Pierre avait reconnu Jésus comme le Messie, le Fils de Dieu, et Jésus l’avait félicité. Dans le groupe des disciples il flottait comme un air de triomphe: nous avons fait le bon choix, nous sommes du bon côté, avec Dieu on est en sécurité, plus rien ne peut nous arriver. Mais, en leur dévoilant l’avenir, Jésus leur administre aussitôt une douche froide: nous montons à Jérusalem, et là le Christ va souffrir et être assassiné. Pierre est révolté. La souffrance et la mort sont incompatibles avec la divinité. Un Dieu qui souffre, qui permet la mort de l’innocent est inimaginable. Yvan Karamazov, le docteur Rieux (La Peste de Camus), tant d’autres reprennent le cri de révolte de Pierre. Depuis le saint homme Job leur révolte traverse toute l’histoire de l’humanité. Un Dieu qui cautionne la souffrance et la mort est inconcevable.

La réaction de Jésus est violente, comme si Pierre reniait ce qu’il venait d’affirmer. Sa contestation réveille chez Jésus le souvenir des tentations au désert, lorsque le diable le persuadait de s’engager sur le chemin d’un messianisme nationaliste et triomphaliste, celui qu’attendait l’opinion publique.

En liant l’annonce de sa Passion à la confession de sa divinité, Jésus retourne de fond en comble les raisons pour lesquelles les disciples le suivent. Séduits par son enseignement, par ses miracles, par son aura, ils ont opté pour lui comme qui fait un bon calcul. Être avec un Dieu qui triomphe du mal sous toutes ses formes vous met à l’abri du malheur! Bonheur garanti.

«Passe derrière moi, Satan!» N’essaye pas de te mettre en travers de mon chemin, en me faisant jouer la comédie, comme si je n’étais qu’une apparence d’homme, exempte de la souffrance et de la mort. Ce n’est pas parce que tu m’as reconnu comme le Fils de Dieu que tu vas m’exempter du sort commun de l’humanité. Sois le disciple d’un Dieu qui assume pleinement la condition humaine avec son lot d’épreuves et de violences. Vouloir adhérer à Dieu uniquement pour se mettre à l’abri et pour réussir, c’est se tromper.

Loin de se reconnaître dans les représentations à succès proposées par le tentateur et relayées par l’opinion publique, Jésus se situe dans la ligne des prophètes persécutés et assassinés. La croix fait partie intégrale de sa vie divine, comme l’ultime sortie de soi. Certes, loin de la rechercher dans un réflexe masochiste, il a supplié le Père de la lui épargner. En l’acceptant, il a incarné une image de Dieu qui dépasse tout ce que Pierre et les disciples pouvaient concevoir, la promesse du plus grand amour.

Pierre Emonet sj 

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

Un délit qui n’en est pas un!

Jeudi 11 avril, le Ministère Public de Neuchâtel a auditionné le Pasteur Norbert Valley, poursuivi pour avoir logé et nourri un requérant d’asile togolais dont la demande a été refusée. L’homme était à la rue pendant la mauvaise saison. Ainsi donc, apporter son aide à un homme sans domicile et affamé constitue un délit d’un nouveau genre.

Lire la suite...
Ne pas s’approprier la place des victimes

LettreMorerodAbus mars19La découverte et la publication récurrente des scandales dans leur Église émeut les fidèles catholiques. Au nom de leur fidélité d’aucuns pensent que l’Église est victime d’une campagne de dénigrement, d’une chasse aux sorcières de la part de ses ennemis.

Lire la suite...
Les Béatitudes, opium ou sagesse?

Prétendre que quelque chose de mal est bon, voilà qui est abominable. Une vraie perversion. S’adressant à une foule de pauvres gens, Jésus semble leur dire: vous êtes pauvres, vous avez faim, vous pleurez, vous êtes persécutés, c’est votre chance. Comme s’il prêchait la résignation plutôt que la lutte pour s’en sortir. Opium du peuple? Et pourtant, les Béatitudes sont au cœur du message du Christ: un discours programmatique tranchant comme une lame.

Lire la suite...
Prendre soin de la maison commune ou la dévaster ?

Greta Thunberg sp119Greta Thunberg © Jan Ainali/Wikimedia CommonsMon journal relate deux événements qui s’entrechoquent avec violence. D’un côté la croisade en faveur du climat d’une jeune adolescente suédoise, Greta Thunberg (16 ans) qui, au terme d’un long voyage en train se pointe dans le milieu aseptisé du Forum économique mondiale à Davos pour réveiller les participants et leur faire prendre conscience de l’urgence de la situation, comme elle l’avait fait en décembre dernier à Katowice, à la conférence l'ONU sur le climat (COP24).

Lire la suite...
Le grand-écart jusqu’au point de rupture

Jeff Bezos 2016Jeff Bezos © Senior Master Sgt. Adrian Cadiz/wikimedia commonsUn rapport d'Oxfam publié le 21 janvier rapporte que vingt-six milliardaires possèdent autant d’argent que la moitié la plus pauvre de l'humanité (3,8 milliards). L'homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, le patron d'Amazon, dispose d’une richesse qui a atteint 112 milliards de dollars l'an dernier, tandis que le budget de santé de l'Éthiopie correspond au 1% de sa fortune!

Lire la suite...
Année 2018

Une myopie pas si innocente ; La clef dans le porte-monnaie ; Discernement ; Gaudete et Exsultate ; L’observateur myope ; Cruel et cynique ; Au mépris de l'éthique ; Propos d'un postillon qui se croit philosophe ; Démocratie ou ploutocratie ? ; Le journal mieux que les savants ; Christ Roi ou la tentation politique ; Une cage pour le Saint-Esprit

Lire la suite...
Année 2017

Conscience contre violence ; La démocratie en péril ; Mars, le dieu de la violence ; Strabisme ; La prière instrumentalisée ; Deviens ce que tu manges ; Des mœurs indignes ; Des records bien honteux ; Un carnaval hors prix ; Un cadeau d'anniversaire ; Quelle justice? ; Une belle hypocrisie ; Juteuse promotion ! ; Tardive reconnaissance ; Choquant ; Le temps n'abolit pas l'injustice ; Le culte de l’argent assassin.

Lire la suite...
Année 2016

L’argent sans odeur, mais couleur rouge sang; Étonnement ! ; La paix des morts ; Querelle de chiffonniers ; Lamentable duplicité ; Idéologie contre Évangile ; Le prix d’une bonne conscience ; Un zeste de schizophrénie ; Roulez tambours ; L’argent n’a pas d’odeur (bis) ; Dis bonjour à la dame ! ; Avec un peu de retard Monseigneur ! ; L’argent n’a pas d’odeur ; L’ultime racket du voyage.

Lire la suite...
Année 2015

Un magistrat qui dérange l’ordre ! ; La Radio frappée de myopie culturellet ; Un idéal dans une réalité fragile : le mariage ! ; Deux terrorismes, un même style ; La bourde de son Éminence ; Au-delà du bien et du mal ; Gifler les pauvres ; Cachez ces crimes que je ne saurais voir ; Etrange mode ! ;  Nuance !

Lire la suite...
Année 2014

Mauvais procès - Deux poids deux mesures - Le synode, un exercice de discernement - Propre  en ordre ! - Un tourisme pas si innocent - La fausse clef - Vous êtes vieux, suicidez-vous ? - J'Lui, elle ou ...ça ? - Hôpital de campagne et Croix-Rouge - Il y a de la folie dans l'air - Le secret du pape François

Lire la suite...
Année 2013

Vous avez dit : un bon journal ? - On ne prête qu'aux riches - Quand la santé devient une maladie - Des poltrons, ces cardinaux ? - Lamentable solution finale - Le cléricalisme, voilà l'ennemi - Le pasteur a relégué aux oubliettes le pontife. Espérons qu'il n'en ressortira pas.

Lire la suite...