Triptyque du quotidien de Julien Lambert sj

J Lambert«Chercher et trouver Dieu en toutes choses», c'est le programme que propose Ignace de Loyola, passionné de l'existence. La spiritualité ignacienne est enracinée dans cette conviction que Dieu est à l'œuvre dans notre monde. Comme l'écrivait le paléontologue jésuite, Pierre Teilhard de Chardin, «Dieu n'est pas loin de nous. Il se trouve au bout de ma plume, de ma pioche, de mon pinceau, de mon aiguille, et de mon cœur et de mes pensées.»

Julien Lambert relève périodiquement trois perles tirées de son quotidien de jeune religieux à Paris, de sa vie de prière et de sa vie d'étudiant en philo et en théologie...

Durant le temps de confinement dus à la pandémie de coronavirus, Julien Lambert sj a proposé -en lieu et place de son triptyque habituel- quelques inspirations inespérées au fil des jours, cueillies entre les quatre murs de sa communauté jésuite parisienne... Avec pour chacune une invitation à la méditation personnelle. Il nous livre aujourd'hui ses impressions de déconfinés.

Lui écrire Lui écrire


Libérés des enfers ou expulsés du paradis? Partie 2

... Expulsés du paradis... «Parfois je doute un peu que ce soit vraiment d'un "enfer" que le déconfinement nous libère...», confie Julien Lambert sj dans la 2e partie de sa chronique du pré-déconfinement. «D'où vient cet étrange petit pincement au cœur, quand je pense que je pourrai bientôt m'éloigner de notre communauté plus que pour un jogging rikiki? C'est qu'il me faut bien avouer que je vais quitter une situation qui avait aussi son charme et ses bienfaits. Notre petit jardin, serré dans les mêmes murs que cinquante jésuites, a bien quelque chose d'un Eden, d'un paradis bientôt perdu.»

Lire la suite : Libérés des enfers ou expulsés du paradis? Partie 2

Libérés des enfers ou expulsés du paradis? Partie 1

Comment se préparer au déconfinement? Pendant deux mois, j'aurai prié Dieu de me donner tous les trucs possibles pour habiter la frustration -et profiter spirituellement- de ne pas pouvoir me déplacer librement, et d'être en relation principalement avec des écrans. Et j'ai été exaucé, retrouvant l'importance du travail corporel, l'attention aux très-proches et la contemplation du très-petit (voir les chroniques des semaines précédentes). Maintenant que je connais le prénom de chaque fleur du jardin, je m'apprête comme tout le monde à sortir, partagé entre impatience et inquiétude... qui toutes deux ont leur envers inattendu...

Lire la suite : Libérés des enfers ou expulsés du paradis? Partie 1

De l'hygiène sanitaire... à la chasteté spirituelle

Que faire quand on a rien à faire, ou qu'on frise le burnout dans son canapé à coups de télétravail et de vidéoconférences? Où trouver Dieu entre la cuisine et la télé?  En ces jours de confinement, Julien Lambert sj propose quelques inspirations inespérées au fil des jours, cueillies entre les quatre murs de ma communauté jésuite parisienne... Avec pour chacune une invitation à la méditation personnelle.

Mardi 5 mai - De l'hygiène sanitaire... à la chasteté spirituelle
Me méfier de toucher la moindre petite cuillère, sans parler de la main de mes proches, ça me rend dingue, parfois. Mais je me rappelle un beau poème sur la chasteté, conçue non comme privation sexuelle, mais comme la liberté de laisser les autres et les choses être ce qu'ils et elles sont, sans les inciter à correspondre à ce que nous voudrions. Toucher avec plus de précaution tout ce qui nous entoure, par crainte des infections, ça pourrait nous rappeler symboliquement que nous perdons souvent la liberté de l'autre, mais aussi sa beauté et son mystère, à vouloir «mettre la main» sur lui ou elle, par notre influence, nos paroles ou nos pensées.

Lire la suite : De l'hygiène sanitaire... à la chasteté spirituelle

Un nouveau monde inquiétant?

Que faire quand on a rien à faire, ou qu'on frise le burnout dans son canapé à coups de télétravail et de vidéoconférences? Où trouver Dieu entre la cuisine et la télé?  En ces jours de confinement, Julien Lambert sj propose quelques inspirations inespérées au fil des jours, cueillies entre les quatre murs de ma communauté jésuite parisienne... Avec pour chacune une invitation à la méditation personnelle.

Lundi 4 mai - Un nouveau monde inquiétant?
J'entends de plus en plus parler de «l'après-confinement». D'un côté, c'est plutôt pas mal, si ça laisse au moins déjà percevoir un "après". Mais il paraît qu'il y aura des retours du virus, comme des plus mauvais films à succès, ou qu'on risque de jouer les Zorro masqués (à l'envers...) dans les transports publics... Et bien sûr qu'il faudra reprendre une vie professionnelle et économique dans un contexte de récession violente qui en fait déjà souffrir beaucoup. Penser que le monde ne sera «plus jamais comme avant», moi ça me provoque des accès de panique, parfois. Mais qu'ont pensé nos grands-parents au début de la guerre? Quand le monde a-t-il jamais été «comme avant»? Et comme toujours... la peur vient-elle de ce qui est à affronter dans l'immédiat, ou surtout de ce que nous anticipons, d'autant plus que nous ne savons pas précisément à quoi ça ressemblera?
Tout ce que je me/vous dit alors, c'est peut-être seulement une rhétorique rassurante... mais demander qu'une rhétorique bien intentionnée devienne réalité dans nos cœurs, n'est-ce pas le début d'une prière qui a toutes les chances d'être exaucée?
Et nous, pour échapper à quel nouvel état du monde prions-nous, ou pour accéder à quelle paix, quelle confiance, quel que soit ce monde futur ?

Lire la suite : Un nouveau monde inquiétant?

Saturday night fever

Que faire quand on a rien à faire, ou qu'on frise le burnout dans son canapé à coups de télétravail et de vidéoconférences? Où trouver Dieu entre la cuisine et la télé?  En ces jours de confinement, Julien Lambert sj propose quelques inspirations inespérées au fil des jours, cueillies entre les quatre murs de ma communauté jésuite parisienne... Avec pour chacune une invitation à la méditation personnelle.

Dimanche 3 mai - Saturday night fever
L'autre jour, un confrère propose de découvrir la «danse extatique», à la place des sempiternelles soirées-film... Quatre ou cinq mecs entre eux, qui se déhanchent intuitivement sur de la salsa puis de l'électro dans leur salle communautaire, c'est pas franchement les belles discothèques qu'on a tou.te.s hantées ados... Et si le supérieur général des jésuites passait ce soir-là, il serait peut-être un peu surpris (ce qui n'empêcherait pas, qui sait, qu'il se mette à danser en col romain au milieu de nous).
Mais chez soi on est aussi moins timides ! Alors pourquoi pas une petite bossa nova ou un tango, seul.e ou avec les enfants dans le salon, pour ressentir un peu le frissonnement de la vie dans nos membres engourdis?

Lire la suite : Saturday night fever

Applaudissons les soignant.e.s! ... nous le sommes un peu aussi!

Que faire quand on a rien à faire, ou qu'on frise le burnout dans son canapé à coups de télétravail et de vidéoconférences? Où trouver Dieu entre la cuisine et la télé?  En ces jours de confinement, Julien Lambert sj propose quelques inspirations inespérées au fil des jours, cueillies entre les quatre murs de ma communauté jésuite parisienne... Avec pour chacune une invitation à la méditation personnelle.

Samedi 2 mai - Applaudissons les soignant.e.s! ... nous le sommes un peu aussi!
Même si ça me fait toujours relever de table, j'aime bien le rituel des applaudissements aux fenêtres. Je sais que certain.e.s soignant.e.s les reçoivent avec émotion. J'avoue: j'ai parfois la sensation, avec une agréable chaleur dans la poitrine, qu'on se les offre tou.te.s un peu aussi, ces applaudissements. C'est vrai qu'on a besoin d'une dose de courage et d'amour supplémentaire, pour traverser ces longues semaines. Mais aussi qu'avec celles et ceux qui péclotent à tour de rôle dans nos chaumières (comme nous-mêmes bien sûr), on est souvent invité.e.s à jouer les aide-soignant.e.s spirituel.le.s...
Et vous, est-ce que vous pouvez vous autoriser à recevoir un peu pour vous les applaudissements destinés aux soignant.e.s?

Lire la suite : Applaudissons les soignant.e.s!... nous le sommes un peu aussi!

Aller voir la Tour Eiffel

Que faire quand on a rien à faire, ou qu'on frise le burnout dans son canapé à coups de télétravail et de vidéoconférences? Où trouver Dieu entre la cuisine et la télé?  En ces jours de confinement, Julien Lambert sj propose quelques inspirations inespérées au fil des jours, cueillies entre les quatre murs de ma communauté jésuite parisienne... Avec pour chacune une invitation à la méditation personnelle.

Vendredi 1er mai - Aller voir la Tour Eiffel
J'ai vraiment tout envisagé pour rejoindre le cœur de Paris ou mes ami.e.s, qui me manquent tellement: les tunnels façon pénitenciers américains, les delta-planes comme au-dessus du mur de Berlin, me bourrer les poches d'attestations obligatoires pour avoir droit à la ballade d'un kilomètre autour de chez soi, avec sur chacune une adresse différente... Mais résigné, j'ai recommencé à peindre le clocher voisin, par la fenêtre de ma chambre. Pourtant il me suffit de grimper un étage, et je vois au loin la Tour Eiffel.
«L'essentiel est invisible pour les yeux», certes... mais si on s'aidait un peu quand même, en se projetant aussi loin que nos pupilles nous portent, pour voir un peu mieux encore «avec le cœur»?

Lire la suite : Aller voir la Tour Eiffel

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6