La fin de l’année civile fait renaître le rite des vœux. Que souhaiter? à qui? comment? Quel prix y mettre? La clientèle des entreprises ou les électeurs y sont-ils sensibles? Je ne le pense pas vraiment. Car les formules utilisées par les vœux reçus des entreprises ou des politiciens sentent trop le travail laborieux du service de la communication qui a peaufiné les mots et les qualificatifs. Faut-il agrémenter ces vœux de quelque cadeau? Là encore, l’hésitation est permise. Un cadeau trop vulgaire est contreproductif. Un cadeau trop onéreux suscite l’interrogation. (Je soupçonne le gaspillage après un mouvement de contentement satisfait.) Concernant les employés ou les contribuables, l’hésitation n’est pas moindre. Les «étrennes» comme disaient nos aïeux, doivent être significatives, sous peines de manquer leur cible. Faut-il alors -la pandémie peut servir cette année de couverture- viser la formule minimale, voire la suppression de ce rituel? Ce n’est pas plus sûr.

Dans la famille, le problème me semble moins prégnant. Pourquoi? parce qu’il est plus facile d’être sincère envers les gens que l’on aime. Plus les degrés de parenté s’allonge, plus la question se fait douloureuse. Quoi souhaiter, quel cadeau? à quel prix? Pour ceux que l’on aime vraiment, la justesse du cadeau couvre toujours le prix. Pour ceux que l’on n’aime pas -mais envers on doit faire un geste- le prix, même modique, nous arrache le cœur.

Entre ces deux extrêmes vœux pour la famille et vœux pour la vie professionnelle ou politique, les vœux en Église et pour l’Église ne sont pas toujours insignifiants. Ainsi, récemment, un jésuite de Fribourg, le Père Jean-Blaise Fellay, dans une interview de ce décembre 2020, souhaite une Église plus ouverte au mariage des prêtres et au sacerdoce des femmes, en un mot plus ouverte sur le monde, plus en symbiose avec la culture présente, dans l’esprit du dernier concile Vatican II (1962-1965). Pourquoi pas.

La condition toutefois me semble en être que les vœux que l’on souhaite pour l’Église -quels que soient les objectifs assignés- procèdent d’un véritable amour pour le monde, et non pas du désir légitime de maintenir en survie une institution religieuse, aussi vénérable soit-elle.

Aimer le monde à la manière du Christ, tel est le vœu que je formule donc pour l’Église.

À défaut de ce préalable, mon vœu ne serait qu’un coup de pub, qui traduirait plutôt un mépris pour ceux de la planète que je prétends aimer.

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Séparatisme islamiste

    Étienne Perrot sj - L’histoire religieuse de la Suisse, ses cantons à dénomination «protestante» ou «catholique», puis l’accession à une véritable laïcité respectueuse des droits humains en matière de liberté de

    Lire la suite
  • Dessins de presse

    EpingleChappatte Expo2020 © Chappatte À l’occasion de l’exposition du dessin de presse, présentée au Musée des Beaux-Arts du Locle , j’épingle le rôle de l’humour dans la vie sociale. Comme le signale un confrère

    Lire la suite
  • Superstitions

    Nous baignons depuis plus de trois siècles dans le rationalisme du XVIIe siècle. Mais en dépit de Descartes, de Spinoza, de Leibnitz, en dépit des sarcasmes des Encyclopédistes du XVIIIe

    Lire la suite
  • L'indispensable aide sociale

    CAR Banner CaritasCH Kim f 970x547 Étienne Perrot s j - Jamais n’a semblé plus pertinente la formule du pape Pie XII, reprise par le pape François: «La politique est la forme la plus haute de la

    Lire la suite
  • Écologie valaisanne

    GiletJaune Creative Commons Zero CC0 Dans une interview parue dans Le Temps le vendredi 31 janvier 2020, Christophe Clivaz rappelle que les régions de montagne toucheront de l’argent du fonds climatique, pour se prémunir contre

    Lire la suite
  • Les sanctions de la FINMA

    La FINMA vient de condamner un banquier suisse à… restituer les 750'000 francs indument gagnés par le moyen illégal d’un délit d’initié. Certains s’en étonne. Non pas que l’on ne

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12