Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 3 mai sera une fois encore un dimanche sans messe publique, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj se demande si nous sommes «Brebis heureuses ou moutons d’abattoir» (Jn 10,1-10): Les brebis suivent-elle la voix du berger? ou, sacrifiées aux intérêts de ceux qui leur ont volé leur vie, ne sont-elles plus que des moutons destinés à l’abattoir?

Le monde auquel s’adresse Jésus est familier des troupeaux et des pâturages. Les ancêtres, Abraham, Isaac, Jacob, David, étaient des bergers qui se déplaçaient avec leurs troupeaux au gré des saisons. Les prophètes qui avaient parlé du Messie comme d’un mystérieux berger selon le cœur de Dieu. La métaphore était devenue classique pour parler des relations entre Israël et Dieu. Jésus y recourt dans la polémique qui l’oppose aux pharisiens qui avaient expulsé de la Synagogue l’aveugle de naissance récemment guéri.

Jésus commence par brosser un tableau symbolique, où tout se joue autour de l’enclos qui abrite un troupeau de brebis. Le berger y entre normalement par la porte. Par contre, les voleurs -allusion aux pharisiens- escaladent le muret de l’enclos. Il y a quelque chose de malhonnête dans leur rapport aux brebis. Il faut donc s’en méfier. Par contre, le berger a une relation amicale et personnelle avec ses brebis. Il connaît chacune par son nom et les brebis reconnaissent le son de sa voix et le suivent. Comme les disciples écoutent la Parole et suivent le Christ. Marchant en tête, ouvrant le chemin, le berger conduit son troupeau hors de l’enclos. Dans le texte original grec de l’Évangile, le mot enclos signifie également le parvis du Temple. Clin d’œil de l’évangéliste aux pharisiens: comme autrefois Dieu guidait le peuple hébreu vers la Terre Promise, le Christ, emmène ses brebis vers de bons pâturages, hors du Temple et de ses marchands, loin des prescriptions et des traditions pharisaïques.

Parce que les pharisiens semblent ne pas comprendre où Jésus veut en venir, persuadés qu’ils sont d’être eux-mêmes les bergers du troupeau, il leur propose une autre image. Qu’ils regardent la porte par laquelle les brebis sortent de leur enclos pour gagner la liberté des pâturages. Reprenant à son compte le nom divin révélé à Moïse au buisson ardent, Jésus affirme avec force -trois fois Amen- comme une vérité absolue et solennelle: «JE SUIS la porte». Il est le passage obligé qui ouvre sur une vie plus abondante. Qui passe par lui peut aller et venir en toute liberté dans un pâturage qui ressemble au Paradis perdu. Du coup, voilà le Christ en concurrence avec les pseudos prophètes et autres marchands de recettes merveilleuses qui tentent de s’emparer des brebis pour leur propre commerce. Ces gens ne sont que des voleurs de Dieu, des bandits. Abusées, les brebis n’entendent plus la voix du berger. Sacrifiées aux intérêts de ceux qui leur ont volé leur vie, elles ne sont plus que des moutons destinés à l’abattoir.

Suivre le berger, trouver la porte, encore faut-il que les brebis reconnaissent la voix du pasteur parmi tous les appels qui résonnent en elles et autour d’elles, et qu’elles trouvent la bonne sortie. Jésus propose à ses auditeurs un triple critère de discernement. Qui écoute la voix du berger (la Parole), progresse dans la liberté et vit de plus en plus pleinement se trouve sur le bon chemin: «Je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance.»

Pierre Emonet sj

BrebisPE dim3mai CatherineLeblanc Godong copie

 

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Un site pour les répértorier tous!

    SiteCurie CoronaInitiatives2020

    Le siège mondial de la Compagnie de Jésus, la Curie générale à Rome, a reçu un grand nombre de belles initiatives jésuites concernant la crise COVID-19.

    Le leader de la Compagnie, le père Arturo Sosa sj, a demandé qu'un nouveau site web soit lancé pour rassembler ces initiatives en un seul endroit, ainsi que pour les promouvoir dans plusieurs langues

    Lire la suite
  • On ne voit bien qu’avec le cœur

    On ne voit bien qu’avec le cœur

    Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 12 avril 2020, dimanche de Pâques, sera une nouvelle fois sans messe publique, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion sur l'annonce de la résurrection du Christ et la manière dont elle a été reçue. «Perplexe, Pierre ne sait pas que penser devant le tombeau vide, tandis que l’autre comprend. Il

    Lire la suite
  • Entrer dans la Passion

    Entrer dans la Passion

    Un récit vieux de plus de 2000 ans, mais qui nous concerne tous, se vit ici et maintenant. Voici quelques impulsions spirituelles qui peuvent nous aider, dans le confinement, à vivre le Mystère de Pâques. Le récit de la Passion est tissé d'images... telles nos vies. Ces images peuvent venir nous habiter. Elles nous invitent alors à entrer avec Jésus

    Lire la suite
  • Dios no se muda - Dieu reste le même

    Dios no se muda - Dieu reste le même

    En ces temps chahutés par le coronavirus, Luc Ruedin sj propose de cheminer aux côtés de Thérèse d'Avila en prêtant l'oreille aux voix des frères de Taizé pour éclairer notre route! À chaque phrase, son commentaire à méditer.
    Aujourd’hui: Dios no se muda  / Dieu reste le même

    Lire la suite
  • Vox populi vox Dei? Parfois seulement!

    Vox populi vox Dei? Parfois seulement!

    Par Pierre Emonet sj - Ce dimanche 5 avril 2020, dimanche des rameaux, sera une nouvelle fois sans messe publique, mais pas sans Évangile! Pierre Emonet sj propose sa réflexion sur cette journée si importante pour nous mais si étrange en ces temps de pandémie. On y parle de foule. de joie, de jubilation même. Mais aussi de basculement, de doute,

    Lire la suite
  • La douloureuse grâce de la crise du coronavirus

    La douloureuse grâce de la crise du coronavirus

    Tout temps est temps de grâce. Cela vaut aussi pour la crise du coronavirus.  Dieu n'a pas coupé le robinet de sa grâce. Quelle grâce particulière nous accorderait-il cette année pendant la Semaine Sainte? se demande le Père Nikolaas Sintobin sj .
    Les célébrations de la Semaine Sainte sont toutes des joyaux. Nous aimons ces liturgies raffinées. Elles rassemblent les chrétiens

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4