«Difficile d'imaginer une maison de retraite spirituelle mieux située!» Ainsi s’exclamait dans une lettre adressée à la princesse Maria Immaculata de Saxe, le Père Augustin Bea sj, alors provincial de la province de la Haute-Allemagne, après sa visite à la maison des Grands Chênes -HohenEichen- en novembre 1921. Maria Immaculata était la belle-sœur du dernier roi de Saxe. En 1921, elle offrit donc cette majestueuse maison à la Compagnie de Jésus pour «rendre service à ma chère patrie saxonne» et pour «aider au salut de nombreuses âmes par la création d'un établissement jésuite». Une vraie bénédiction que de pouvoir profiter de cette demeure sur le versant de l'Elbe pour faire une retraite spirituelle dans la pure tradition d'Ignace de Loyola.

Une source au centre d’un labyrinthe

Depuis 100 ans maintenant, les jésuites remplissent à Dresde-Hosterwitz, non loin du château de Pillnitz, la mission confiée par leur donatrice. «Un terrain favorable à l'émergence du meilleur»: telle est la devise pour l'année jubilaire 2021 di lieu, librement inspirée par la pensée d’Ignace de Loyola qui disait, à propos des Exercices spirituels qu'ils étaient «la meilleure chose que je puisse penser, sentir et comprendre dans cette vie, destiné à ce que l'homme puisse en tirer profit lui-même, mais aussi à ce qu'il puisse apporter du bonheur et aider beaucoup d'autres».

10 DresdenHoheneichen petiteDe nombreux visiteurs ne cessent de confirmer que la maison HohenEichen est «un terrain idéal» pour une retraite spirituelle. «Qu'il fait bon être de retour! Déjà en arpentant le versant menant à la maison des Grands Chênes -HohenEichen-, mon cœur s'ouvre», s’exclament de nombreux invités à leur arrivée. Il est vrai qu’à mesure que l’on avance sur le versant, de nouveaux espaces s'ouvrent. Ils mènent à un lieu central, un parc, où de grands arbres ancestraux et des chemins sinueux mènent à une cour et son labyrinthe en pierre. Une source jaillit en son centre. Cet aménagement extérieur fait écho au cheminement proposé par les Exercices spirituels qui mène vers l'intérieur, vers soi, vers la source force et de vie.

Libres échanges à l'époque de la RDA

Les retraites spirituelles n’ont été interrompues à Dresde que durant la Seconde Guerre mondiale. Dès 1946, des formations sont à nouveau proposées. Ce qui change par rapport à la période d’avant-guerre, c’est l'impressionnant essor que le lieu connaît alors. La demande est parfois si grande que toutes les requêtes ne peuvent être satisfaites. L'importance de la maison HohenEichen en RDA n’est pas à sous-estimer. Dans une société où la liberté d'expression était systématiquement réprimée, la maison offrait non seulement des retraites spirituelles, mais un lieu de rencontre où les gens pouvaient parler librement et éprouver leur foi. Pendant cette période, des femmes et des hommes se sont rendus clandestinement de RFA à Dresde pour former des accompagnateurs de retraite spirituelle à HohenEichen.

Premiers pas vers l'œcuménisme

10 DresdenHoheneichen5 petiteParallèlement, au début des années 1960, une coopération œcuménique se met en place. Un groupe de jeunes théologiens protestants sont intrigués par les retraites spirituelles de l'Église catholique. Ces membres trouvent à la maison des Grands Chênes un accueil chaleureux. Durant les années qui suivent, le cercle des intéressés s'élargit. La maison devient un foyer spirituel pour de nombreux chrétiens protestants. À l’instar du pasteur Christian Schreier, fondateur de la Maison du silence à Grumbach: «La maison des Grands Chênes est pour moi un lieu très important. J'ai reçu ici des instigations pour ma vie sans lesquelles je serais probablement devenu un autre homme.» Les formations mentionnées, organisées dès le départ dans le respect de l'approche œcuménique, ont contribué de manière décisive au développement d'un travail de retraite spirituelle sur le sol protestant. Aujourd'hui, la coopération régulière avec la Maison du silence de Grumbach fait entièrement partie des traditions œcuméniques locales.

Un morceau de paradis sur terre

Depuis 2020, la maison des Grands Chênes -HohenEichen- est dirigée par un Tyrolien du Sud qui a rejoint la Province autrichienne des jésuites en 2005: le Père Albert Holzknecht sj. La communauté transnationale de la nouvelle province ECE y est ainsi déjà éprouvée. Même si le Père Holzknecht regrette un peu ses montagnes bien-aimées, il ne peut néanmoins qu'être d'accord avec le Père Bea sj quand il dit qu’il est difficile de s'imaginer une maison de retraite spirituelle mieux située! Ou, pour citer le livre d'hôtes: «La maison des Grands Chênes est un morceau de paradis sur terre.»

 

10 DresdenHoheneichen6a petite

 

Une villa nichée sur les pentes de l'Elbe, un parc hébergeant de vieux arbres majestueux, une atmosphère paisible et silencieuse... depuis cent ans, la maison HohenEichen (des Grands Chênes) offre ainsi un cadre idéal pour une retraite spirituelle. Pour plus d'informations: https://www.haus-hoheneichen.de/

Pour retourner à la carte du Pèlerinage de Saint-Pierre-Canisius: https://canisius.world/fr/location/dresde-100-ans-de-retraite-spirituelle/