C’est une affaire de famille, les uns après les autres, ils montent dans l’arche. Noé, le père, accueille ses enfants; après les couples d’animaux, sa femme les lui fait passer. Il n’est pas loin le temps où il faudra partir voguer, et attendre le retour du corbeau, puis de la colombe.
Après Vézelay, nous sommes ici à Autun, mais le motif est presque identique. La scène se situe quelques versets plus loin dans le récit. Après le moment de la construction, c'est celui où chacun prend place. Les uns après les autres, ils seront là. Mais auparavant, l’arche a été bien construite. L’entrée se trouve sur le côté, l’arche se termine par un pignon. Tous les détails parlent au sculpteur qui fait le récit de la scène.

Étrange, pour l’art roman, les préparatifs semblent plus importants que la délivrance. C’est moins la terre ferme, la descente des eaux, qui importent, que ce moment où dans l’urgence Dieu instruit Noé de sa vengeance à venir, et de la manière dont le patriarche va trouver protection. D’un coté Dieu guide, de l’autre au sage de suivre le chemin indiqué.

Mais il y a plus étrange encore dans ce récit, c’est cette séparation qui est confiée à Noé. L’arche, sa préparation, sa construction, et le moment où chacun prend place, tout cela suit un moment d’intense confusion sur la terre. Dieu choisit, il élit, il place de côté certains, il ne remet pas d’ordre dans la confusion.

Celle-là est sans doute trop grande. Jugeons plutôt: les hommes se multiplient sur la terre, ils eurent des filles. Les fils de Dieu s’aperçoivent que celles-ci sont belles, ils les prennent pour femme. Ils ont des enfants, ce sont les héros. Les dieux, les hommes, première confusion. Cela rappelle étrangement la mythologie grecque.

Arche de Noé, Autun, © Pierre Martinot-Lagarde sjArche de Noé, Autun © Pierre Martinot-Lagarde sjPuis il y a Dieu, «le Seigneur», qui répand son souffle en l’homme. Mais les humains s’égarent, ils vivent trop longtemps, sous entendu, ils font trop de choses mauvaises. Bientôt, ils ne pourront plus vivre que cent vingt ans. Deuxième confusion.

Enfin, Dieu est en colère, il s’irrite, il n’est pas content. Contre lui-même. C’est lui qui a fait l’homme sur la terre et celui-cil ne pense qu’au mal, son cœur n’est qu’à la méchanceté. Troisième confusion.

Noé, sa femme, ses enfants et ses petits-enfants, sont donc mis à l’écart, œuvre commune qui les associe aux autres vivants. La vie de l’homme n’est pas possible sans celle des animaux. C’est donc ensemble qu’ils vont partir et voguer. Qu’ils vont aussi partager la nourriture. Quand la terre fait défaut, c’est le berger qui l’emporte et prend soin des bêtes.

Déjà tout est posé, l’arche est comme une alliance, et le choix donné est clair, la vie.

Texte et photos Pierre Martinot-Lagarde sj

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • «Parce que tu m’as vu, tu crois», 2e Dimanche de Pâques

    «Parce que tu m’as vu, tu crois», 2e Dimanche de Pâques

    Une semaine depuis que la pierre du tombeau est roulée. Tout est changé, tout demeure. Certains encore, tel Thomas, ne peuvent croire sans voir, sans toucher, sans mettre leur main dans son côté. Il en va de la foi, il en va aussi de la blessure, de son sens, et de ce qu’elle signifie dans la durée. La blessure devient

    Lire la suite
  • Le disciple que Jésus aimait - Samedi de Pâques

    Le disciple que Jésus aimait - Samedi de Pâques

    Qui peut le regarder sans tendresse, sans une certaine amitié, celui qui dit le Verbe et qui dit l’amitié de Dieu? Dans le récit évangélique, il a une place à part, à la fois conceptuelle et poétique. Chaleureuse et non pas obligeante. Attentive, et non pas contraignante. Premier devant Pierre au jardin, il passe après lui. Premier devant nous auprès

    Lire la suite
  • Du pain, les clés - Vendredi de Pâques

    Du pain, les clés - Vendredi de Pâques

    Tout est symbole: le pain, signe de la reconnaissance, de la vie pleine et entièrement recouvrée, du partage entre frères. Les clés, signe de l’ouverture de l’avenir, du grand passage, de la Vie éternelle offerte à ceux qui ont suivi, et en premier lieu à Pierre, qui se jette à l’eau et qui met sa ceinture pour se laisser conduire.

    Lire la suite
  • De chair et d'os - Jeudi de Pâques

    De chair et d'os - Jeudi de Pâques

    Le voilà au milieu de ses disciples. En chair et en os. Fini le temps des rêves, des images, des songes ou même des anges. Nul besoin d’être annoncé, Il est là et se tient au milieu d’eux. Les mains, les gestes, le repas partagé. Après le désir et l’attente, la présence.
    Ainsi dans le cloître de la cathédrale d’Aix-en-Provence.

    Lire la suite
  • Retour à Jérusalem - Mercredi de Pâques

    Retour à Jérusalem - Mercredi de Pâques

    Comme dans une sonate, le thème passe, repasse, s’ornemente, se redéploie. Ainsi de Jérusalem. La scène est connue par le village Emmaüs, un point ultime, un point de retour. Mais que n’est-elle pas davantage célébrée pour le retour et la rencontre des disciples qui suit et le récit de l’apparition?
    Ici à Autun, encore une scène narrative, des expressions si

    Lire la suite
  • Baumes et aromates - Mardi de Pâques

    Baumes et aromates - Mardi de Pâques

    Quelques femmes, une fois de plus, les bras chargés de parfums et d’aromates. Les voila se préparant à aller vers le tombeau, il sera vide. Animées, portées par le désir d’aller jusqu’à l’extrême de la vie, elles vont aux portes du jardin. La paix triomphe de la violence. La vie plus forte que la mort.
    Nous sommes à Mozac. Le

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6