Primum vivere! D’abord, il faut vivre. Vivre, c’est bien-sûr, aux yeux de tous nos concitoyens, assurer les moyens matériels, organisationnels, sanitaires et sociaux de la continuité biologique de notre organisme physique. Le bon sens parle ici. Je ne crache pas sur cette interprétation immédiate des «besoins essentiels» qui permet à la Confédération de décider pour six semaines la fermeture des enseignes «non essentielles». Mais comment distinguer? Il y a là, dans ce discernement des hautes autorités de la Confédération, une part d’arbitraire qui sera de toutes façons mal vu de la part des commerçants touchés par la fermeture de leur enseigne.

Quelle que soit la frontière entre l’«essentiel» et le «non essentiel», elle repose, de la part des autorités, sur une vision matérialiste de l’«essentiel». Contre quoi on peut mobiliser bien des autorités morales et spirituelles. «Le superflu est chose très nécessaire» dit le poète. «La culture est tout aussi nécessaire» clament les artistes. Et je ne parle pas des esprits religieux qui font remarquer que ce qui donne sens à la vie -la Grâce même- est de l’ordre de l’essentiel.

Mais quel que soit le poids des arguments sociaux, moraux et spirituels, quelle que soit la part d’arbitraire de la frontière entre l’«essentiel» et le «non essentiel», je maintiens qu’il est important que la distinction soit faite dans les circonstances présentes; et je trouve légitime la décision de la Confédération. Pourquoi? Parce si l’important n’est pas assuré, l’essentiel ne peut advenir. L’important est de l’ordre du physique. Il permet de mettre quelque chose dans le chaudron. «Je vis de bonne soupe et non de beau langage», dit un personnage de Molière.

La tradition chrétienne va dans le même sens. Car le christianisme est une religion physique. Incarnation oblige. Et il se vit aux confins de la règle sociale et de l’intimité physique, comme le rappelle les rites de la Cène et de la Communion. En témoigne tout autant la doctrine sociale chrétienne. Bartholomée de Las Casas, dénonçant le massacre des populations d’Amérique latine par les conquistadors espagnols et portugais, l’avait bien vu, tout comme notre pape François: le droit des étrangers à l’intégrité physique (et morale) ne dépend ni de leur culture, ni de leur religion. Reste à s’assurer que ceux qui pâtissent des décisions publiques bénéficient, eux aussi, des garanties importantes -essentielles selon les catégories établies par la Confédération- promises à tous.

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Séparatisme islamiste

    Étienne Perrot sj - L’histoire religieuse de la Suisse, ses cantons à dénomination «protestante» ou «catholique», puis l’accession à une véritable laïcité respectueuse des droits humains en matière de liberté de

    Lire la suite
  • Dessins de presse

    EpingleChappatte Expo2020 © Chappatte À l’occasion de l’exposition du dessin de presse, présentée au Musée des Beaux-Arts du Locle , j’épingle le rôle de l’humour dans la vie sociale. Comme le signale un confrère

    Lire la suite
  • Superstitions

    Nous baignons depuis plus de trois siècles dans le rationalisme du XVIIe siècle. Mais en dépit de Descartes, de Spinoza, de Leibnitz, en dépit des sarcasmes des Encyclopédistes du XVIIIe

    Lire la suite
  • L'indispensable aide sociale

    CAR Banner CaritasCH Kim f 970x547 Étienne Perrot s j - Jamais n’a semblé plus pertinente la formule du pape Pie XII, reprise par le pape François: «La politique est la forme la plus haute de la

    Lire la suite
  • Écologie valaisanne

    GiletJaune Creative Commons Zero CC0 Dans une interview parue dans Le Temps le vendredi 31 janvier 2020, Christophe Clivaz rappelle que les régions de montagne toucheront de l’argent du fonds climatique, pour se prémunir contre

    Lire la suite
  • Les sanctions de la FINMA

    La FINMA vient de condamner un banquier suisse à… restituer les 750'000 francs indument gagnés par le moyen illégal d’un délit d’initié. Certains s’en étonne. Non pas que l’on ne

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12