Le coup d'épingle d’Étienne Perrot sj

EPerrot18 Les journaux sont pleins de phrases extraordinaires. Car les journalistes laissent parfois couler de leur plume des mots... à double sens, des contradictions flagrantes, des lapsus qui révèlent l'inconscient social caché sous des évidences élémentaires. Étienne Perrot sj, polygraphe posté aux frontières de l'économie, de la sociologie et de la politique, s'est piqué au jeu.

Tous les huit ou dix jours, il épingle un mot, une phrases, une expression triviale et creuse les enjeux de société qui sont enfouis dedans.

Étienne Perrot tient également un blog sur le site de la revue Études  www.revue-etudes.com

Lui écrire Lui écrire


Revenu universel

Le ralentissement de l’activité économique, et l’arrêt quasi complet de certains secteurs comme le transport aérien des personnes, ou le tourisme, ont révélé des poches de chômage involontaire, aux effets tragiques. Certes, l’activité partielle est, pour une durée indéterminée -mais qui ne saurait durer trop longtemps- complétée par des assurances chômages prévues à cet effet; mais ce système de solidarité organisé ne couvre pas tous les cas de détresse. C’est pourquoi, face à la crise du coronavirus, pratiquement tous les gouvernements ont entonné le même refrain: pour éviter les faillites qui hypothèqueraient la reprise économique après la fin du confinement sanitaire, l’État assure une part plus ou moins grande du manque-à-gagner provoqué par le ralentissement de l’activité, -pour certains secteurs, l’arrêt complet. Pour la fiscalité, l’administration Trump parle d’un crédit d’impôt de 1'200 dollars sous condition de ressources. Sont convoquées les subventions, ainsi que le rééchelonnement des dettes, les facilités d’endettement par une politique monétaire refinançant les créances à guichet ouvert, c’est à dire pratiquement sans limite. Dans ce contexte qui sollicite tous les outils entre les mains des pouvoirs publics, l’idée du revenu universel refait surface. Le pape François lui-même, dans une logique qui ne sépare jamais l'économique du social, a évoqué cette voie le dimanche 12 avril dernier - dimanche de Pâques - dans une lettre adressée aux associations populaires. Le but est de tenir compte de tous les entrepreneurs individuels et des travailleurs free-lances, individus dans des situations atypiques, stoppés brutalement dans leurs activités lucratives.

Le discours de la reine

Par Étienne Perrot sj - Dimanche 5 avril 2020, alors que le premier ministre de Grande Bretagne, atteint du coronavirus, souffrait à l’hôpital et que l’épidémie tutoyait les sommets dans le pays -le nombre de décès ayant dépassé les cinq milles dans le royaume-, la reine Elizabeth II prononçait un discours qui m’a profondément touché. La reine s’est adressée dans une intervention télévisée aux habitants du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, ainsi qu’à ceux du Commonwealth. Sa tenue d’une coupe sobre, son maintien digne et posé, le débit de sa voix, tout en elle respirait une grave sérénité. Ses paroles portaient un message d’espérance, le rappel des heures sombres dont le pays avait su se dégager, le courage des habitants et, particulièrement, de ceux qui, aujourd’hui, en première ligne sur le front du combat contre le virus, affrontaient le danger avec une pugnacité au-dessus de tout éloge.

Au-delà de la victoire médicale

Dans une lettre manuscrite envoyé le 28 mars dernier à un ami argentin -mais publiée par les médias- le pape François honore le personnel de santé et fustige ceux qui font passer l’économie avant le soin aux victimes du coronavirus. C’est une façon de traduire un bon sens théologique, bien argumentée par un médecin théologien de Genève, selon qui ne tient pas la route l’idée de «punition divine» envers une humanité pécheresse. Ce devrait être une évidence trois siècles après les Lumières, et qui plus est, après vingt siècles de tradition judéo-chrétienne. Coulée dans ces mêmes traditions de pensée, toute attitude fataliste est exclue, comme si la crise provoquée par le Covid-19 était écrite dans le ciel, et s’imposait à une humanité qui ne pourrait alors que pâtir sans pouvoir agir.

En marge du bonheur

Qui l’eut cru? Vendredi dernier, 20 mars, était «la journée mondiale du bonheur». Cette journée avait été instituée en 2012 par l’ONU, à l’époque où le monde pensait être sorti de la crise financière de 2008. Parler de bonheur en mars 2020, lorsque la crise du coronavirus frappe de plein fouet l’Europe et les États-Unis, que les morts se comptent par milliers, après avoir gelé pendant trois mois la vie asiatique, en Chine dès la fin du mois de décembre, puis au Japon, en Corée, en Australie … c’est de l’humour noir!

Les statistiques du virus

Puisqu’il faut trouver un responsable de la pandémie du coronavirus, on pense immédiatement au gouvernement, d’abord celui de la Chine, coupable de n’avoir pas pris à temps les mesures qui auraient permis de circonscrite à Wuhan l’épidémie, puis les gouvernements des divers pays contaminés, en Europe tout particulièrement.

Vaincre, et après ?

Covid19 GerdAltmann PiyabayPar Étienne Perrot sj - Je m’inscris en faux contre l’adage «si tu veux la paix, prépare la guerre». Je pense, au contraire, que si tu veux la paix, il faut que tu prépares la paix. C’est pour l’avoir oublié que la «grande guerre», celle de 1914-1918, la «der des der», celle qui devait être la dernière, comme le prétendait mon arrière-grand-père, a engendré la seconde guerre mondiale. C’est la raison pour laquelle, dans la guerre économique, et pas simplement biologique, que nous menons contre un ennemi atypique, le coronavirus, il est bon de prévoir les lendemains de la victoire.

Panique sur les marchés financiers

Home schema coronavirus Wikipar Étienne Perrot sj - Les banques centrales sont appelées à calmer les effets économiques du coronavirus. La banque d’Angleterre, tout comme la banque d’Australie, ont diminué leur taux de base de 0,25 points. La banque centrale européenne, tout comme celle de la Confédération, se sont dit prêtes à prendre des mesures de soutien à l’économie, sans pour l’instant passer aux actes. Il est vrai que les taux négatifs ne leurs permettent plus une grande marge d’assouplissement. Mardi 3 mars 2020, la Fed (la Réserve fédérale des États-Unis) a créé la surprise en annonçant dans la précipitation une baisse de 0,5 points de base du taux américain. Les marchés boursiers ont immédiatement réagi, d’une manière mécanique pourrait-on dire, par une hausse, avant de retomber.

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Séparatisme islamiste

    Étienne Perrot sj - L’histoire religieuse de la Suisse, ses cantons à dénomination «protestante» ou «catholique», puis l’accession à une véritable laïcité respectueuse des droits humains en matière de liberté de

    Lire la suite
  • Dessins de presse

    EpingleChappatte Expo2020 © Chappatte À l’occasion de l’exposition du dessin de presse, présentée au Musée des Beaux-Arts du Locle , j’épingle le rôle de l’humour dans la vie sociale. Comme le signale un confrère

    Lire la suite
  • Superstitions

    Nous baignons depuis plus de trois siècles dans le rationalisme du XVIIe siècle. Mais en dépit de Descartes, de Spinoza, de Leibnitz, en dépit des sarcasmes des Encyclopédistes du XVIIIe

    Lire la suite
  • L'indispensable aide sociale

    CAR Banner CaritasCH Kim f 970x547 Étienne Perrot s j - Jamais n’a semblé plus pertinente la formule du pape Pie XII, reprise par le pape François: «La politique est la forme la plus haute de la

    Lire la suite
  • Écologie valaisanne

    GiletJaune Creative Commons Zero CC0 Dans une interview parue dans Le Temps le vendredi 31 janvier 2020, Christophe Clivaz rappelle que les régions de montagne toucheront de l’argent du fonds climatique, pour se prémunir contre

    Lire la suite
  • Les sanctions de la FINMA

    La FINMA vient de condamner un banquier suisse à… restituer les 750'000 francs indument gagnés par le moyen illégal d’un délit d’initié. Certains s’en étonne. Non pas que l’on ne

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12