Moitié lions, moitiés chats, sympathiques mais aussi bien méchants. Félins puissants, forts, chasseurs et tueurs. Se tenir au milieu d’eux, c’est résister, mais aussi découvrir une présence.
Ce chapiteau du narthex de Saint Benoît sur Loire n’a guère vraiment de titre: il est le chapiteau «aux lions». Sa présence signe l’entrée d’une abbaye influente. Lisons simplement la pierre.

De Charlemagne à Saint Louis, le lion prend toute sa place dans le bestiaire du Moyen Âge. Michel Pastoureau, médiéviste et célèbre historien des couleurs, nous dit que «ce roi des animaux» a supplanté l’ours en majesté et en force. En Occident, Il ne vit plus à l’état sauvage. En Orient, où se sont aventurés les Croisés, peut-être encore. C’est donc stylisé qu’il apparaît aussi bien sur les armoiries que les chapiteaux romans. Il entre dans les bestiaires et dans le premier d’entre eux, l’Arche de Noé.

Plus loin dans la Bible, le lion est à la lutte et au combat. «Sauve moi de la gueule du lion», dit le psalmiste. Du coté du mal aussi: «Soyez vigilants, car le diable votre ennemi, rôde alentour tel un lion rugissant et cherche qui il va dévorer» (1 Pierre 5,8-9). Par la lutte, le lion initie David, et Samson à la confiance de Dieu.

Le lion est force, le plus courageux des animaux (Proverbes). Il voisine avec David, bientôt avec le Christ. «Voici le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, il ouvrira le livre et brisera ses sept sceaux (Ap, 5,5)

Jour6 PML 24mars2020

Ici, les lions sont chez les hommes. Rien n’est clair. Un homme, une femme sont enlacés dans leur insouciance. L’homme debout ne dit aucune menace. Deux lions malicieux et gourmands vont dévorer l’être cornu.

Ambivalence. Les lions sont sympathiques, aimables, et pourtant féroces. Ils attaquent les uns, pas les autres. Ils sont proches de tous mais tout à leur affaire. On voudrait les caresser. Personne ne le fait.

Ou plutôt paradoxe? Tout est prudence et confiance: comme devant un «roi» puissant, colérique et protecteur. Prudents pour déjouer les ruses et des bêtes voraces; confiants que le Seigneur protège.

Oui, prudence et confiance ensemble, quand nous sommes au milieu des lions.

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • «Parce que tu m’as vu, tu crois», 2e Dimanche de Pâques

    «Parce que tu m’as vu, tu crois», 2e Dimanche de Pâques

    Une semaine depuis que la pierre du tombeau est roulée. Tout est changé, tout demeure. Certains encore, tel Thomas, ne peuvent croire sans voir, sans toucher, sans mettre leur main dans son côté. Il en va de la foi, il en va aussi de la blessure, de son sens, et de ce qu’elle signifie dans la durée. La blessure devient

    Lire la suite
  • Le disciple que Jésus aimait - Samedi de Pâques

    Le disciple que Jésus aimait - Samedi de Pâques

    Qui peut le regarder sans tendresse, sans une certaine amitié, celui qui dit le Verbe et qui dit l’amitié de Dieu? Dans le récit évangélique, il a une place à part, à la fois conceptuelle et poétique. Chaleureuse et non pas obligeante. Attentive, et non pas contraignante. Premier devant Pierre au jardin, il passe après lui. Premier devant nous auprès

    Lire la suite
  • Du pain, les clés - Vendredi de Pâques

    Du pain, les clés - Vendredi de Pâques

    Tout est symbole: le pain, signe de la reconnaissance, de la vie pleine et entièrement recouvrée, du partage entre frères. Les clés, signe de l’ouverture de l’avenir, du grand passage, de la Vie éternelle offerte à ceux qui ont suivi, et en premier lieu à Pierre, qui se jette à l’eau et qui met sa ceinture pour se laisser conduire.

    Lire la suite
  • De chair et d'os - Jeudi de Pâques

    De chair et d'os - Jeudi de Pâques

    Le voilà au milieu de ses disciples. En chair et en os. Fini le temps des rêves, des images, des songes ou même des anges. Nul besoin d’être annoncé, Il est là et se tient au milieu d’eux. Les mains, les gestes, le repas partagé. Après le désir et l’attente, la présence.
    Ainsi dans le cloître de la cathédrale d’Aix-en-Provence.

    Lire la suite
  • Retour à Jérusalem - Mercredi de Pâques

    Retour à Jérusalem - Mercredi de Pâques

    Comme dans une sonate, le thème passe, repasse, s’ornemente, se redéploie. Ainsi de Jérusalem. La scène est connue par le village Emmaüs, un point ultime, un point de retour. Mais que n’est-elle pas davantage célébrée pour le retour et la rencontre des disciples qui suit et le récit de l’apparition?
    Ici à Autun, encore une scène narrative, des expressions si

    Lire la suite
  • Baumes et aromates - Mardi de Pâques

    Baumes et aromates - Mardi de Pâques

    Quelques femmes, une fois de plus, les bras chargés de parfums et d’aromates. Les voila se préparant à aller vers le tombeau, il sera vide. Animées, portées par le désir d’aller jusqu’à l’extrême de la vie, elles vont aux portes du jardin. La paix triomphe de la violence. La vie plus forte que la mort.
    Nous sommes à Mozac. Le

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6