Après Caïn, meurtrier, voici Noé bâtisseur. Les instructions de Dieu sont précises, au patriarche de les mettre en œuvre, aussi bien pour la construction que pour l’accueil des animaux que des membres de sa famille qui rejoignent l’arche. Bois de près et bitume, les règles de la constructions navales doivent être respectées. Tout commence avant que le déluge ne vienne.
Nous sommes à Vézelay. La scène vient presque d’une bande dessinée. Les personnages sont à l’œuvre, on devine leur concentration. Géniale invention du sculpteur, attrait pour un métier analogue au sien, il retient de Noé et de son arche les préparatifs avant tout.

Tout se met en place. Le bois doit être choisi pour sa noblesse et sa résistance. Non pas le cèdre mais le cyprès. Nous le connaissons pour les cimetières méditerranéens. Arbre dressé, silhouette reconnaissable au loin, il est l’arbre de la résurrection. Il se lève sans cesse, se relève parfois. Au milieu des morts il dit pour nous la Vie. Ben Sirac le voyait déjà s’élever jusqu’aux nuages.

Pour Noé, le cyprès n’est pas l’arbre de la Résurrection, pour l’Ancien Testament non plus. Il est celui de la construction navale, c’est sûr. Résistance et étanchéité, tout est assuré, au bois précieux s’ajoute le bitume. L’arche pourra traverser les flots. Plus tard, Ezekiel à son tour en fera des lambris pour son vaisseau.

Ailleurs dans la Bible, le cyprès est pour la musique. David joue avec des instruments en bois de cyprès. A leur son, il danse aussi. Cithares, harpes, sistres et cymbales font entendre leurs mélodies.

Jour49 PML Noe grdNoé préparant l'arche, Vézelay © Pierre Martinot-Lagarde sj

Souvent, cèdre et cyprès vont ensemble, ils se complètent. Ils viennent des forêts du Liban. Quand le premier est abattu, le second est seul. Mais c’est ensemble qu’ils serviront à bâtir les parois du temple. L’un avec l’autre.

Ici Noé n’est pas seul. Il manie la hache ou l’herminette, il est accompagné. Tout est préparatifs. L’art roman ne retient que cela. Ce moment de la préférence, Dieu choisit. De la multitude des hommes, beaucoup vont disparaître. Qu’importe, tant Dieu est agacé, figé dans sa certitude de vouloir sauver Noé et sa famille, quelques animaux, tous ceux qui pourront entrer dans les trois étages de l’arche.

Étrange préparatif, il y faut du soin. Les hommes se tiendront deux cent jours à l’abri, avant que la colombe ne les délivre. Patience. Mais avec eux des couples d’animaux. Dieu invite à sélectionner, c’est ainsi qu’il sauve.

Oui, il y a séparation, ceux qui vont dans l’arche ceux qui n’y vont pas, l’arbre de la construction, et tous les autres. C’est ainsi que Dieu crée, qu’il poursuit son œuvre, en séparant.

Texte et photos Pierre Martinot-Lagarde sj

 

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • «Parce que tu m’as vu, tu crois», 2e Dimanche de Pâques

    «Parce que tu m’as vu, tu crois», 2e Dimanche de Pâques

    Une semaine depuis que la pierre du tombeau est roulée. Tout est changé, tout demeure. Certains encore, tel Thomas, ne peuvent croire sans voir, sans toucher, sans mettre leur main dans son côté. Il en va de la foi, il en va aussi de la blessure, de son sens, et de ce qu’elle signifie dans la durée. La blessure devient

    Lire la suite
  • Le disciple que Jésus aimait - Samedi de Pâques

    Le disciple que Jésus aimait - Samedi de Pâques

    Qui peut le regarder sans tendresse, sans une certaine amitié, celui qui dit le Verbe et qui dit l’amitié de Dieu? Dans le récit évangélique, il a une place à part, à la fois conceptuelle et poétique. Chaleureuse et non pas obligeante. Attentive, et non pas contraignante. Premier devant Pierre au jardin, il passe après lui. Premier devant nous auprès

    Lire la suite
  • Du pain, les clés - Vendredi de Pâques

    Du pain, les clés - Vendredi de Pâques

    Tout est symbole: le pain, signe de la reconnaissance, de la vie pleine et entièrement recouvrée, du partage entre frères. Les clés, signe de l’ouverture de l’avenir, du grand passage, de la Vie éternelle offerte à ceux qui ont suivi, et en premier lieu à Pierre, qui se jette à l’eau et qui met sa ceinture pour se laisser conduire.

    Lire la suite
  • De chair et d'os - Jeudi de Pâques

    De chair et d'os - Jeudi de Pâques

    Le voilà au milieu de ses disciples. En chair et en os. Fini le temps des rêves, des images, des songes ou même des anges. Nul besoin d’être annoncé, Il est là et se tient au milieu d’eux. Les mains, les gestes, le repas partagé. Après le désir et l’attente, la présence.
    Ainsi dans le cloître de la cathédrale d’Aix-en-Provence.

    Lire la suite
  • Retour à Jérusalem - Mercredi de Pâques

    Retour à Jérusalem - Mercredi de Pâques

    Comme dans une sonate, le thème passe, repasse, s’ornemente, se redéploie. Ainsi de Jérusalem. La scène est connue par le village Emmaüs, un point ultime, un point de retour. Mais que n’est-elle pas davantage célébrée pour le retour et la rencontre des disciples qui suit et le récit de l’apparition?
    Ici à Autun, encore une scène narrative, des expressions si

    Lire la suite
  • Baumes et aromates - Mardi de Pâques

    Baumes et aromates - Mardi de Pâques

    Quelques femmes, une fois de plus, les bras chargés de parfums et d’aromates. Les voila se préparant à aller vers le tombeau, il sera vide. Animées, portées par le désir d’aller jusqu’à l’extrême de la vie, elles vont aux portes du jardin. La paix triomphe de la violence. La vie plus forte que la mort.
    Nous sommes à Mozac. Le

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6