Le point de vue de Pierre Emonet sj

PierreEmonet 2016 portraitWeb 2 ced65

Directeur de la revue culturelle choisir, le trimestriel d'information et de réflexion édité par les jésuites de Suisse depuis près de soixante ans, Pierre Emonet se consacre à l'écriture et aux ministères ordinaires de la Compagnie: exercices spirituels dans la vie ou en retraites, accompagnement spirituel, prédication et aide dans le ministère paroissial.

Dans sa chronique, il jette un regard amical et critique sur l'actualité. Petit exercice de l'art ignatien du discernement pour se tenir à distance du politiquement correct.

Lui écrire Lui écrire


Le prix du salut (Mt 20,1-16)

Voici une petite histoire bien de saison en période de vendanges. Mais plus que célébrer les joies du pressoir, Jésus tient des propos provocateurs. J’entends les syndicats protester, et, avec eux, ceux et celles qui ont un minimum de sensibilité sociale. Car l’équité en prend un coup, quand bien même le salaire minimum est respecté et que le propriétaire s’en tient au contrat d’embauche.

Sans contester les exigences de la justice sociale, Jésus se situe sur un autre plan. Il pousse ses auditeurs hors de leurs repères, pour les inviter à élargir leurs perspectives. Qu’ils comprennent une bonne fois ce qu’est le salut, et ce que signifie le mot « grâce » si fréquent dans la bouche des chrétiens.

Comme autrefois les pharisiens et les scribes, les « bons pratiquants » s’imaginent facilement qu’ils ont acquis des droits sur Dieu. Ils considèrent leurs mérites comme un bon placement, et leur capital est à la mesure de leurs prestations. En d’autres mots : plus tu en fais, plus tu montes haut sur l’échelle du paradis. À ce prix, tu deviens l’auteur de ton salut, et Dieu ton débiteur. Tenace, la vieille tentation du pélagianisme refait surface. L’effort de l’homme évacue la bonté – la grâce – de Dieu, et menace le caractère gratuit du salut.

C’est bien ce que pensaient les ouvriers de la première heure. En rouspétant, ils ne laissaient aucune place à la bonté du propriétaire de la vigne. À leurs yeux, seules les heures de travail comptent dans le calcul du salaire, alors que leur employeur voit les choses d’un autre point de vue : « Ton regard est-il mauvais parce que moi je suis bon ? » N’as-tu donc pas compris qu’au soir de ta vie, au moment de la paye, ce n’est pas le seul travail fourni qui est la mesure du salaire, mais la bonté de Dieu ?

Inversion du mouvement. Tu penses grimper au ciel à la force de ton poignet, alors que c’est Dieu qui descend vers toi (Incarnation), sans rien te devoir, en pure gratuité. Les ouvriers de la première heure ne le comprennent pas, et avec eux ceux et celles qui transforment la vie chrétienne en une course d’obstacles dont la récompense n’a pas d’autre mesure que l’effort humain. Jésus leur rappelle que la foi, l’espérance et l’amour l’emportent sur la morale.

On ne se sauve pas soi-même, à la force de son poignet, pas plus que le baron de Münchhausen tentait de s’extraire du marécage en se tirant par les cheveux !

Pierre Emonet SJ  

Le pardon privilège divin (Mt, 18,21-35)

À Pierre qui lui pose une question légaliste (combien de fois ?), Jésus répond que le pardon ne relève pas d’une arithmétique ou d’un catalogue, mais d’une mystique qui repose sur l’attachement à Dieu. Le pardon que tu accordes révèle l’image que tu te fais de Dieu. La représentation du juge qui trône une balance à la main n’a réussi qu’à brouiller nos relations avec le Dieu de la tradition judéo-chrétienne. Le Dieu de Jésus Christ n’est pas le garant de l’équilibre « œil pour œil, dent pour dent ». Créateur, à l’origine de tout, il ne doit rien à personne. Libre de tout marchandage, pure gratuité, il est éternellement celui qui donne, jamais celui qui doit en retour. Le pardon fait partie de son identité.

Lire la suite : Le pardon privilège divin (Mt, 18,21-35)

Gérer les conflits (Mt 18,15-20)

Jésus n’est pas un gourou pour individus en mal d’expériences spirituelles. Celui qui a élevé le deuxième commandement à hauteur du premier, qui a donné sa vie « afin de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés » (Jn11,52) a fondé une communauté. Impossible être chrétien seul, on ne le devient que dans la mesure où on rejoint l’Église.

Lire la suite : Gérer les conflits (Mt 18,15-20)

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

Un délit qui n’en est pas un!

Jeudi 11 avril, le Ministère Public de Neuchâtel a auditionné le Pasteur Norbert Valley, poursuivi pour avoir logé et nourri un requérant d’asile togolais dont la demande a été refusée. L’homme était à la rue pendant la mauvaise saison. Ainsi donc, apporter son aide à un homme sans domicile et affamé constitue un délit d’un nouveau genre.

Lire la suite...
Ne pas s’approprier la place des victimes

LettreMorerodAbus mars19La découverte et la publication récurrente des scandales dans leur Église émeut les fidèles catholiques. Au nom de leur fidélité d’aucuns pensent que l’Église est victime d’une campagne de dénigrement, d’une chasse aux sorcières de la part de ses ennemis.

Lire la suite...
Les Béatitudes, opium ou sagesse?

Prétendre que quelque chose de mal est bon, voilà qui est abominable. Une vraie perversion. S’adressant à une foule de pauvres gens, Jésus semble leur dire: vous êtes pauvres, vous avez faim, vous pleurez, vous êtes persécutés, c’est votre chance. Comme s’il prêchait la résignation plutôt que la lutte pour s’en sortir. Opium du peuple? Et pourtant, les Béatitudes sont au cœur du message du Christ: un discours programmatique tranchant comme une lame.

Lire la suite...
Prendre soin de la maison commune ou la dévaster ?

Greta Thunberg sp119Greta Thunberg © Jan Ainali/Wikimedia CommonsMon journal relate deux événements qui s’entrechoquent avec violence. D’un côté la croisade en faveur du climat d’une jeune adolescente suédoise, Greta Thunberg (16 ans) qui, au terme d’un long voyage en train se pointe dans le milieu aseptisé du Forum économique mondiale à Davos pour réveiller les participants et leur faire prendre conscience de l’urgence de la situation, comme elle l’avait fait en décembre dernier à Katowice, à la conférence l'ONU sur le climat (COP24).

Lire la suite...
Le grand-écart jusqu’au point de rupture

Jeff Bezos 2016Jeff Bezos © Senior Master Sgt. Adrian Cadiz/wikimedia commonsUn rapport d'Oxfam publié le 21 janvier rapporte que vingt-six milliardaires possèdent autant d’argent que la moitié la plus pauvre de l'humanité (3,8 milliards). L'homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, le patron d'Amazon, dispose d’une richesse qui a atteint 112 milliards de dollars l'an dernier, tandis que le budget de santé de l'Éthiopie correspond au 1% de sa fortune!

Lire la suite...
Année 2018

Une myopie pas si innocente ; La clef dans le porte-monnaie ; Discernement ; Gaudete et Exsultate ; L’observateur myope ; Cruel et cynique ; Au mépris de l'éthique ; Propos d'un postillon qui se croit philosophe ; Démocratie ou ploutocratie ? ; Le journal mieux que les savants ; Christ Roi ou la tentation politique ; Une cage pour le Saint-Esprit

Lire la suite...
Année 2017

Conscience contre violence ; La démocratie en péril ; Mars, le dieu de la violence ; Strabisme ; La prière instrumentalisée ; Deviens ce que tu manges ; Des mœurs indignes ; Des records bien honteux ; Un carnaval hors prix ; Un cadeau d'anniversaire ; Quelle justice? ; Une belle hypocrisie ; Juteuse promotion ! ; Tardive reconnaissance ; Choquant ; Le temps n'abolit pas l'injustice ; Le culte de l’argent assassin.

Lire la suite...
Année 2016

L’argent sans odeur, mais couleur rouge sang; Étonnement ! ; La paix des morts ; Querelle de chiffonniers ; Lamentable duplicité ; Idéologie contre Évangile ; Le prix d’une bonne conscience ; Un zeste de schizophrénie ; Roulez tambours ; L’argent n’a pas d’odeur (bis) ; Dis bonjour à la dame ! ; Avec un peu de retard Monseigneur ! ; L’argent n’a pas d’odeur ; L’ultime racket du voyage.

Lire la suite...
Année 2015

Un magistrat qui dérange l’ordre ! ; La Radio frappée de myopie culturellet ; Un idéal dans une réalité fragile : le mariage ! ; Deux terrorismes, un même style ; La bourde de son Éminence ; Au-delà du bien et du mal ; Gifler les pauvres ; Cachez ces crimes que je ne saurais voir ; Etrange mode ! ;  Nuance !

Lire la suite...
Année 2014

Mauvais procès - Deux poids deux mesures - Le synode, un exercice de discernement - Propre  en ordre ! - Un tourisme pas si innocent - La fausse clef - Vous êtes vieux, suicidez-vous ? - J'Lui, elle ou ...ça ? - Hôpital de campagne et Croix-Rouge - Il y a de la folie dans l'air - Le secret du pape François

Lire la suite...
Année 2013

Vous avez dit : un bon journal ? - On ne prête qu'aux riches - Quand la santé devient une maladie - Des poltrons, ces cardinaux ? - Lamentable solution finale - Le cléricalisme, voilà l'ennemi - Le pasteur a relégué aux oubliettes le pontife. Espérons qu'il n'en ressortira pas.

Lire la suite...