Le point de vue de Pierre Emonet sj

PierreEmonet 2016 portraitWeb 2 ced65

Directeur de la revue culturelle choisir, le trimestriel d'information et de réflexion édité par les jésuites de Suisse depuis près de soixante ans, Pierre Emonet se consacre à l'écriture et aux ministères ordinaires de la Compagnie: exercices spirituels dans la vie ou en retraites, accompagnement spirituel, prédication et aide dans le ministère paroissial.

Dans sa chronique, il jette un regard amical et critique sur l'actualité. Petit exercice de l'art ignatien du discernement pour se tenir à distance du politiquement correct.

Lui écrire Lui écrire


Deux papes ? Un de trop !

L’opinion de Benoît XVI sur le célibat sacerdotal ne justifie pas l’agitation suscitée par la publication du livre cosigné avec le cardinal Sarah. Un théologien, comme tout chrétien, peut avoir ses préférences, surtout lorsqu’il s’agit de questions ouvertes. À chaque école ses raisons!

Plus que de ses propos, le malaise actuel vient de l’ambiguïté du statut de l’ex-pape. Élu par le conclave le 19 avril 2005, le cardinal Ratzinger, suivant le protocole, s’était retiré dans une petite pièce annexe à la Chapelle Sixtine où il avait abandonné ses vêtements de cardinal pour revêtir les habits de sa nouvelle fonction : soutane blanche, mosette rouge, étole chamarrée et les fameux souliers rouges. Entré cardinal, il en était ressorti pape !

Au moment de renoncer au ministère de Pierre, l’ex-pape semble n’avoir pas trouvé le chemin de la bonne sortie. Comme si le ministère d’évêque de Rome était un état de vie et non une fonction, il n’est pas repassé par la petite sacristie pour y reprendre ses habits de cardinal. Cantonné dans un statut ambigu et inédit, pape émérite plutôt qu’ex-pape, habillé de blanc, résidant au Vatican, prenant position à l’encontre de son successeur sur des questions controversées, il n’en a pas fallu plus pour que l’opinion publique parle de deux papes.

Il se peut que l’ex-pape Benoît ait été utilisé malgré lui par le cardinal Sarah et les milieux conservateurs qui ne manquent pas une occasion de jouer un pape contre l’autre. Reste que sa mauvaise sortie, exploitée par ceux qui résistent par tous les moyens à la nécessaire réforme entreprise par le pape François, engendre une situation dangereuse pour la paix et l’unité de l’Église. 

La marche de l’humanité

LesRoisMages 1440Réflexion autour de l’Épiphanie par Pierre Emonet sj - Blanc, jaune et noir selon la tradition, les trois mages incarnent l’humanité tout entière, toutes races et cultures confondues dans la recherche du salut, d’un Paradis perdu. Une question les habite: «où est le chemin?». Melchior porte l’or, symbole du pouvoir économique, de toutes les convoitises, source de toutes les guerres; à Gaspard, l’encens des prières, des religions et des offrandes destinées à gagner la faveur des dieux, racine d’intolérance; pour Balthazar, la myrrhe aux vertus curatives, les promesses de santé qui éloignent la mort et défient le ciel.

Une étoile leur a fait signe et les a mis en en route, une inspiration venue d’ailleurs, de plus haut, du ciel peut-être, à moins que ce ne soit une nostalgie ancrée au plus profond de leur cœur, l’obscur objet de leurs désirs. Dans l’agitation de la cité leur recherche sème le trouble. Les détenteurs du pouvoir politique, économique, scientifique ou religieux se sentent menacés. Chacune campe sur ses acquis, prêt à les défendre au prix du meurtre, comme Hérode. Les financiers ne lâchent rien; les religieux ne se posent plus de questions; les scientifiques savent et peuvent tout. L’étoile pâlit en présence des séductions de la ville. Qui dira la route aux pèlerins de l’absolu?

Restent les Écritures, et les prophètes, ceux dont le regard porte plus loin et plus haut que les affaires en cours. Forts de leur science, les fonctionnaires du sacré savent interpréter leur message et indiquer la bonne direction, sans pour autant faire un pas en avant: «Ils disent et ne font pas» (Mt 23,3). Réorientés, les trois mages, et avec eux tous ceux et celles qui cherchent leur route, repartent dans la bonne direction. L’étoile brille à nouveau dans leur ciel et leur cœur; la joie et la paix qui les habitent confirment qu’ils touchent au but. Une fois l’or, l’encens et la myrrhe offerts à plus pauvre et plus grand, il n’est plus question de retourner en arrière, vers les séductions de ce monde. Qui a trouvé le Christ s’en retourne par un autre chemin, libre et libéré, le cœur en fête.

Faut-il aller voir ailleurs?

Saint Jean Baptiste de Rogier Van der Weyden 1450 volet gauche du Triptyque de la famille BraquePierre Emonet sj - Impressionnant d’austérité, Jean Baptiste. Sa vie dans le désert, son régime alimentaire, la sévérité de sa prédication, son annonce d’un jugement imminent, le personnage séduisait. En comparaison, le style de vie et la prédication de Jésus sont déconcertants. L’un parle du Règne de Dieu qui va venir comme un jugement redoutable et il réprimande les pécheurs pour les pousser à la conversion. L’autre dit que le Règne est déjà présent comme un havre de miséricorde. Loin de tenir les pécheurs à distance, il les fréquente et mange avec eux: pas de sauterelles au menu comme dans le désert! On le dit glouton et ivrogne. L’austère Baptiste qui attendait un plus fort que lui reste perplexe. Ne faut-il pas en attendre un autre? De sa prison, il envoie ses disciples enquêter.

Lire la suite : Faut-il aller voir ailleurs?

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Archives

Année 2013

Vous avez dit : un bon journal ? - On ne prête qu'aux riches - Quand la santé devient une maladie - Des poltrons, ces cardinaux ? - Lamentable solution finale - Le cléricalisme, voilà l'ennemi - Le pasteur a relégué aux oubliettes le pontife. Espérons qu'il n'en ressortira pas.

Année 2014

Mauvais procès - Deux poids deux mesures - Le synode, un exercice de discernement - Propre  en ordre ! - Un tourisme pas si innocent - La fausse clef - Vous êtes vieux, suicidez-vous ? - J'Lui, elle ou ...ça ? - Hôpital de campagne et Croix-Rouge - Il y a de la folie dans l'air - Le secret du pape François

Année 2015

Un magistrat qui dérange l’ordre ! ; La Radio frappée de myopie culturellet ; Un idéal dans une réalité fragile : le mariage ! ; Deux terrorismes, un même style ; La bourde de son Éminence ; Au-delà du bien et du mal ; Gifler les pauvres ; Cachez ces crimes que je ne saurais voir ; Etrange mode ! ;  Nuance !

Année 2016

L’argent sans odeur, mais couleur rouge sang; Étonnement ! ; La paix des morts ; Querelle de chiffonniers ; Lamentable duplicité ; Idéologie contre Évangile ; Le prix d’une bonne conscience ; Un zeste de schizophrénie ; Roulez tambours ; L’argent n’a pas d’odeur (bis) ; Dis bonjour à la dame ! ; Avec un peu de retard Monseigneur ! ; L’argent n’a pas d’odeur ; L’ultime racket du voyage.

Année 2017

Conscience contre violence ; La démocratie en péril ; Mars, le dieu de la violence ; Strabisme ; La prière instrumentalisée ; Deviens ce que tu manges ; Des mœurs indignes ; Des records bien honteux ; Un carnaval hors prix ; Un cadeau d'anniversaire ; Quelle justice? ; Une belle hypocrisie ; Juteuse promotion ! ; Tardive reconnaissance ; Choquant ; Le temps n'abolit pas l'injustice ; Le culte de l’argent assassin.