Par Étienne Perrot sj - La pandémie de la Covid-19 a fait émerger un vieux problème, celui que le sociologue Max Weber, voici plus d’un siècle (1919), avait traité en deux conférences publiées sous le titre Le savant et le politique. L’idée paraît simple, mais la pratique difficile. L’idée simple est que celui qui sait (le savant) n’a pas le pouvoir, celui qui détient le pouvoir (le politique) ne sait pas. C’est pour résoudre ce dilemme que Platon, quatre siècles avant notre ère, proposait, dans La République, de confier le pouvoir politique à «ceux qui savent». L’expérience de ce type de technocratie montre que le résultat n’est pas souhaitable.

Si j’en crois une chronique parue hier dans un journal genevois, c’est pourtant ce qui se passe depuis un an. Les décisions concernant la lutte contre le virus semblent émaner des savants -au premier rang desquels les épidémiologistes- devenus, du coup les «boucs émissaires de la crise» (Le Temps, vendredi 5 mars 2021). «Quand on se regarde, on se désole; quand on se compare, on se console» dit la sagesse populaire. En effet, les Suisses ont de quoi se consoler sur ce point en regardant ce qui se passe dans la France voisine où, dans une suite quasiment ininterrompue d’interventions télévisées du Président de la République, de son premier ministre, du ministre de la santé et du ministre de l’intérieur, les responsables politiques se présentent comme des marionnettes dont les fils sont tirés par les médecins.

La situation n’est pas inédite. Tous les pays démocratiques en guerre l’on connue où les déclarations publiques ne font que refléter les injonctions des militaires. Mais ce qu’a d’inédit la lutte contre le virus, c’est que les généraux -je veux dire les savants- se contredisent ouvertement. C’est le signe d’une crise. De même qu’une crise économique est facilement repérable par les analyses contradictoires tenues par les diverses écoles économiques, de même la crise sanitaire se traduit par les multiples interprétations de la pandémie. Tant que durera cette crise sanitaire, tant que le diagnostic ne fera pas consensus, s’érodera l’autorité des instances politiques qui se réfugient derrière l’autorité des savants.

Ah, que la responsabilité des politiques était facile à assumer six siècles avant notre ère à l’époque du prophète Ésaïe qui, déclinant la suite des dons de l’esprit, plaçait le «conseil» en interface entre ceux qui savent et ceux qui peuvent.

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Séparatisme islamiste

    Étienne Perrot sj - L’histoire religieuse de la Suisse, ses cantons à dénomination «protestante» ou «catholique», puis l’accession à une véritable laïcité respectueuse des droits humains en matière de liberté de

    Lire la suite
  • Dessins de presse

    EpingleChappatte Expo2020 © Chappatte À l’occasion de l’exposition du dessin de presse, présentée au Musée des Beaux-Arts du Locle , j’épingle le rôle de l’humour dans la vie sociale. Comme le signale un confrère

    Lire la suite
  • Superstitions

    Nous baignons depuis plus de trois siècles dans le rationalisme du XVIIe siècle. Mais en dépit de Descartes, de Spinoza, de Leibnitz, en dépit des sarcasmes des Encyclopédistes du XVIIIe

    Lire la suite
  • L'indispensable aide sociale

    CAR Banner CaritasCH Kim f 970x547 Étienne Perrot s j - Jamais n’a semblé plus pertinente la formule du pape Pie XII, reprise par le pape François: «La politique est la forme la plus haute de la

    Lire la suite
  • Écologie valaisanne

    GiletJaune Creative Commons Zero CC0 Dans une interview parue dans Le Temps le vendredi 31 janvier 2020, Christophe Clivaz rappelle que les régions de montagne toucheront de l’argent du fonds climatique, pour se prémunir contre

    Lire la suite
  • Les sanctions de la FINMA

    La FINMA vient de condamner un banquier suisse à… restituer les 750'000 francs indument gagnés par le moyen illégal d’un délit d’initié. Certains s’en étonne. Non pas que l’on ne

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12