Avant-hier, le fondateur de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, louait la récente encyclique du pape François Fratelli Tutti publiée le 4 octobre 2020 ; car il y voyait une bonne présentation des errements du capitalisme libéral. Dix jours plus tard, le site du Centre catholique des médias ( www.cath.ch ) publiait une interview d’un prêtre américain, Robert Sirico, critiquant l’encyclique. Le monde à l’envers ?
L’Américain est fondateur d’un groupe de chercheurs à ambition lobbyiste, qui veut réconcilier la pensée sociale de l’Église et la pensée économique libérale. Son argument principal : le pape régnant caricature l’économie de marché, et parle du néolibéralisme sans en connaître le potentiel ni la richesse. L’encyclique laisse croire que les économistes libéraux font du marché non régulé la solution de tous les problèmes sociaux ; ce qui est faux. «Je ne connais personne qui pense ainsi», dit l’Américain qui affiche la nécessité d’une régulation des échanges en vue du Bien commun.
Concernant la critique de la propriété privée sous-jacente à toute l’encyclique, le Père Sirico la trouve à la fois nécessaire, mais guère nouvelle ; car la «destination universelle des biens» est l’un des principes fondateurs de la Doctrine sociale de l’Église, formellement depuis l’encyclique Rerum Novarum (Léon XIII 1891), en fait depuis les premières communautés chrétiennes.
Mais surtout, l’Américain reproche au pape François de parler beaucoup du dialogue entre l’Église et le monde, mais de le pratiquer fort peu en ce qui concerne les défenseurs de l’économie de marché. Dans les discussions sur les questions de société, «le courant que nous représentons n’est jamais invité au Vatican», se plaint le Père Sirico. François d’Assise dialoguait avec le sultan ; mais le pape François ne dialogue pas avec le Sultan d’aujourd’hui que sont les représentants de l’économie de marché.
Tous les économistes qui n’ont pas retrouvé leurs théories dans les textes pontificaux (qu’il s’agisse du communisme, du socialisme ou du capitalisme) ont, comme le Père Sirico, accusé le Vatican de ne rien connaître à l’économie. Il faudrait retourner l’argument est constater que les économistes qui se sentent épinglés ne prennent guère en compte les autres dimensions de la vie humaine. Concernant la banalité supposée de la position du pape François sur la propriété, je souligne que la critique portée par l’encyclique est novatrice en ce qu’elle vise également la propriété publique où les mêmes critères sont appliqués à l’État qu’à l’individu.
Reste, bien sûr, pour qui lit honnêtement l’encyclique, le point central, la propriété commune, c’est-à-dire ni privée ni publique. Point difficile car qui dit bien commun – ou communauté du bien – dit participation et responsabilité de chacun des membres. Dans une société comme la nôtre où les individus ne sont pas des anges, la propriété commune appelle non seulement l’effort moral de chacun, mais aussi des normes contraignantes, qui sont celles de la propriété (privée et publique). Sur ce dernier point, en reprenant les thèses de Thomas d’Aquin sur la propriété, je serais peut-être d’accord avec le Père Sirico.

Les chroniqueurs

Le coup d'épingle
d'Etienne Perrot sj

Le point de vue
de Pierre Emonet sj

La méditation
de Bruno Fuglistaller sj

Le billet spirituel
de Luc Ruedin sj

D'hier à aujourd'hui
de Jean-Blaise Fellay sj

Le triptyque du quotidien
de Julien Lambert sj

La chronique de l'invité
des jésuites

Les pierres vivantes
de Pierre Martinot-Lagarde sj

Vie Spirituelle
au temps du coronavirus

Archives

  • Séparatisme islamiste

    Étienne Perrot sj - L’histoire religieuse de la Suisse, ses cantons à dénomination «protestante» ou «catholique», puis l’accession à une véritable laïcité respectueuse des droits humains en matière de liberté de

    Lire la suite
  • Dessins de presse

    EpingleChappatte Expo2020 © Chappatte À l’occasion de l’exposition du dessin de presse, présentée au Musée des Beaux-Arts du Locle , j’épingle le rôle de l’humour dans la vie sociale. Comme le signale un confrère

    Lire la suite
  • Superstitions

    Nous baignons depuis plus de trois siècles dans le rationalisme du XVIIe siècle. Mais en dépit de Descartes, de Spinoza, de Leibnitz, en dépit des sarcasmes des Encyclopédistes du XVIIIe

    Lire la suite
  • L'indispensable aide sociale

    CAR Banner CaritasCH Kim f 970x547 Étienne Perrot s j - Jamais n’a semblé plus pertinente la formule du pape Pie XII, reprise par le pape François: «La politique est la forme la plus haute de la

    Lire la suite
  • Écologie valaisanne

    GiletJaune Creative Commons Zero CC0 Dans une interview parue dans Le Temps le vendredi 31 janvier 2020, Christophe Clivaz rappelle que les régions de montagne toucheront de l’argent du fonds climatique, pour se prémunir contre

    Lire la suite
  • Les sanctions de la FINMA

    La FINMA vient de condamner un banquier suisse à… restituer les 750'000 francs indument gagnés par le moyen illégal d’un délit d’initié. Certains s’en étonne. Non pas que l’on ne

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12