Une semaine depuis que la pierre du tombeau est roulée. Tout est changé, tout demeure. Certains encore, tel Thomas, ne peuvent croire sans voir, sans toucher, sans mettre leur main dans son côté. Il en va de la foi, il en va aussi de la blessure, de son sens, et de ce qu’elle signifie dans la durée. La blessure devient reconnaissance.
Ici, presque en majesté, voici le Christ au milieu de ses disciples. Les scènes sont parallèles. Avant-hier, presque analogue, le Christ se tenait entre un homme, Pierre, et sans doute une femme, peut-être Marie-Madeleine. Il est sur ce chapiteau dans la cathédrale de Vienne (France). Scène forte, de présence, de témoignage.

Il n’est pas encore intouchable, lointain, il est encore proche, encore Emmanuel, «avec nous», mais il sera bientôt au loin. Entre temps, il vient à se faire reconnaître. Vivant de chair, de blessure, d’amour.

Le geste de Thomas est connu, il s’apparente au scepticisme. L’Évangile de ce deuxième dimanche de Pâques le relate. Parenthèse, tout au long des jours passés, nous nous sommes approchés autant que faire se peut des scènes de la liturgie, scènes de fin de carême, de la semaine sainte, ou de celle qui suite Pâques. Mais je ne connais pas de scène romane où Thomas met effectivement ses mains dans le côté de Jésus. La gloire est souvent préférée.

Ressuscit Cathedrale Vienne isere 2Le Ressuscité, Cathédrale de Vienne, Isère © Pierre Martinot-Lagarde sj

Mais les blessures. Pour beaucoup, dans la mémoire catholique, elles font partie du chemin de croix, elles renvoient à la lecture d’Isaïe et du serviteur souffrant. Avec Thomas, elles deviennent étapes du chemin pascal. Le Christ ressuscité apparaît comme un homme blessé, un homme reconnaissable. Le voici donc devant les disciples.

Qu’elles soient signes de reconnaissance est une chose, qu’elle prenne sens dans l’histoire de salut qui nous est racontée en est une autre. Il est donc clair que les blessures ne s’effacent pas. Combien d’entre nous ont des peaux marquées de cicatrices. Traces, marques, indices, elles nous sont indispensables.

Quand j’étais encore en formation, des discussions entre étudiants sur le sens de la résurrection, nous en avions en abondance. Nous reprenions les débats du siècle passé. Exégétique, théologique, quel est le sens de l’événement de Pâques, est il un événement? Parfois conceptuelles, parfois narratives, historiques, les interprétations et les compréhensions échappent souvent à notre entendement. On souhaiterait une histoire sans fin, qui se répète à l’envie. Si Jésus est ressuscité, et de nous qu’en sera-t-il? L’art roman abonde de ces tombeaux qui s’ouvrent. On voudrait, comme en physique, que l’histoire puisse se reproduire, se reconduire. là dessus, il y a mystère.

L’important est ailleurs, dans la trace, la marque, l’indice, précisément. Dans la blessure, sans aucun doute. Il y a un unique, un premier, un Vivant qui précède, qui ouvre. Si on efface sa marque, il n’y a plus que banalité discours, voire logorrhée. Non, il y a un premier, et ainsi, il y a Chair, et non pas songe, rencontre et dialogue, non pas imagination. Ainsi il est là, lui le Premier qui fait Histoire.

Texte et photos Pierre Martinot-Lagarde sj

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • «Parce que tu m’as vu, tu crois», 2e Dimanche de Pâques

    «Parce que tu m’as vu, tu crois», 2e Dimanche de Pâques

    Une semaine depuis que la pierre du tombeau est roulée. Tout est changé, tout demeure. Certains encore, tel Thomas, ne peuvent croire sans voir, sans toucher, sans mettre leur main dans son côté. Il en va de la foi, il en va aussi de la blessure, de son sens, et de ce qu’elle signifie dans la durée. La blessure devient

    Lire la suite
  • Le disciple que Jésus aimait - Samedi de Pâques

    Le disciple que Jésus aimait - Samedi de Pâques

    Qui peut le regarder sans tendresse, sans une certaine amitié, celui qui dit le Verbe et qui dit l’amitié de Dieu? Dans le récit évangélique, il a une place à part, à la fois conceptuelle et poétique. Chaleureuse et non pas obligeante. Attentive, et non pas contraignante. Premier devant Pierre au jardin, il passe après lui. Premier devant nous auprès

    Lire la suite
  • Du pain, les clés - Vendredi de Pâques

    Du pain, les clés - Vendredi de Pâques

    Tout est symbole: le pain, signe de la reconnaissance, de la vie pleine et entièrement recouvrée, du partage entre frères. Les clés, signe de l’ouverture de l’avenir, du grand passage, de la Vie éternelle offerte à ceux qui ont suivi, et en premier lieu à Pierre, qui se jette à l’eau et qui met sa ceinture pour se laisser conduire.

    Lire la suite
  • De chair et d'os - Jeudi de Pâques

    De chair et d'os - Jeudi de Pâques

    Le voilà au milieu de ses disciples. En chair et en os. Fini le temps des rêves, des images, des songes ou même des anges. Nul besoin d’être annoncé, Il est là et se tient au milieu d’eux. Les mains, les gestes, le repas partagé. Après le désir et l’attente, la présence.
    Ainsi dans le cloître de la cathédrale d’Aix-en-Provence.

    Lire la suite
  • Retour à Jérusalem - Mercredi de Pâques

    Retour à Jérusalem - Mercredi de Pâques

    Comme dans une sonate, le thème passe, repasse, s’ornemente, se redéploie. Ainsi de Jérusalem. La scène est connue par le village Emmaüs, un point ultime, un point de retour. Mais que n’est-elle pas davantage célébrée pour le retour et la rencontre des disciples qui suit et le récit de l’apparition?
    Ici à Autun, encore une scène narrative, des expressions si

    Lire la suite
  • Baumes et aromates - Mardi de Pâques

    Baumes et aromates - Mardi de Pâques

    Quelques femmes, une fois de plus, les bras chargés de parfums et d’aromates. Les voila se préparant à aller vers le tombeau, il sera vide. Animées, portées par le désir d’aller jusqu’à l’extrême de la vie, elles vont aux portes du jardin. La paix triomphe de la violence. La vie plus forte que la mort.
    Nous sommes à Mozac. Le

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6