Le point de vue de Pierre Emonet sj

PierreEmonet 2016 portraitWeb 2 ced65

Directeur de la revue culturelle choisir, le trimestriel d'information et de réflexion édité par les jésuites de Suisse depuis près de soixante ans, Pierre Emonet se consacre à l'écriture et aux ministères ordinaires de la Compagnie: exercices spirituels dans la vie ou en retraites, accompagnement spirituel, prédication et aide dans le ministère paroissial.

Dans sa chronique, il jette un regard amical et critique sur l'actualité. Petit exercice de l'art ignatien du discernement pour se tenir à distance du politiquement correct.

Lui écrire Lui écrire


Renversement de perspective (Mt 25,31-46)

Assis au sommet de la pyramide de la hiérarchie, le roi incarne l’autorité suprême, la source du droit: les lois, le jugement, la sanction, tout dépend de lui. Ses décrets, ses représentants et ses officiers le rendent présent dans tous les points de son royaume. Jésus a eu beau fuir l’enthousiasme des foules qui voulaient le faire roi après la multiplication des pains, la piété populaire l’a rattrapé et l’iconographie en témoigne. Dans de nombreuses absides, le Christ trône tel un nouveau Charlemagne à la barbe fleurie, couronne en tête et sceptre à la main. Les nostalgiques de l’ancien régime et certaines formations politiques ont aimé défiler étendards au vent, chantant triomphalement «Parle, commande, règne…» comme un roi de ce monde.

Lire la suite : Renversement de perspective (Mt 25,31-46)

Le risque, un devoir (Mt 25, 14-30)

Sans tarder, les deux premiers serviteurs ont entrepris de faire fructifier les talents reçus. Ils se sont bougés et ont pris des risques. Peu importe ce qu’ils ont gagné; peu ou beaucoup, leur mérite est d’avoir fait prospérer ce qui leur avait été confié. Le troisième personnage n’a rien entrepris. Il s’est contenté de mettre à l’abri le talent qui lui avait été confié, pour le restituer sans dommage, en toute bonne conscience. Plus attentif à lui-même qu’au maître qui lui avait fait confiance, il n’a pas osé prendre des risques. C’est bien ce qui lui est reproché. Son immobilisme et son manque de courage le condamnent.

Lire la suite : Le risque, un devoir (Mt 25, 14-30)

Une mauvaise querelle

Mme la conseillère fédérale Keller-Sutter et les jeunes libéraux-radicaux (JLR) reprochent aux Églises leur engagement en faveur de l'initiative pour des multinationales responsables. A les entendre les Églises en tant qu'institutions de droit public sont tenues de ne pas se mêler de politique. C'est oublier que dans le débat actuel plus que d'un objet purement politique, il en va des valeurs éthiques. Sur ce terrain les Églises ont non seulement le droit à la parole mais le devoir et la liberté de prendre position. Les Églises allemandes auraient-elles dû s'abstenir de condamner le nazisme sous prétexte de ne pas se mêler de politique? A l'inverse, on a reproché aux évêques espagnols leur silence face aux excès du très catholique dictateur !!!

Les Béatitudes, chemin pascal au quotidien (Mt 5,1-12)

Bienheureux, a-t-il dit? On rêve aussitôt d’une félicité et d’un succès à portée de mains, pour bien vite déchanter. En lieu et place des recettes miracles attendues, le Christ propose une série d’attitudes à rebrousse-poil, inacceptables pour une génération dont le credo est «mieux vaut être bien portant et riche que pauvre et malheureux». Le bonheur c’est la richesse, la considération, le succès, l’assurance de ne manquer de rien, de triompher sur tous les plans. La pauvreté, les larmes, le refus de la violence, le combat pour la justice, le pardon, une conscience intègre ou la persécution n’ont jamais balisé le chemin du bonheur. Adhérer aux Béatitudes c’est se ranger parmi les perdants. Résister au chant des sirènes c’est passer pour un benêt, au mieux un original.

Lire la suite : Les Béatitudes, chemin pascal au quotidien (Mt 5,1-12)

La bonne réponse, et plus (Mt 22,34-40)

Les adversaires de Jésus tentent une fois de plus de le piéger. Après avoir vainement essayé de le compromettre politiquement avec une question sur les taxes imposées par l’occupant romain, et qu’il ait fermé la bouche des sadducéens à propos de la résurrection des morts, les pharisiens reviennent à la charge avec une question fondamentale. Parce que cette fois-ci il ne s’agit plus de casuistique, de savoir ce qui est permis ou défendu, mais qu’il en va du fondement de toute la religion en Israël, les pharisiens lui envoient un docteur de la Loi, un théologien homologué!

Lire la suite : La bonne réponse, et plus (Mt 22,34-40)

Religion et politique, le piège (Mt 22,15-21)

Les ennemis se sont entendus pour tendre un piège à Jésus. Les pharisiens, qui détestent les Romains mais s’en accommodent, espèrent qu’il dira «non, il n’est pas permis de payer l’impôt à l’empereur». Il sera alors coupable de rébellion contre l’occupant. Les partisans d’Hérode, prêts à tout concéder aux Romains, comptent qu’il réponde «oui, c’est permis». On l’accusera alors de compromis incompatibles avec la Loi. Pris en tenailles, Jésus a peu de chances d’échapper. C’était sans compter avec sa légendaire liberté de parole, que ces hypocrites reconnaissaient sans se douter qu’elle allait se retourner contre eux.

Lire la suite : Religion et politique, le piège (Mt 22,15-21)

Gérants, pas propriétaires (Mt 21, 33-43)

Une fois encore Jésus s’adresse aux grands prêtres et aux anciens du peuple, aux responsables religieux, à ceux dont le rôle est d’accompagner les autres dans leur relation à Dieu.
Dans le langage et l’imaginaire religieux de l’époque, Israël était la vigne du Seigneur, et les divers serviteurs envoyés pour recueillir la vendange étaient les prophètes qui se sont succédés au cours des siècles. Jésus repasse de manière imagée l’histoire du peuple juif, de sa relation plutôt ingrate avec Dieu, de son mépris des prophètes et, finalement, de l’assassinat du fils perçu comme une anticipation de la mort du Christ. En filigrane, il reproche aux responsables religieux de vouloir mettre la main sur les relations entre Dieu et les hommes, de détourner la religion pour leur propre profit, en un mot, de se comporter en propriétaires et de prendre la place de Dieu.

Lire la suite : Gérants, pas propriétaires (Mt 21, 33-43)

En avant la vie (Mt 21,28-32)

La parabole des deux fils ressemble à ces tests que proposent les Magazines pour vous faire découvrir votre profil psychologique. Deux personnages incarnent deux types de chrétiens, deux portraits pour deux enseignements. D’un côté, le pratiquant mal commode, critique et râleur, régulièrement dans l’opposition, qui commence toujours par dire non, mais qui finit par marcher. De l’autre, le béni-oui-oui, qui ne bouge pas et n’en fait qu’à sa tête. Avec lequel pouvez-vous vous identifier?

Lire la suite : En avant la vie (Mt 21,28-32)

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

Un délit qui n’en est pas un!

Jeudi 11 avril, le Ministère Public de Neuchâtel a auditionné le Pasteur Norbert Valley, poursuivi pour avoir logé et nourri un requérant d’asile togolais dont la demande a été refusée. L’homme était à la rue pendant la mauvaise saison. Ainsi donc, apporter son aide à un homme sans domicile et affamé constitue un délit d’un nouveau genre.

Lire la suite...
Ne pas s’approprier la place des victimes

LettreMorerodAbus mars19La découverte et la publication récurrente des scandales dans leur Église émeut les fidèles catholiques. Au nom de leur fidélité d’aucuns pensent que l’Église est victime d’une campagne de dénigrement, d’une chasse aux sorcières de la part de ses ennemis.

Lire la suite...
Les Béatitudes, opium ou sagesse?

Prétendre que quelque chose de mal est bon, voilà qui est abominable. Une vraie perversion. S’adressant à une foule de pauvres gens, Jésus semble leur dire: vous êtes pauvres, vous avez faim, vous pleurez, vous êtes persécutés, c’est votre chance. Comme s’il prêchait la résignation plutôt que la lutte pour s’en sortir. Opium du peuple? Et pourtant, les Béatitudes sont au cœur du message du Christ: un discours programmatique tranchant comme une lame.

Lire la suite...
Prendre soin de la maison commune ou la dévaster ?

Greta Thunberg sp119Greta Thunberg © Jan Ainali/Wikimedia CommonsMon journal relate deux événements qui s’entrechoquent avec violence. D’un côté la croisade en faveur du climat d’une jeune adolescente suédoise, Greta Thunberg (16 ans) qui, au terme d’un long voyage en train se pointe dans le milieu aseptisé du Forum économique mondiale à Davos pour réveiller les participants et leur faire prendre conscience de l’urgence de la situation, comme elle l’avait fait en décembre dernier à Katowice, à la conférence l'ONU sur le climat (COP24).

Lire la suite...
Le grand-écart jusqu’au point de rupture

Jeff Bezos 2016Jeff Bezos © Senior Master Sgt. Adrian Cadiz/wikimedia commonsUn rapport d'Oxfam publié le 21 janvier rapporte que vingt-six milliardaires possèdent autant d’argent que la moitié la plus pauvre de l'humanité (3,8 milliards). L'homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, le patron d'Amazon, dispose d’une richesse qui a atteint 112 milliards de dollars l'an dernier, tandis que le budget de santé de l'Éthiopie correspond au 1% de sa fortune!

Lire la suite...
Année 2018

Une myopie pas si innocente ; La clef dans le porte-monnaie ; Discernement ; Gaudete et Exsultate ; L’observateur myope ; Cruel et cynique ; Au mépris de l'éthique ; Propos d'un postillon qui se croit philosophe ; Démocratie ou ploutocratie ? ; Le journal mieux que les savants ; Christ Roi ou la tentation politique ; Une cage pour le Saint-Esprit

Lire la suite...
Année 2017

Conscience contre violence ; La démocratie en péril ; Mars, le dieu de la violence ; Strabisme ; La prière instrumentalisée ; Deviens ce que tu manges ; Des mœurs indignes ; Des records bien honteux ; Un carnaval hors prix ; Un cadeau d'anniversaire ; Quelle justice? ; Une belle hypocrisie ; Juteuse promotion ! ; Tardive reconnaissance ; Choquant ; Le temps n'abolit pas l'injustice ; Le culte de l’argent assassin.

Lire la suite...
Année 2016

L’argent sans odeur, mais couleur rouge sang; Étonnement ! ; La paix des morts ; Querelle de chiffonniers ; Lamentable duplicité ; Idéologie contre Évangile ; Le prix d’une bonne conscience ; Un zeste de schizophrénie ; Roulez tambours ; L’argent n’a pas d’odeur (bis) ; Dis bonjour à la dame ! ; Avec un peu de retard Monseigneur ! ; L’argent n’a pas d’odeur ; L’ultime racket du voyage.

Lire la suite...
Année 2015

Un magistrat qui dérange l’ordre ! ; La Radio frappée de myopie culturellet ; Un idéal dans une réalité fragile : le mariage ! ; Deux terrorismes, un même style ; La bourde de son Éminence ; Au-delà du bien et du mal ; Gifler les pauvres ; Cachez ces crimes que je ne saurais voir ; Etrange mode ! ;  Nuance !

Lire la suite...
Année 2014

Mauvais procès - Deux poids deux mesures - Le synode, un exercice de discernement - Propre  en ordre ! - Un tourisme pas si innocent - La fausse clef - Vous êtes vieux, suicidez-vous ? - J'Lui, elle ou ...ça ? - Hôpital de campagne et Croix-Rouge - Il y a de la folie dans l'air - Le secret du pape François

Lire la suite...
Année 2013

Vous avez dit : un bon journal ? - On ne prête qu'aux riches - Quand la santé devient une maladie - Des poltrons, ces cardinaux ? - Lamentable solution finale - Le cléricalisme, voilà l'ennemi - Le pasteur a relégué aux oubliettes le pontife. Espérons qu'il n'en ressortira pas.

Lire la suite...