Comme dans une sonate, le thème passe, repasse, s’ornemente, se redéploie. Ainsi de Jérusalem. La scène est connue par le village Emmaüs, un point ultime, un point de retour. Mais que n’est-elle pas davantage célébrée pour le retour et la rencontre des disciples qui suit et le récit de l’apparition?
Ici à Autun, encore une scène narrative, des expressions si lointaines sur les chapiteaux de la nef, et quand ceux-ci sont capturés et ramenés vers nos yeux, que de détails. Interrogation, inquiétude, explications, effroi, patience. Les affects se lisent un à un sur chaque personnage presque comme sur un tableau de Veronese. Une vraie mise en scène.

Ils sont anonymes, et pourtant si présents ces disciples d’Emmaüs. Non pas connus pour leurs actes, mais davantage pour leur récit, leur aller-retour, Jérusalem-Emmaüs-Jérusalem. Et avec eux, tout se construit théologiquement. La Bible s’ouvre. Le Maitre se fait interprète. Les symboles parlent, et voici la fraction du pain. Il est Vivant.

Mise en abime. A l’intérieur du récit de Luc, la scène est racontée, reprise, détaillée, articulée, sans que rien ne soit omis. Les événements des jours passés, la mort, la vie, les apparitions, les plus folles espérances, la libération du joug romain, la mise à mort. Puis les incertitudes, quelques femmes, des disciples. Mais aucune cohérence, des bribes, des témoignages. Pas encore de sens.

De la scène, Autun privilégie le récit. Pas un mot sur la scène, le repas, non tout est écoute et narration. C’est là qu’est le travail de la pierre, traduit dans les drapés. Vers le haut, s’envolant dans l’écoute pour les disciples. Vers le bas, comme pour mieux prendre la mesure de l’inquiétude, de l’interrogation, de l’incompréhension chez Jésus.

Disciples dEmmaus cathdrale dAutunDisciples d'Emmaüs, Cathédrale d'Autun © Pierre Martinot-Lagarde sj

Et les mains, tenant le rouleau des Ecritures, le doigt levé vers l’explication, c’est Jesus, presque juriste, mais juste théologien, parcourant les textes anciens. Un doigt, une main à la bouche, étonnement, incompréhension, suivi. Et l’autre disciple, mains ouvertes, frappé, ouvert sur le coeur. Lui est peut-être déjà brûlant. A-t-il compris?

Fraction du récit, le chapiteau se tait sur le retour, la récapitulation, le témoignage concordant, pourtant essentiel. « C’est bien vrai, il est apparu à Simon Pierre, le Seigneur s’est fait reconnaître à la fraction du pain ».

 

Texte et Photo, Pierre Martinot-Lagarde sj

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • «Parce que tu m’as vu, tu crois», 2e Dimanche de Pâques

    «Parce que tu m’as vu, tu crois», 2e Dimanche de Pâques

    Une semaine depuis que la pierre du tombeau est roulée. Tout est changé, tout demeure. Certains encore, tel Thomas, ne peuvent croire sans voir, sans toucher, sans mettre leur main dans son côté. Il en va de la foi, il en va aussi de la blessure, de son sens, et de ce qu’elle signifie dans la durée. La blessure devient

    Lire la suite
  • Le disciple que Jésus aimait - Samedi de Pâques

    Le disciple que Jésus aimait - Samedi de Pâques

    Qui peut le regarder sans tendresse, sans une certaine amitié, celui qui dit le Verbe et qui dit l’amitié de Dieu? Dans le récit évangélique, il a une place à part, à la fois conceptuelle et poétique. Chaleureuse et non pas obligeante. Attentive, et non pas contraignante. Premier devant Pierre au jardin, il passe après lui. Premier devant nous auprès

    Lire la suite
  • Du pain, les clés - Vendredi de Pâques

    Du pain, les clés - Vendredi de Pâques

    Tout est symbole: le pain, signe de la reconnaissance, de la vie pleine et entièrement recouvrée, du partage entre frères. Les clés, signe de l’ouverture de l’avenir, du grand passage, de la Vie éternelle offerte à ceux qui ont suivi, et en premier lieu à Pierre, qui se jette à l’eau et qui met sa ceinture pour se laisser conduire.

    Lire la suite
  • De chair et d'os - Jeudi de Pâques

    De chair et d'os - Jeudi de Pâques

    Le voilà au milieu de ses disciples. En chair et en os. Fini le temps des rêves, des images, des songes ou même des anges. Nul besoin d’être annoncé, Il est là et se tient au milieu d’eux. Les mains, les gestes, le repas partagé. Après le désir et l’attente, la présence.
    Ainsi dans le cloître de la cathédrale d’Aix-en-Provence.

    Lire la suite
  • Retour à Jérusalem - Mercredi de Pâques

    Retour à Jérusalem - Mercredi de Pâques

    Comme dans une sonate, le thème passe, repasse, s’ornemente, se redéploie. Ainsi de Jérusalem. La scène est connue par le village Emmaüs, un point ultime, un point de retour. Mais que n’est-elle pas davantage célébrée pour le retour et la rencontre des disciples qui suit et le récit de l’apparition?
    Ici à Autun, encore une scène narrative, des expressions si

    Lire la suite
  • Baumes et aromates - Mardi de Pâques

    Baumes et aromates - Mardi de Pâques

    Quelques femmes, une fois de plus, les bras chargés de parfums et d’aromates. Les voila se préparant à aller vers le tombeau, il sera vide. Animées, portées par le désir d’aller jusqu’à l’extrême de la vie, elles vont aux portes du jardin. La paix triomphe de la violence. La vie plus forte que la mort.
    Nous sommes à Mozac. Le

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6