La ville allemande de Mannheim est le centre économique et culturel de la région métropolitaine Rhin-Neckar qui compte plus de deux millions d'habitants. Le Père Markus Franz sj, la septantaine flamboyante, est le supérieur de la communauté jésuite de Mannheim. Depuis août 2020, il est également le directeur de la Porte ouverte, une structure qui propose conseils et soutien à ceux qui sont en détresse émotionnelle. Il raconte les débuts de sa nouvelle activités apostolique en pleine pandémie de coronavirus.

«La solitude. Surtout la solitude dans la vieillesse.» Sans hésiter un seul instant, le Père Markus Franz sj cite cet exemple comme l'une des principales raisons pour lesquelles les gens recherchent la conversation à la Porte Ouverte de Mannheim: «Avec le service de soutien par téléphone, nous sommes l'un des rares endroits à être restées ouvertes et accessibles pendant toute la durée du confinement. Le sentiment de solitude a considérablement augmenté en ces temps de pandémie.»

19 Mannheim Puzzle a ptiteEn août 2020, ce jésuite alors âgé d’un peu plus de 70 ans a déménagé de Munich à Mannheim pour remplacer son confrère et prédécesseur Hermann Kügler sj à la direction de la Porte Ouverte. «J'ai vécu un début d'activité enthousiasmant», se souvient le Père Franz sj. «On se trouvait entre deux confinements, et il était donc encore possible de rencontrer beaucoup de personnes en face à face.» La Porte Ouverte est un lieu offrant des conseils, une assistance psychologique ainsi que des services sociaux et pastoraux. Fondée en 1954, l'institution est parrainée par la Compagnie de Jésus et financée par des fonds d'impôt ecclésiastique de l'archidiocèse de Fribourg-en-Brisgau.

Tout peut être dit

«Normalement, les gens peuvent simplement passer nous voir. Mais pour l'instant, les entretiens personnels ne sont possibles que sur rendez-vous. Beaucoup de conversations ont lieu par téléphone, Skype ou Zoom. Les membres de notre équipe permanente sont des psychologues et des assistants sociaux. Ils approchent, écoutent et accompagnent les personnes avec une empathie et compétence.» En plus du travail administratif et de gestion, le Père Markus Franz sj mène une vingtaine d’entretiens par semaine. «Certaines personnes viennent chercher du réconfort. Les plus jeunes demandent un accompagnement spirituel. À l'origine de leur souffrance se trouvent souvent des conflits familiaux, ou des problèmes relationnels. Parfois, ils ont besoin d’une oreille attentive et d’un échange sur des questions de vie fondamentale, ou à propos de la foi. Ou bien encore, ils cherchent une aide au discernement pour prendre d’importantes décisions. Souvent, la première conversation aboutit à un processus plus long. Je dirais que deux tiers des personnes viennent régulièrement.»

19 Mannheim 2 ptiteLes conseils et l'assistance de la Porte Ouverte sont gratuits. Aucune conversation n’est taboue. Le Père Markus Franz sj est entré dans la Compagnie de Jésus à l'âge de 25 ans. Au cours de sa longue vie professionnelle, il a assumé des tâches très diverses: aumônier pour les jeunes et curé de paroisse à Nuremberg, directeur de la maison de retraite à Dresde, délégué aux personnes âgées à Munich, c'est-à-dire interlocuteur et intercesseur des confrères de plus de 75 ans. «Et tous ces postes précédents m'aident dans mon travail actuel à la Porte Ouverte», déclare le Père Franz sj en riant. «Dans la paroisse, on rencontre tout le spectre de la population. Les accompagnements spirituels  demandent une bonne écoute, de l’empathie et des aptitudes à la conversation. Et en tant que délégué auprès des personnes âgées, avec le temps, vous apprenez à ne craindre aucunes situations et à aborder toutes sortes de conversation l'esprit ouvert.»

Comme un équilibriste

À la Porte Ouverte, on écoute sans essayer de résoudre les problèmes ou de régler les conflits. «Souvent, il suffit de lancer un bon mot, de poser une question, de reformuler la problématique ou de relater ce qu'on a observé dans la conversation.»

19 Mannheim Puzzle a ptiteLe Père Francis sj est non seulement directeur de la Porte Ouverte, mais aussi le supérieur de la communauté jésuite de Mannheim. «Au début, entre ces deux fonctions, j'avais un peu l'impression d'être un écuyer de cirque tentant de garder mon équilibre debout sur deux chevaux en mouvement», admet-il sans détour. «Les activités au sein de la Porte Ouverte était un tout nouveau domaine pour moi. 

La communauté jésuite connaissait un grand bouleversement. Un confrère était mort de manière inattendue. Notre ancienne maison avait dû être abandonnée. De nombreux aspects de la vie communautaire devaient être réinventés et réorganisés. 2020 restera comme une année où nous avons été pas mal secoués à Mannheim. Mais nous nous sommes serrés les coudes les uns les autres. Sans ce soutien, mon nouvel emploi à Mannheim aurait été bien plus difficile à appréhender. À 70 ans, on n'a pas la même énergie qu'à 30 ans.»

Le Père Markus Franz espère que dans les mois à venir, il sera possible d’organiser des sorties de groupe. «J’attends avec impatience les jours plus chauds, car je pourrai à nouveau faire du vélo et peindre.» Ces deux passe-temps sont pour lui des loisirs essentiels à son équilibre. Ils sont tout aussi importants que sa promenade du soir: «Je me remémore la journée, toutes les conversations et les rencontres que j’ai vécues, ce que j'ai ressenti, ce dont je suis reconnaissant et ce qui continue à me préoccuper.» Les promenades du soir sont pour lui sa Porte Ouverte vers Dieu.

 

19 Mannheim 7 ptite19 Mannheim 1 ptite