Le Collège Stanislaus est la maison de retraite spirituelle des jésuites d'Emmerich am Rhein, en Allemagne. Il est situé directement à la frontière avec les Pays-Bas et s'élève de façon pittoresque au-dessus du Bas-Rhin. Le bâtiment a connu loin à la ronde. Il a longtemps fait partie d'un monastère et a été complètement détruit au cours de la deuxième guerre mondiale. Reconstruit par les jésuites, ces derniers y forment tout un chacun aux Exercices spirituels. «Aux Exercices spirituels? Mais qu'est-ce que c'est? Une forme d'exorcisme», se demandent parfois ceux qui en entendent parler pour la première fois. Ces Exercices sont l'une des pierres angulaires de la spiritualité ignatienne. Une spiritualité étonnamment moderne et particulièrement adaptée à la vie quotidienne.

La spiritualité des jésuites s'appuie sur la certitude que Dieu aime les humains. Son fondement est l'Évangile de Jésus-Christ qui s'est sacrifié pour guérir ce monde fébrile de l'intérieur. Cette spiritualité a été initiée par Ignace de Loyola (1491–1556), le fondateur de la Compagnie de Jésus; c'est pourquoi on l'appelle la «spiritualité ignatienne».

Cinq caractéristiques de la spiritualité ignatienne

  • Dans son autobiographie, Ignace se nomme lui-même simplement «le pèlerin». La notion d'être en route, de grandir et d'apprendre en chemin, est une caractéristique fondamentale de la spiritualité ignatienne. Il s'agit d'essayer de vivre de manière constructive, malgré les tensions et les contradictions.
  • La spiritualité ignatienne est une spiritualité de gratitude. Ignace se sentait profondément béni. Selon son expérience, l'homme dans toute sa faiblesse est aimé de Dieu, délivré par le Christ. Ignace a répondu à cette expérience en consacrant sa vie à sa foi.
  • La spiritualité ignatienne est orientée vers le monde. Ignace ne s’est pas retiré du monde, bien au contraire, il a été actif toute sa vie au nom de Dieu. Il voulait chercher et trouver Dieu en toutes choses. Son but était d'être profondément relié à Dieu dans tout ce qu'il entreprenait. «Pour une plus grande gloire de Dieu» est la devise des jésuites.
  • La spiritualité ignatienne est une spiritualité de la liberté et du discernement. Ignace veut mener l'homme vers une liberté intérieure afin qu'il puisse choisir et décider de manière responsable. Il est convaincu que Dieu œuvre dans chaque être humain.
  • La spiritualité ignatienne est en même temps individuelle et ecclésiale. Elle souligne que Dieu agit à travers la communauté des croyants et que l'Église est le lieu où la foi personnelle peut croître et rester vivante.

C'est en forgeant qu'on devient forgeron

12 Emmerich HochEltens petite

Ce qui distingue vraiment la spiritualité ignatienne, c'est la conviction que le mystère de la foi requiert une pratique méditative pour que l'esprit puisse passer de la tête au cœur, et du cœur à la vie. Avant même la fondation de la Compagnie, Ignace de Loyola et ses compagnons pratiquaient des exercices de prière (prémices des Exercices spirituels). L'exercice initial consiste à se positionner en mode «réception», comme une antenne, et ainsi percevoir ce qui nous entoure de tous nos sens: regarder, écouter, sentir, ressentir ce qui veut se manifester dans notre cœur à ce moment précis.
Contrairement à la réflexion ou à la résolution de problèmes, il ne s'agit pas d'agir, mais de se placer dans une attitude dite contemplative. Il ne s’agit pas non plus de jouer le rôle de simple récepteur. La personne en prière entre en dialogue intérieur avec Celui qui -et c’est le fondement- l'accompagne dans l'amour. Le dialogue avec Dieu change la vie pour un «plus» (= magis). C'est la conviction fondamentale de saint Ignace. «Trouver Dieu en toutes choses» est l'objectif de l'homme en prière qui veut partager tout -absolument tout ce qu'il vit, ressent et pense- avec Dieu et souhaite réapprendre le monde avec Lui. Le silence et l'isolement peuvent beaucoup aider.

Spiritualité vécue

Dans leur vie courante, les jésuites prennent le temps de méditer tous les jours. La méditation la plus commune est la «prière d’alliance» (ou examen de conscience) par laquelle le jésuite peut conclure sa journée. Elle consiste à discerner la présence du Seigneur dans les événements vécus au cours de la journée et la façon dont il nous conduit par son Esprit. Les moments passés sont à nouveau «goûtés», tous sens intérieurs éveillés. On peut aussi méditer sur un passage de la Bible ou simplement ressentir les battements de son cœur ou sa respiration afin d'entrer en contact sensoriel avec ce qui veut se montrer de lui-même. Une fois par an, chaque jésuite se retire de la vie quotidienne pendant une semaine et effectue une retraite spirituelle dans un isolement complet. D'habitude, il choisit un accompagnateur spirituel qui l'aide à interpréter les expériences vécues dans la prière. Ainsi se crée un cheminement, en grande partie solitaire, qui va de pair avec un processus intérieur personnel.

La prière ignatienne est toujours une aventure, car les impulsions qui se manifestent dans le cœur ne sont pas «faites», mais reçues. En priant selon Ignace, on se laisse surprendre par ce qui apparaît, et on se laisse guider. Cela demande une bonne dose de confiance dans le processus et dans Celui qui le dirige. Ainsi, la boucle est bouclée: la spiritualité ignatienne est fondée sur la confiance dans le Dieu d'amour et dans les compagnons spirituels; dans la relation avec eux, l'amour de Dieu est vécu de façon vivante.

12 Emmerich HochElten4 petite