Les méditations de Bruno Fuglistaller sj

BrunoWeb 2 0b73aContempler longuement une œuvre d'art et profiter de son rayonnement pour méditer, la proposition séduit de nombreux laïcs. Licencié en histoire de l'art, le Père Bruno Fuglistaller accompagne, une fois par mois, à l'Antenne ignatienne de Saint-Boniface à Genève, ceux qui souhaitent cheminer en méditant sur une œuvre classique ou contemporaine répondant aux interrogations de notre temps.

«Un tableau ou une photographie sont comme des fenêtres ouvrant sur l'univers d'un artiste. Par son œuvre, l'auteur nous donne accès à sa perception du monde. Dans la tradition des Exercices spirituels, la personne qui prie est invitée à regarder Dieu regardant le monde et voulant le sauver. Le but de cet exercice est de mieux connaître Dieu, pour mieux l'aimer et le suivre. Regarder pour agir... Je vous propose de me suivre dans une méditation de 40 minutes environ comprenant un petit commentaire introductif.»

Les méditations sont proposées un fois par mois à Genève, le mercredi soir (après l'Eucharistie de 18h45).


Le Christ chassant les marchands du temple (1626)

Rembrandt Harmensz. van Rijn 024Rembrandt (1606-1669)

Rembrandt van Rijn -communément appelé Rembrandt- est né à Leyde (Pays-Bas) le 15 juillet 1606. Il est le huitième enfant d'un meunier broyant le malt pour les brasseries de la ville. En 1621, après quelque mois à l’université, il décide de se consacrer entièrement à la peinture et devient apprenti chez un artiste local, Jacob van Swanenburgh. En 1624, il passe six mois à Amsterdam chez le plus important maître de l'époque, Pieter Lastman, représentant du courant italianisant de la peinture hollandaise. À partir de 1625, Rembrandt s'installe comme peintre indépendant dans la maison paternelle de la Weddesteeg à Leyde, fréquentant assidûment un jeune peintre virtuose Jan Lievens, lui aussi ancien apprenti de Lastman, qui l'initie à l'eau-forte. Tous deux traitent de thèmes religieux, Rembrandt dans de petits formats, Lievens par des figures grandeur nature cadrées à mi-corps à la manière des caravagesques d'Utrecht. Ils peignent des têtes d'expression, outronjes, d'après des modèles de vieillards ridés, et expérimentent la technique de l'eau-forte. En 1625, Rembrandt signe La Lapidation de saint Étienne, première toile qui nous soit parvenue de lui.

Dès 1627, Rembrandt forme ses premiers élèves. En 1629, Lievens et lui reçoivent une commande d'œuvres pour la cour de La Haye. Dans l'inventaire du palais à Noordeynde, en 1632, sont cités des tableaux qu'on peut identifier, comme L'Enlèvement de Proserpine et la Minerve dans son étude (tous deux à la Gemäldegalerie, Berlin), la Présentation de Jésus au Temple du Mauritshuis à La Haye, et le portrait de l'épouse du stathouder Amalia van Solms du musée Jacquemart-André à Paris. Suit la commande d'une série de la Vie du Christ, dont Rembrandt livrera sept tableaux de 1633 à 1646, payés 600 florins pièce.

Entre 1631 et 1634, Rembrandt se déplace à La Haye, à Rotterdam et Amsterdam pour des commandes de portraits. En 1631, il investit 1000 florins dans l'affaire de Hendrick Uylenburgh, marchand d'art à Amsterdam, où il se fixe, devenant citoyen de la ville et membre de la guilde de Saint-Luc. La même année, il épouse Saskia Uylenburgh, nièce de son associé. Ce dernier le loge, lui fournit des commandes de tableaux et édite ses gravures.
La décennie suivante est marquée par le succès de Rembrandt, qui déménage plusieurs fois jusqu'à acquérir, en 1639, une riche maison dans Sint Anthonisbreestraat, l'actuel musée Rembrandt, dont il sera chassé en 1658 n'ayant pu régler entièrement les 13 000 florins qu'elle coûtait. Il peint les bourgeois d'Amsterdam, négociants, prédicateurs, médecins… Il dirige un atelier, forme de nombreux jeunes peintres qui dessinent sous sa conduite et imitent ses portraits de couples, ses figures de bergers ou d'Orientaux, exécutent des peintures d'après ses gravures.

Les spéculations de Rembrandt marchand d'art furent hasardeuses. Faisant face à ses dettes par des billets à ordre échangeables contre des œuvres qu'il promettait de peindre ou de graver, il dut se présenter devant la Desolte Boedelskammer, Chambre des débiteurs insolvables, pour procéder à la cessio bonorum. Ces magistrats dressèrent ainsi en 1656 l'inventaire des biens du peintre qui furent vendus à l'encan en 1657-1658, pour des sommes faibles. S'étant transféré dans le quartier plus artisanal du Jordaan, Rembrandt se déclara l'employé d'un commerce d'art tenu par sa compagne, et par Titus, ce qui lui permit d'échapper aux poursuites des créanciers insatisfaits. Par cet intermédiaire, il reçut encore des commandes de portraits ou de figures historiques ainsi que la visite du grand-duc de Toscane Cosimo III de Médicis, qui lui demanda un autoportrait. Après la disparition de Hendrickje en 1662, puis celle de Titus, qui était devenu lui aussi peintre, en 1668, quelques mois après son mariage, Rembrandt mourut le 4 octobre 1669 et fut enterré dans une tombe inconnue de la Westerkerk.

(sources: Encyclopaedia universlis, wikipédia)

L'histoire de l'œuvre

Le Christ chassant les marchands du temple représente un passage précis du Nouveau Testament:

Évangile selon saint Marc (Mc 11,15-17)
15 Ils arrivèrent à Jérusalem, et Jésus entra dans le temple. Il se mit à chasser ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple; il renversa les tables des changeurs, et les sièges des vendeurs de pigeons;
16 et il ne laissait personne transporter aucun objet à travers le temple.
17 Et il enseignait et disait: N'est-il pas écrit: Ma maison sera appelée une maison de prière pour toutes les nations? Mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs.

C’est une des premières œuvres de Rembrandt (1626). Il a vingt ans lorsqu’il peint cette toile.

Quelques pistes pour regarder et méditer sur «Le Christ chassant les marchands du temple»

Le format très réduit de l’œuvre (43 x 33cm) focalise l’attention sur les personnages.

Aucune profondeur, seul la colonne derrière le Christ nous permet d’imaginer que nous nous trouvons dans le Temple.

Les personnages forment une diagonale qui descend du Christ. L’alignement des personnage coupe l’espace en deux. D'un côté se trouve celui qui peut se lever pour fuir, et de l'autre trois personnages surpris, «cloués» à la table et à l’argent qui ne peuvent échapper à la colère du Christ.

Le Christ semble surgir du néant. Il tient dans sa main droite un objet. On peut imaginer un fouet, mais le peintre n’a pas jugé nécessaire d’en mieux cerner les contours. Du coup, la violence et la colère s’expriment par les mouvements du Christ et par son visage: front plissé, regard courroucé. il dessine un mouvement qui part de l’extérieur du tableau vers l’intérieur. Tout ce que nous voyons, les personnages, la table, l’argent va être balayé pour ce puissant mouvement du Christ.

Les différents personnages expriment une palette de sentiments:
• la surprise (avec le personnage qui se retourne, les yeux écarquillés, la bouche ouverte et qui tente -d’un mouvement du bras gauche- de récupérer l’argent sur la table et de se lever pour fuir);
• la cupidité (avec le personnage du premier plan, de profil et dont nous ne voyons pas les yeux, tout affairé à récupérer l’argent sur la table; il est comme totalement absorbé par l’appât du gain et ne voit pas le coup qui le menace);
• la peur (le personnage le plus proche du Christ part en fuyant, son argent sur l’épaule. On entend presque son cri) ;
• la terreur (l’homme en armure qui protège son visage, et ne peut plus fuir; c’est évidemment assez cocasse de voir un homme surprotégé se décomposer ainsi devant le Christ).

Les mains en disent long sur les sentiments des personnages: toutes sont fermées à part celle de l’homme en armure qui, face à la menace, a tout lâché. Les mains parlent autant que les visages et trahissent leur propriétaire.

Et puis, il y a ce petit détail. En haut à droite, dans le panier, dépasse la tête d’un coq ou d’une poule. Comme un signe précurseur de la trahison.

Tout la toile est rythmée par un jeu de voilement/dévoilement, caché/montré. L’argent n’est partiellement visible que sur la table, mais les sacs attestent de sa présence à travers tout l’espace de la toile. Les bras participent du même jeu, tantôt visibles (comme chez le personnage du premier plan ou le Christ) tantôt «retractiles» comme chez le personnage tentant de se lever au premier plan et dont les manches permettent un jeu entre l’intérieur et l’extérieur, le visible et l’invisible.

Enfin, la lumière venant de la gauche, en haut, s’abat sur la scène, dévoilant les gestes des personnages. Elle révèle aussi les plis des tissus qui trahissent une frénésie de mouvements. Seules la colonne du fond et la table donnent une stabilité à la scène.

 

Bruno Fuglistaller sj

Le Christ chassant les marchands du temple de Rembrandt, peint en 1626, est une huile sur bois de petite taille (43 cm x 33 cm). Le tableau fait partie des collections du Musée des Beaux-Arts Pouchkine à Moscou.

Prochaines méditations à l'aide d'une œuvre d'art
(d'une durée de 20 minutes environ dont un petit commentaire introductif)

Dates: les 28 mars, 25 avril, 30 mai 2018.
(Pas de Méditations avec une œuvre d'art en juin, juillet et août)

Les méditations sont proposées le mercredi soir (après l'Eucharistie de 18h45).


 

Une année dédiée à l'art et à la méditation

Home MeditAssuntaTitien 254cfDétail de L'assomption de la Vierge du Titien, vers 1518Les Méditations à l'aide d'une œuvre d'art proposées par le Père Bruno Fuglistaller sj reprennent dès le mercredi 27 septembre. Elles se déroulent une fois par mois, à l'antenne ignatienne de Saint-Boniface, avenue du Mail 14 (Genève), le mercredi soir (après l'Eucharistie de 18h45).

Dates en 2017
les 27 septembre, 25 octobre, 29 novembre et 20 décembre.

Dates en 2018
Les 31 janvier, 28 février, 28 mars, 25 avril et 30 mai.

 

Retrouvez les précédentes Méditations avec une œuvre d'art du Père Fuglistaller sj par ici.


 

Les chroniqueurs

etienne perrotLe coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

PierreEmonet 2016 portraitWeb 2 1bb49Le point de vue
de Pierre Emonet sj

BrunoWeb 2 95ea8La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

LucRuedin vertical22 ef721Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

JB FellayD'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

J LambertLe triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

jean-bernard livioLes journées bibliques
de Jean-Bernard Livio sj

albert longchampLe coin lecture
d'Albert Longchamp sj

Archives

Le Roi David (1951)

CMC Chagall RoiDavid1951Le Roi David peint par Marc Chagall en 1951 prend pratiquement la moitié du tableau. Il est vêtu de rouge, couronné (jaune), jouant de la lyre (jaune), il porte une barbe verte.

L'adoration des bergers (vers1638)

Noel zurbaran nativite

L’espace du tableau est divisé en deux parties: le ciel avec les anges d'une part, et d'autre part la terre avec l’enfant Jésus...

 

Saint Pierre repentant (1580-86)

Oct17 Dur DBM 642

Le saint est représenté jusqu’à mi-corps, avec les yeux pleins de larmes, tournés vers le ciel, les mains jointes pour la prière.

 

Mère Angélique et Mère Agnès Arnauld

Image MeditBruno Champaigne 2017 80e71La pièce dans laquelle les deux religieuses se tiennent, uniquement suggérée par un plancher cloué et un lambris d’appui, s’ouvre, au fond de la composition, sur un panorama de l’abbaye des Champs.

L'Assomption de la Vierge (1518)

Assunta Titien 8e664En 1516, Germano de Caiole, directeur du couvent de franciscains de Venise, fit alors appel au Titien. Il lui commanda une "Assomption de la Vierge" pour le maître-autel de l’église franciscaine Santa Maria Gloriosa dei Frari.

Peinture 181 x 244 cm, 25 février 2009

Soulage triptyque2 c9021Depuis le début, les œuvres de Soulages ne portent jamais d'autre titre que leurs dimensions et leur date. Ce triptyque Peinture 181x244 cm, 25 février 2009 ne fait pas exception.

La Résurrection (vers 1463)

Resurrection DellaFrancesca f9ed7La fresque n’a pas été réalisée dans un lieu sacré, mais dans une salle d’apparat de l’hôtel de ville de Sansepolcro. La référence au sujet est évidente, puisque cela signifie « Saint-Sépulcre».

Job raillé par sa femme (vers 1650)

GeorgesdeLaTour Job f3972Nous sommes devant ce que l’on appelle un «nocturne», c’est-à-dire une scène située pendant la nuit. Deux figures prennent place dans ce tableau: la femme de Job, debout, et Job, qui est assis.

Saint Paul écrivant ses épîtres (1618-1620)

Valentin de Boulogne Saint Paul Writing 832c3

La lumière qui vient de la gauche, met en évidence la tête et les mains de Paul, ainsi que les documents répartis sur la table. Cette lumière plongeante fait des documents et de l’apôtre eux-mêmes des sources lumineuses.

Vierge à l'Enfant avec les apôtres Simon et Jude (1567)

Baroche 1567 SimonJude c0105Au centre de la toile, se trouve Marie et l’enfant Jésus penchés sur un livre dont Jésus tourne les pages. Marie est couronnée de fleurs par un ange qui descend dynamiquement du ciel.

St Jérôme dans son étude (1474-1475)

AntonelloMessina St Jerome 7d69cLe tableau, de petite taille, nous place à l’entrée d’un bâtiment spacieux au centre duquel St Jérôme, en tenue de cardinal, travaille à son bureau.

L’agonie dans le jardin des oliviers (1459)

Agonie Mantegna Fuglistaller 121b3Au premier plan, nous trouvons Pierre, Jacques et Jean qui dorment pendant que le Christ prie au jardin. Les trois disciples sont plongés dans un sommeil profond ...

Pentecôte 1732

Jean restout 0b578Nous sommes au cœur d’une architecture monumentale, une église ? un temple païen? Cette ambiguïté même donne une connotation janséniste : peu importe le lieu, du moment que c’est Dieu qui œuvre…

La Chapelle de Rothko

 rothko chapel d85a5Nous sommes devant une photographie d'une chapelle octogonale sans dénomination, celle de Mark Rothko construite en 1971 dans les environs de Houston au Texas.

Le Couronnement de la Vierge, 1434

 Fra-Couronnement 2e7ceNous sommes devant une peinture sur bois (tempera). Son fond d'or rappelle l'icône, une fenêtre sur l'éternité. Cette impression est accentuée par le cadre en forme de portique.

La Guerre, 1932

Otto Dix The War 2 85f6dLe tableau a été peint par Otto Dix entre 1929 et 1932 et n'a été exposée qu'une seule fois, à Berlin en 1938. La Guerre n’a pas été composé sur commande, mais fait partie de la démarche qu’effectue Otto Dix en transmettant ses souvenirs hérités de la Grande Guerre.

La Vierge du chancelier Rolin, 1434/35

van eyck vierge chancelier rolin 66dccParmi les œuvres de Van Eyck qui ont été conservées, certaines sont datées avec précision, portent sa signature et de sa devise personnelle que l'on peut traduire par « Comme j'ai pu » ou « De mon mieux ». La Vierge du chancelier Rolin lui est attribuée en raison de ses qualités.

Moïse recevant les tables de la Loi, 1960-1966

Chagall compromisdéfinitif  d8056

« Moïse recevant les Tables de la Loi » fait partie d'une série inspirée par la Genèse et l'Exode qu'il a peint à partir des années 1950. À l'origine, cette série de tableaux était destinée à la décoration de la Chapelle du Calvaire à Vence (France).

Le semeur, 1880

 le-semeur VanGogh homeComme le semeur nous sommes entre ciel et terre, et nous regardons le soleil. Lui, il lui tourne le dos. Sans doute, ne veut-il pas plus prêter attention aux grains qui tombent sur le chemin, dans les ronces....

L'adoration des Mages, vers 1475

BERNARDINO DA PARENZO Adoration des Mages Vers 1475 40591« L'Adoration des Mages » de Bernardino da Parenzo a été peint vers 1475. Il est l'élément de la prédelle d'un retable dont faisait partie L'Arrestation du Christ de l'ancienne collection Borromeo. Les armoiries, très usées, n'ont pu être déchiffrées. Le tableau est entré au Louvre en 1863.

L'adoration de la Trinité, 1511

Dürer DSC1811 DxO 2 930x1024 ee6deCe tableau a été commandé par Matthäus Landauer pour la chapelle de tous les Saints à Nuremberg. Le dessin préparatoire du tableau est daté de 1508. La commande était donc déjà passée à cette époque et la composition arrêtée dans tous les traits essentiels.

La Crucifixion de saint Pierre, 1601

CaravaggioNous savons que la scène se déroule en extérieur, mais Le Caravage occulte le paysage en situant la scène de nuit. Les corps surgissent d'une sorte de néant. Toute l'histoire est résumée dans ce que nous voyons, le regard ne peut être distrait par d'autres éléments.

La vocation de saint Matthieu, 1599-1600

Caravaggio Lavocazione di SanMatteo 2Michelangelo Merisi, dit le Caravage (1573-1610), a reçu sa première formation auprès d'un élève du Titien. En 1592, alors qu'il va à Rome, le cardinal del Monte devient son mécène et lui passe sa première commande officielle pour la chapelle Contarelli, à St-Louis des Français.