Dürer DSC1811 DxO 2 930x1024 ee6deCe tableau a été commandé par Matthäus Landauer pour la chapelle de tous les Saints à Nuremberg. Le dessin préparatoire du tableau est daté de 1508. La commande était donc déjà passée à cette époque et la composition arrêtée dans tous les traits essentiels.

Dürer DSC1811 DxO 2 930x1024 ee6deAlbrecht Dürer
(Nuremberg 1471-1528)

Il est le fils d'un orfèvre immigré de Hongrie, et a appris à manier le burin dans l'atelier de son père. En 1486, Dürer rejoint l'atelier de Michael Wolgemut de Nuremberg. A partir de 1490, il voyage à Bâle, Colmar.
En 1494, il séjourne pour la première fois à Venise. Il fera également un second séjour en Italie de 1505 à 1507 ; et un voyage en 1520/1 aux Pays Bas. Le centre de gravité de son travail restera toutefois Nuremberg.

L'adoration de la Trinité
ou retable de tous les saints

Ce tableau a été commandé par Matthäus Landauer pour la chapelle de tous les Saints à Nuremberg. Le dessin préparatoire du tableau est daté de 1508. La commande était donc déjà passée à cette époque et la composition arrêtée dans tous les traits essentiels.
Nous sommes devant un retable, un panneau qui se situe au-dessus de l'autel (on célébrait la messe dos au peuple). Il fait en quelque sorte descendre le ciel sur la terre. Il faut imaginer le prêtre au pied et au milieu de cet espace.
Le retable représente la Sainte Trinité – Dieu le père, le Christ et l'esprit Saint –, adoré par les habitants du royaume de Dieu. C'est donc une tendance internationale à la forme classique qui se manifeste ici, et qui est inconcevable au nord des Alpes en dehors de l'influence italienne.

Quelques pistes pour regarder « L'adoration de la Trinité »

Dans ce tableau, nous avons, en quelque sorte, trois étages :

Au bas du tableau, le monde des hommes représenté par un paysage ouvert et large et un seul personnage, Dürer lui-même, qui se tient fièrement en face de nous à droite. Il porte des vêtements de quelqu'un qui a réussi.
Au-dessus de Dürer nous avons le monde des saints anonymes, empereur et évêques, chevaliers et cardinaux, papes distingués par leur fonction sociale et leur place dans la cité des hommes. Ils ont les mains jointes et les yeux levés vers Dieu. Leur place égale dans la foi est égale, mais les différences demeurent. Il y a des hommes, des femmes, des nobles et des gens simples. Il est intéressant de constater qu'ici les hommes et les femmes sont mélangés des deux côtés du tableau.Légèrement au-dessus se trouvent les nantis qui n'ont pas besoin de lever la tête pour contempler Dieu. Ils forment l'Eglise triomphante des saints déjà au ciel : femmes vierges et martyres à gauche, tenant leur palme (Agnès, Catherine, Lucie), patriarche et précurseur à droite (Moïse, David, Jean-Baptiste). Ceux-là ont fait leurs preuves ; ils ont leur vie racontée dans le martyrologe, leur date inscrite au calendrier, leurs attributs assignés : une roue pour Catherine, un mouton pour Agnès, une harpe pour David, les tables de la loi pour Moïse, Barbe avec le calice et l'hostie ; Lucie avec le plateau.
Et tout en haut, jouissant d'une vision large et absolue, d'une vue imprenable sur les reins et les cœurs, se tiennent les trois personnes de la Trinité, le Père présentant le Fils dans la lumière de l'esprit. Entouré d'un triangle de nuées, cette Trinité est située précisément sur l'axe vertical du tableau, au point de convergence de tous les regards, et figé dans une frontalité immuable. Seul le fils se dégage de cette frontalité ; il penche la tête vers la droite, inclinant vers les hommes son visage de souffrance et de miséricorde.

Ces différents niveaux sont à la fois très proches. Les habits communiquent presque entre les différents niveaux. Très éloignés, ces mondes ne se mélangent pourtant pas mais sont pris dans un même dynamisme ascendant. Il est intéressant de voir que dans la partie gauche du tableau, il reste une frontière entre les cardinaux et les papes et l'étage supérieur, alors qu'à leur gauche, du côté des femmes et des martyrs qui sont au ciel, cette frontière n'existe pas. Elle est estompée par le manteau bleu de celle qui est probablement la Vierge. Proximité et distance tout est là.

Si nous nous intéressons aux couleurs : notons le rouge qui rythme tout le tableau par les manteaux. Nous avons aussi une dominante des couleurs primaires rouges, bleues et jaunes, avec une concentration dans la Trinité elle-même : Dieu le père qui porte une chape jaune, une tunique bleue et qui tient son Fils dans un drap vert (mélange de bleu et de jaune), les trois couleurs primaires sont en Dieu, notons aussi le triangle rouge dans le pli du vêtement du père. Ce vert on le voit dans le drap dans lequel se trouve le Christ crucifié, dans le vêtement de Jean-Baptiste, mais aussi dans la nature les arbres, sur la terre ainsi la présence du divin se manifeste aussi dans la nature.

Il est intéressant de s'arrêter aussi sur les regards : en bas à droite, Dürer regarde vers nous en pointant la carte sur laquelle il a signé son tableau. L'empereur qui porte la Toison d'or, semble aussi nous regarder dans un signe de bénédiction et enfin le Christ, le père et peut-être aussi l'esprit Saint tourne le regard vers nous. Tous communiquent avec nous...

L'adoration de la Trinité, d'Albrecht Dürer se trouve au Kunsthistorisches Museum de Vienne (Autriche).

A lire également :
- L'article d'Emmanuelle Henin publié dans la Vie no 3256 du 24 janvier 2008
www.lavie.fr/archives/2008/01/24/l-adoration-de-la-sainte-trinite-ou-retable-de-tous-les-saints,9119803.php

- Les maîtres de la peinture occidentale, Ingo F. Walther, 760 pages.

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Le Quadrangle (1915)

    malevitch quadrangle 1915La première apparition du Quadrangle remonte à 1913 lorsque Malevitch travaille sur les décors et les costumes de l’opéra La Victoire sur le soleil de Kroutchonykh et Matiouchine.

    Lire la suite
  • La Nativité - folio 44 verso

    The Nativity Limbourg2En nous intéressant à la construction de la page, et en forçant un peu le trait, on pourrait dire que l’image constitue le chœur d’un plan d’église avec le Père dans l’abside et Jésus sur l’autel entouré de Marie et Joseph.

    Lire la suite
  • La Toussaint, 1882

    LaToussaint JulesBastienLepage

    Un homme âgé et deux enfants marchent sur un chemin, à côté de ce qui semble être un cimetière. Au premier plan, un chemin conduit les personnages vers la gauche, en direction de la lumière.

    Lire la suite
  • Christ chassant les marchands du temple (1626)

    Rembrandt Harmensz. van Rijn 024Le Christ chassant les marchands du temple (1626) est l'une des premières œuvres de Rembrandt. Il a vingt ans lorsqu’il peint cette toile. Le format très réduit de l’œuvre (43 x 33cm) focalise l’attention sur les personnages.

    Lire la suite
  • Le Roi David (1951)

    CMC Chagall RoiDavid1951Le Roi David peint par Marc Chagall en 1951 prend pratiquement la moitié du tableau. Il est vêtu de rouge, couronné (jaune), jouant de la lyre (jaune), il porte une barbe verte.

    Lire la suite
  • L'adoration des bergers (vers1638)

    Noel zurbaran nativite

    L’espace du tableau est divisé en deux parties: le ciel avec les anges d'une part, et d'autre part la terre avec l’enfant Jésus...

     

    Lire la suite
  • Saint Pierre repentant (1580-86)

    Oct17 Dur DBM 642

    Le saint est représenté jusqu’à mi-corps, avec les yeux pleins de larmes, tournés vers le ciel, les mains jointes pour la prière.

     

    Lire la suite
  • Mère Angélique et Mère Agnès Arnauld

    Image MeditBruno Champaigne 2017 80e71La pièce dans laquelle les deux religieuses se tiennent, uniquement suggérée par un plancher cloué et un lambris d’appui, s’ouvre, au fond de la composition, sur un panorama de l’abbaye des Champs.

    Lire la suite
  • L'Assomption de la Vierge (1518)

    Assunta Titien 8e664En 1516, Germano de Caiole, directeur du couvent de franciscains de Venise, fit alors appel au Titien. Il lui commanda une "Assomption de la Vierge" pour le maître-autel de l’église franciscaine Santa Maria Gloriosa dei Frari.

    Lire la suite
  • Peinture 181 x 244 cm, 25 février 2009

    Soulage triptyque2 c9021Depuis le début, les œuvres de Soulages ne portent jamais d'autre titre que leurs dimensions et leur date. Ce triptyque Peinture 181x244 cm, 25 février 2009 ne fait pas exception.

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3