Jeudi dernier, le Mouvement Citoyens genevois (MCG) a déposé au Grand Conseil de la République et Canton de Genève un projet de loi visant à limiter le montant de la rémunération des directeurs de régie publique. Les arguments pour et contre sont bien connus, de même que les courants politiques qui soutiennent le projet ou s’y opposent. Le problème n’est pas nouveau et il est bien argumenté.

Sans remonter jusqu’aux débats du Moyen-Âge concernant le juste salaire et le juste prix des prestations, depuis près d’un siècle la rémunération des dirigeants d’entreprise a fait l’objet de vives discussions parmi les économistes. Dans ces discussions, personne ne tient le dernier mot. Pourquoi? Parce que les logiques en présence sont incompatibles. Logique de rendement (pour qui? pour quand?) d’un côté, logique d’efficacité (de quoi? à quel prix?) de l’autre, logique sociale ou politique d’un troisième, sans parler des exigences écologiques ou de gouvernance. Chacune de ces logiques soulève de redoutables problème d’indicateurs. Comment mesurer l’efficacité, le rendement, la qualité de gouvernance ou les progrès écologiques d’une régie soumise à des contraintes statutaires fortes?

De ces discussions, deux consensus semblent cependant être à peu près acquis dans l’enceinte délibérative genevoise. D’une part, en supposant qu’il y ait un marché pour ce type de postes – y a des réseaux de hauts dirigeants, ce qui n’est pas la même chose – le marché ne peut à lui seul déterminer la rémunération adéquate des directeurs. Quant à lier montant des rémunérations et qualité du management, c’est poser le problème cul par-dessus tête parce que la qualité du management ici ne peut même pas – comme dans les entreprises privées – se mesurer à un résultat économique. Car il s’agit dans la présente discussion de régies publiques qui jouissent d’un monopole statutaire assorti de fortes contraintes opérationnelles.

D’autre part – second consensus - il semble évident aux yeux de la plupart des édiles genevois que la rémunération des dirigeants des régies publiques sombre aujourd’hui dans un flou qui n’a rien d’artistique, mais qui permet en revanche à la fois toutes les dérives, les décisions arbitraire et les fantasmes. Si les représentants du peuple veulent renforcer le désir et le sentiment du vivre-ensemble – en un mot s’ils veulent vraiment être les représentants du peuple – il leur faut travailler à promouvoir, en ce domaine comme dans celui des impôts et des dépenses publiques, des règles simples, claires, et que chacun puisse comprendre.

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Séparatisme islamiste

    Étienne Perrot sj - L’histoire religieuse de la Suisse, ses cantons à dénomination «protestante» ou «catholique», puis l’accession à une véritable laïcité respectueuse des droits humains en matière de liberté de

    Lire la suite
  • Dessins de presse

    EpingleChappatte Expo2020 © Chappatte À l’occasion de l’exposition du dessin de presse, présentée au Musée des Beaux-Arts du Locle , j’épingle le rôle de l’humour dans la vie sociale. Comme le signale un confrère

    Lire la suite
  • Superstitions

    Nous baignons depuis plus de trois siècles dans le rationalisme du XVIIe siècle. Mais en dépit de Descartes, de Spinoza, de Leibnitz, en dépit des sarcasmes des Encyclopédistes du XVIIIe

    Lire la suite
  • L'indispensable aide sociale

    CAR Banner CaritasCH Kim f 970x547 Étienne Perrot s j - Jamais n’a semblé plus pertinente la formule du pape Pie XII, reprise par le pape François: «La politique est la forme la plus haute de la

    Lire la suite
  • Écologie valaisanne

    GiletJaune Creative Commons Zero CC0 Dans une interview parue dans Le Temps le vendredi 31 janvier 2020, Christophe Clivaz rappelle que les régions de montagne toucheront de l’argent du fonds climatique, pour se prémunir contre

    Lire la suite
  • Les sanctions de la FINMA

    La FINMA vient de condamner un banquier suisse à… restituer les 750'000 francs indument gagnés par le moyen illégal d’un délit d’initié. Certains s’en étonne. Non pas que l’on ne

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12