PierreEmonet 2016 portraitWeb 2 ced65

Le point de vue de Pierre Emonet sj

Directeur de la revue choisir, mensuel culturel jésuite, Pierre Emonet jette un regard amical et critique sur l'actualité. Petit exercice de l'art ignatien du discernement pour se tenir à distance du politiquement correct.


Mars 2018

Discernement

Dialoguant avec un groupe de jésuites, lors de son voyage au Chili, le pape François a affirmé qu’actuellement, le plus grand besoin de l’Église est la pratique du discernement, comme cela est très clairement exprimé dans les objectifs pastoraux de l’Exhortation Amoris laetitia. «Nous avons été habitués à du ‘c’est permis ou ce n’est pas permis’. La morale exposée dans Amoris laetitia est la morale thomiste la plus classique, celle de saint Thomas, mais pas celle du thomisme décadent que certains ont étudié. Moi-même, au cours de ma formation, j’ai appris le ‘c’est permis ou ce n’est pas permis’, ‘jusque-là c’est possible, jusque-là ce n’est pas possible’… Cette manière de faire de la théologie fondée sur des limites, nous en subissons encore les conséquences».

En dénonçant cette théologie du permis et défendu, le pape François met le doigt sur le malaise suscité par l’enseignement d’Amoris laetitia concernant la communion à des personnes divorcées et remariées. Des cardinaux, des évêques, de simples fidèles formatés par un enseignement légaliste n’ont pas hésité à accuser le pape d’hérésie. Plus inquiétants ces jeunes prêtres, à peine sortis du séminaire, qui critiquent avec beaucoup d’aplomb le pape. Déstabilisés par l’Évangile, ils se réfugient dans le Droit Canon.

Le discernement n’est pas une manière commode de s’affranchir du joug du légalisme. Il ne s’agit pas d’une science exacte, ni d’une théologie, mais d’un art délicat, d’une activité spirituelle. Sa pratique se vit dans la mouvance d’une vie qui cherche sincèrement à s’aligner sur celle du Christ. Elle suppose un climat de prière, la lecture assidue de l’Évangile et sa méditation. Elle requiert également le dialogue avec la communauté ecclésiale, qui, sans s’interposer entre Dieu et la personne pour lui dire ce qu’elle doit faire, la renvoie à elle-même et l’aide à rester objective dans sa recherche d’une solution. Tout un travail plus exigeant que l’application automatique d’un article de loi.

Février 2018

La clef dans le porte-monnaie

À cause du droit sacré au libre accès aux armes, les fous et les malfaiteurs sèment la mort aux USA. À grande échelle. Le nombre des victimes impressionne : 58 morts et 527 blessés le 1 octobre 2017 à Las Vegas, 17 jeunes collégiens en Floride le 14 février dernier pour la 18ème fusillade dans un établissement scolaire depuis le début de l’année. Comment endiguer cette violence endémique dont la jeunesse paie le prix fort ? Valeureux va-t-en-guerre, le président des États Unis propose deux remèdes inattendus : interdire les mécanismes qui permettent de tirer en rafales, et armer les enseignants des établissements scolaires. Continuez à canarder vos victimes, mais qu’une à la fois ! C’est tout de même un progrès. Armons les victimes potentielles. Plutôt que de désarmer la violence opposons lui la violence. La guérilla au service de la paix et de la sécurité ! Mais par-dessus tout que l’on ne touche pas au principe sacré, ancré dans un amendement de la Constitution : « Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d'un État libre, le droit qu'a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé. » À qui demanderait où le président va chercher ses solutions, une jeune collégienne de 18 ans, Emma Gonzales, rescapée de la dernière fusillade de Floride, répond : « Si le président me dit en face que c’était une terrible tragédie (…) et qu’on ne peut rien y faire, je lui demanderai combien il a touché de la National Rifle Association. Je le sais : 30 millions de dollars… C’est ce que valent ces gens pour vous, M. Trump ? » 30 millions de dollars de la part du NRA dont le revenu annuel en 2016 était de 400 millions en 2016, une paille ! Mais 30 millions c’est tout de même un peu plus que les 30 deniers auxquels a été vendu le plus grand innocent de tous les temps. La clef du problème se cache dans le porte-monnaie.

Janvier 2018

Une myopie pas si innocente

Jamais, comme en ce début d’année, l’argent n’a été aussi scandaleusement omniprésent. Davos a occupé le devant de la scène, avec, en vedette, le commis-voyageur américain qui fait de la politique à la manière d’un marchand de tapis. Et, puisque le changement d’année invite à vérifier sa cassette, cet étonnant bilan : en 2017, le 1% des personnes les plus riches n’ont pas seulement accaparé le 83% de la richesse, mais grâce à des manœuvres fiscales elles ont soustrait 200 milliards de dollars au fisc. Une performance d’autant plus redoutable qu’il naît un milliardaire tous les deux jours. Pour l’an passé, on en compte 2050. En 2016 leur richesse a augmenté de 730 milliards de francs, une somme qui permettrait d’en finir pas moins de 7 fois avec la pauvreté extrême dans le monde.

Une chose me semble évidente. Lorsque la richesse devient si vaste et disproportionnée, les frontières de la réalité sont repoussées si loin que les besoins ordinaires de la majorité se trouvent hors du champ visuel.

Les chroniqueurs

etienne perrotLe coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

PierreEmonet 2016 portraitWeb 2 1bb49Le point de vue
de Pierre Emonet sj

BrunoWeb 2 95ea8La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

LucRuedin vertical22 ef721Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

JB FellayD'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

J LambertLe triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

jean-bernard livioLes journées bibliques
de Jean-Bernard Livio sj

albert longchampLe coin lecture
d'Albert Longchamp sj

Archives

Année 2013

Vous avez dit : un bon journal ? - On ne prête qu'aux riches - Quand la santé devient une maladie - Des poltrons, ces cardinaux ? - Lamentable solution finale - Le cléricalisme, voilà l'ennemi - Le pasteur a relégué aux oubliettes le pontife. Espérons qu'il n'en ressortira pas.

Année 2014

Mauvais procès - Deux poids deux mesures - Le synode, un exercice de discernement - Propre  en ordre ! - Un tourisme pas si innocent - La fausse clef - Vous êtes vieux, suicidez-vous ? - J'Lui, elle ou ...ça ? - Hôpital de campagne et Croix-Rouge - Il y a de la folie dans l'air - Le secret du pape François

Année 2015

Un magistrat qui dérange l’ordre ! ; La Radio frappée de myopie culturellet ; Un idéal dans une réalité fragile : le mariage ! ; Deux terrorismes, un même style ; La bourde de son Éminence ; Au-delà du bien et du mal ; Gifler les pauvres ; Cachez ces crimes que je ne saurais voir ; Etrange mode ! ;  Nuance !

Année 2016

L’argent sans odeur, mais couleur rouge sang; Étonnement ! ; La paix des morts ; Querelle de chiffonniers ; Lamentable duplicité ; Idéologie contre Évangile ; Le prix d’une bonne conscience ; Un zeste de schizophrénie ; Roulez tambours ; L’argent n’a pas d’odeur (bis) ; Dis bonjour à la dame ! ; Avec un peu de retard Monseigneur ! ; L’argent n’a pas d’odeur ; L’ultime racket du voyage.

Année 2017

Conscience contre violence ; La démocratie en péril ; Mars, le dieu de la violence ; Strabisme ; La prière instrumentalisée ; Deviens ce que tu manges ; Des mœurs indignes ; Des records bien honteux ; Un carnaval hors prix ; Un cadeau d'anniversaire ; Quelle justice? ; Une belle hypocrisie ; Juteuse promotion ! ; Tardive reconnaissance ; Choquant ; Le temps n'abolit pas l'injustice ; Le culte de l’argent assassin.