À l’ombre de la promesse, rien n’est dû, tout est don. À marcher avec le Seigneur, Abraham et Sara apprennent un nouveau rythme. Il y a les ruses et les subterfuges, les combats et les compromissions, et puis ces étoiles du ciel, tout dépend du fils venu tardivement quoique annoncé. Tout dépend de Dieu, jusqu’au bout.
Nous sommes à Souillac. Sur une autre face de ce trumeau, il y avait Adam et Eve expulsés du paradis. Là Abraham, Isaac, le bélier -sans ses cornes prises dans un buisson- et la main de l’Ange: tout y est. Dans un entremêlement de corps et d’animaux, le sacrifice et le don, tout ensemble, point de départ qui résume toute la promesse faite à Abraham.

Avec le Seigneur, celui qui se fera bientôt reconnaître dans l’histoire comme le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, l’apprentissage est rude. C’est Isaac maintenant qui fait l’expérience de la ruse, à ses dépends. Où est le mouton pour le sacrifice? Dieu pourvoit. Je continue pour ma part à me demander comment un vieillard plus que centenaire a pu lier sur un bûcher son fils qui n’avait peut-être pas vingt ans. Drôle de relation père-fils.

Mais voilà, il y a promesse, pas de certitude, et Abraham marche selon la promesse. Il connaît le troc et le marchandage, il connaît les échanges et le donnant. N’a-t-il pas essayé lui-même avec Dieu? Combien de justes Dieu sauvera-t-il à Sodome ?

Mon père exécrait ce chapitre: cette négociation de marchand de tapis avec Dieu, ça ne se fait pas! «On ne négocie pas avec Dieu». Il ne pouvait comprendre qu’Abraham ose ainsi demander, quémander, pour épargner des vies. Mais Abraham était Abraham.

Sacrifice d'Isaac, Souillac, Détail, © Pierre Martinot-Lagarde sjSacrifice d'Isaac, Souillac, Détail © Pierre Martinot-Lagarde sj

Car pour ce qui était de son fils, Abraham n’a pas négocié, il n’a pas demandé de répit, quelques jours supplémentaires. Il n’a pas jeûné, ne s’est pas mis en prière, ne s’est pas versé de cendres sur la tête. Il a pris son fils avec lui, et le voici près à lui prendre la vie.

Alors on a voulu expliquer. «C’était courant à cette époque de sacrifier le premier né», d’en faire don pour une plus grande prospérité. Excusez-moi, merci pour les aînés, et puis pour ceux comme Isaac, c’est encore pire, il a été attendu, espéré, il n’a pas de frère, alors non.

Il faut chercher ailleurs, chez ces anges qui ne cessent de venir, ces mains qui ne se cessent de se tendre. Non pas pour psychologiser, Abraham ne savait rien, il ne pouvait dire «tu n’as voulu ni offrande ni sacrifice, alors j’ai dit voici je viens».

Il y a un quelque part venu du plus lointain, une force plus forte, une vie plus vivante: c’est Abraham avec le Seigneur. Un lien qui dure, une promesse qui s’accomplit, nous en sommes là, et pas ailleurs. Le patriarche, le père des croyants, le voilà, avec le Seigneur, il marche. Il suit.

Texte et photos Pierre Martinot-Lagarde sj

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • «Parce que tu m’as vu, tu crois», 2e Dimanche de Pâques

    «Parce que tu m’as vu, tu crois», 2e Dimanche de Pâques

    Une semaine depuis que la pierre du tombeau est roulée. Tout est changé, tout demeure. Certains encore, tel Thomas, ne peuvent croire sans voir, sans toucher, sans mettre leur main dans son côté. Il en va de la foi, il en va aussi de la blessure, de son sens, et de ce qu’elle signifie dans la durée. La blessure devient

    Lire la suite
  • Le disciple que Jésus aimait - Samedi de Pâques

    Le disciple que Jésus aimait - Samedi de Pâques

    Qui peut le regarder sans tendresse, sans une certaine amitié, celui qui dit le Verbe et qui dit l’amitié de Dieu? Dans le récit évangélique, il a une place à part, à la fois conceptuelle et poétique. Chaleureuse et non pas obligeante. Attentive, et non pas contraignante. Premier devant Pierre au jardin, il passe après lui. Premier devant nous auprès

    Lire la suite
  • Du pain, les clés - Vendredi de Pâques

    Du pain, les clés - Vendredi de Pâques

    Tout est symbole: le pain, signe de la reconnaissance, de la vie pleine et entièrement recouvrée, du partage entre frères. Les clés, signe de l’ouverture de l’avenir, du grand passage, de la Vie éternelle offerte à ceux qui ont suivi, et en premier lieu à Pierre, qui se jette à l’eau et qui met sa ceinture pour se laisser conduire.

    Lire la suite
  • De chair et d'os - Jeudi de Pâques

    De chair et d'os - Jeudi de Pâques

    Le voilà au milieu de ses disciples. En chair et en os. Fini le temps des rêves, des images, des songes ou même des anges. Nul besoin d’être annoncé, Il est là et se tient au milieu d’eux. Les mains, les gestes, le repas partagé. Après le désir et l’attente, la présence.
    Ainsi dans le cloître de la cathédrale d’Aix-en-Provence.

    Lire la suite
  • Retour à Jérusalem - Mercredi de Pâques

    Retour à Jérusalem - Mercredi de Pâques

    Comme dans une sonate, le thème passe, repasse, s’ornemente, se redéploie. Ainsi de Jérusalem. La scène est connue par le village Emmaüs, un point ultime, un point de retour. Mais que n’est-elle pas davantage célébrée pour le retour et la rencontre des disciples qui suit et le récit de l’apparition?
    Ici à Autun, encore une scène narrative, des expressions si

    Lire la suite
  • Baumes et aromates - Mardi de Pâques

    Baumes et aromates - Mardi de Pâques

    Quelques femmes, une fois de plus, les bras chargés de parfums et d’aromates. Les voila se préparant à aller vers le tombeau, il sera vide. Animées, portées par le désir d’aller jusqu’à l’extrême de la vie, elles vont aux portes du jardin. La paix triomphe de la violence. La vie plus forte que la mort.
    Nous sommes à Mozac. Le

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6