Mais aussi de basculement, de doute,

    Lire la suite
  • La douloureuse grâce de la crise du coronavirus

    La douloureuse grâce de la crise du coronavirus

    Tout temps est temps de grâce. Cela vaut aussi pour la crise du coronavirus.  Dieu n'a pas coupé le robinet de sa grâce. Quelle grâce particulière nous accorderait-il cette année pendant la Semaine Sainte? se demande le Père Nikolaas Sintobin sj .
    Les célébrations de la Semaine Sainte sont toutes des joyaux. Nous aimons ces liturgies raffinées. Elles rassemblent les chrétiens

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4